Sauveur & fils – saison 1, Marie-Aude Murail

couv21563663Quand on s’appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 mètre pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d’affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s’évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la mère vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…  Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s’occuper des problèmes des autres, Sauveur oublie le sien. Pourquoi ne peut-il pas parler à son fils Lazare, 8 ans, de sa maman morte dans un accident ? Pourquoi ne lui a-t-il jamais montré la photo de son mariage ? Et pourquoi y a-t-il un hamster sur la couverture ?

* * *

Encore une chronique jeunesse ! Vous m’excuserez, il risque d’y en avoir pas mal ces temps-ci, parce que le hasard a fait que j’ai lu plutôt ce genre de littérature dernièrement.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu passer les romans de Marie-Aude Murail sur la blogo, que ce soit Simple, Miss Charity ou Sauveur & fils, dont le quatrième tome est sorti récemment. Et pourtant, cela ne me disait vraiment rien.

Lire la suite

Publicités

Toute la beauté du monde n’a pas disparu, Danielle Younge-Ullman

couv73311731 

Ingrid ne comprend pas ce qu’elle fait dans ce trek au beau milieu de la nature la plus sauvage. Sac au dos, dans la chaleur et les moustiques, elle tente de faire face. Aux conditions extrêmes, aux adolescents perturbés qui l’accompagnent, à son passé qui la rattrape. Comment sa mère adorée a-t-elle pu lui imposer cette épreuve? Jusqu’où lui faudra-t-il repousser ses limites?

* * *

J’ai emprunté ce roman jeunesse un peu par hasard à la médiathèque. Peut-être des envies de nature avec les beaux jours qui arrivent, qui sait ? La thématique de la nature et des relations mère-fille m’a fait penser à L’Aube sera grandiose, le roman d’Anne-Laure Bondoux qui a pas mal tourné sur la blogo. Quoi qu’il en soit, je trouve super que des romans jeunesse mettent en scène des expériences en pleine nature pour aborder la (re)découverte de soi.

Lire la suite

Les garçons ne tricotent pas (en public), T. S. Easton

[15 jours que je n’ai pas posté une chronique roman… Il est temps de reprendre les bonnes habitudes ! ]

 

couv8623884.jpgAprès avoir volé de l’alcool dans un supermarché et manqué de renversé une dame, Ben, 16 ans, doit suivre un  » parcours de réinsertion pour jeunes délinquants  » et, dans ce cadre, s’inscrire à un cours de tricot. Autant dire que ça ne l’enchante pas. Mais Ben accepte de jouer le jeu, tant que Megan (la fille dont il est amoureux), son père, ses copains…bref, tant que PERSONNE n’est au courant. Le hic, c’est qu’il se découvre une passion dévorante pour le tricot. Et bientôt, il ne pense plus qu’à ça : point mousse, douceur et couleur de laines, patrons compliqués. Au point de cacher des aiguilles sous son lit, de participer à des concours, de vendre ses créations sur Internet et de transformer sa vie…en grosse pelote de mensonges impossible à démêler !

* * *

Ces derniers temps, j’ai lu pas mal de Young adult et j’ai eu le plaisir de découvrir de vrais pépites ! J’ai hâte de vous parler de ces romans qui sortent des clichés et nous prouvent une fois pour toutes qu’il y a de la qualité dans la littérature jeunesse – et j’oserai même dire qu’elle plaira aux adultes 😉

Comme je suis assez faible, j’avoue que je me suis décidée à lire ce livre surtout à cause du titre, repéré sur un blog il y a longtemps – pas à cause de la couverture, particulièrement hideuse dans le genre kitch. Il arrive souvent que les éditeurs misent sur une couverture originale, voire tapageuse, pour attirer l’œil des lecteurs. Il est moins rare, cela dit, que le contenu soit aussi singulier que l’aspect extérieur ne le laissait penser. Or, pour une fois, je trouve que T. S. Easton remplit bien son pari !

Lire la suite

Quatre lectures sur le terrorisme

Aujourd’hui, je vous retrouve avec un ensemble de mini-chroniques un peu particulières. Parmi la sélection du Prix des chroniqueurs Web se trouvaient deux romans ayant pour thème les attentats et le djihadisme. J’ai lu le premier en novembre mais je ne l’avais pas chroniqué, faute de matière suffisante. A la lecture du deuxième, je me suis dit que ce serait bien de les regrouper pour vous faire un article thématique. J’ai donc complété ces lectures par deux autres, et me voilà !

couv21139034A la place du cœur, Arnaud Cathrine

Depuis que la France est frappée par le terrorisme, beaucoup de romans, en particulier jeunesse, se sont emparés du sujet. A la place du cœur en fait partie. On suit Côme et ses amis à la période des premiers émois adolescents et du choix de l’orientation en Terminale. L’attentat de Charlie Hebdo puis de l’Hypercacher vont provoquer de nouveaux bouleversements à gérer. Le roman m’a ému en me replongeant dans les jours suivant les attentats de janvier 2015. J’y ai retrouvé mes réactions et sentiments, le choc, les craintes pour l’avenir et la situation de notre pays, tout comme l’envie de se mobiliser lors des rassemblements qui ont suivi. J’ai par contre beaucoup moins accroché à l’histoire d’amour naissante entre les deux ados et le contexte lycéen. Le côté « jeunesse » m’a empêché de l’apprécier pleinement. Quoi qu’il en soit, il me semble important que la littérature puisse, à son niveau, aider les jeunesse à affronter ce traumatisme.

Lire la suite

Pax et le petit soldat, Sara Pennypacker

couv52333992La guerre est imminente. Lorsque le père de Peter s’engage dans l’armée, il oblige son fils à abandonner Pax, le renard qu’il a élevé depuis le plus jeune âge et envoie le garçon vivre chez son grand-père à cinq cent kilomètres de là. Mais Peter s’enfuit à la recherche de son renard. Pendant ce temps, Pax affronte seul les dangers d’une nature sauvage et se trouve confronté à ceux de son espèce.

* * *

Pax et le petit soldat, c’est le roman que l’on retrouve dans toutes les sélections jeunesse du moment. Il fait d’ailleurs partie de celle du Prix des chroniqueurs Web et j’ai décidé de le découvrir. Verdict : une belle pépite !

Lire la suite

Miss Peregrine et les enfants particuliers, Ransom Riggs

couv28164592Jacob est un ado comme les autres, excepté qu’il se pose des questions sur son mystérieux grand-père. Quelles sont ces étranges photos d’enfants qu’il lui montrait quand il était petit ? Les histoires qu’il lui contait sur eux étaient-elles vraies? Et pourquoi disparaissait-il aussi souvent ? Tout s’accélère le jour où il le retrouve blessé dans son jardin. Jacob a vu des monstres, il en est sûr, et personne ne veut le croire. Il ne lui reste qu’à suivre les dernières instructions qu’a murmuré son grand-père avant de rendre son dernier souffle…

* * *

Encore une fois j’arrive après la bataille. Je ne compte plus le nombre d’éloges que j’ai entendu de ce livre et le nombre de chroniques que j’ai vu fleurir de sur la blogosphère (455 sur Livraddict, rien que ça). Pour cette raison, j’avais décidé à l’origine de ne pas le chroniquer. Et puis finalement j’y tenais quand même, car j’ai trouvé qu’il avait une vraie originalité comme roman fantastique et une vraie qualité comme roman jeunesse.

Lire la suite

Incontournable #2

mes-incontournables

Le principe : chaque mois, je vous parle d’un livre que je considère comme un incontournable de la littérature, un de mes romans préférés, une oeuvre qui m’a marquée et qu’il faut absolument lire (ne serait-ce que pour me faire plaisir) !

Aujourd’hui, c’est une trilogie jeunesse encore trop méconnue que j’ai décidé de vous présenter.

Lire la suite

U4 – Jules, Caroles Trébor

 9782748516593Jules, Kordiwen, Yannis et Stéphane ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4 qui a décimé 90% de la population mondiale, n’épargnant que des adolescents. Ils ne se connaissent pas mais ont pour point commun de jouer à Warriors of Time, un jeu en ligne où il est question de remonter le temps. Quand le maître du jeu lance un grand rendez-vous pour rassembler les joueurs survivants, tous décident de s’y rendre.

Jules vit à Paris. Sans nouvelles de ses parents, il est livré à lui-même et doit s’organiser pour survivre, alors que l’électricité commence à s’éteindre et que la nourriture et l’eau commencent à manquer. Seul, jusqu’à sa rencontre avec une petite fille qu’il décide de recueillir. Trouvera-t-il la force de continuer à vivre?

* * *

Puisque mieux vaut tard que jamais, j’ai enfin découvert la saga U4, phénomène de l’été 2015. Le concept de U4, c’est quatre romans écrits par quatre auteurs différents pour raconter la même histoire, chacun selon le point de vue d’un personnage. Les romans peuvent être lus dans n’importe quel ordre et apportent chacun un éclairage particulier sur la trame narrative. C’est justement l’originalité de l’écriture à quatre mains qui m’a poussée à me lancer dans la série. Je n’ai pour l’instant lu qu’un tome mais j’aimerais en tester d’autres pour voir si l’idée de départ a réussi et si ce n’est pas trop répétitif. Je  vous ferai probablement un article spécial à ce moment-là !

Lire la suite

Charlie et la chocolaterie, Roald Dahl

51BDhRyIYJL__SX346_BO1,204,203,200_

 Une bonne (ancienne) surprise ♥

 

Je me suis de nouveau plongée dans l’univers de Charlie et Willy Wonka dans le cadre du challenge d’hiver Masscritics pour lequel il fallait « relire un livre que vous aviez aimé quand vous étiez enfant. » J’avoue que j’ai fini cette lecture depuis une éternité, mais je ne me décidais pas à écrire la chronique !

 

Charlie et la chocolaterie

Un classique de la littérature jeunesse que l’on ne présente plus. Charlie Bucket est un petit garçon anglais qui vit dans une toute petite maison avec son père, de sa mère et les quatre grands-parents. Il raffole du chocolat de la célèbre chocolaterie Wonka mais, faute d’argent, il ne peut se procurer qu’une seule tablette par an, le jour de son anniversaire.  Pour protéger sa créativité et ses recettes secrètes, Willy Wonka a fermé sa chocolaterie au public, afin d’éviter l’espionnage industriel. Mais voilà qu’un jour le chocolatier annonce qu’il a glissé, dans 5 tablettes de chocolat vendues dans le monde entier, un ticket d’or qui permettra à celui qui le trouvera de passer une journée dans la chocolaterie et de gagner assez de chocolats et de confiseries pour le nourrir jusqu’au restant de ses jours.

Le livre de Roald Dahl a surtout été popularisé par le film réalisé par Ticharlie-et-la-chocolaterie-dvd.jpgm Burton, avec Johnny Depp dans le rôle de Willy Wonka et Freddie Highmore dans le rôle de Charlie. J’ai été très étonnée de voir, en relisant le livre, à quel point le film était fidèle au livre. C’est très simple : les scènes, les chansons, l’univers, tout y est, et dans l’ordre  ! Le film rajoute même des éléments en plus, en particulier l’histoire personnelle de Willy Wonka qui reste un mystère dans le livre.

L’imagination de Roald Dahl relève du génie : on ne peut être qu’émerveillé devant tous ces chocolats aux multiples saveurs, la rivière en chocolat, le gazon comestible, le chewing-gum qui ne perd jamais de goût et autres caramels et guimauves. C’est un livre qui se savoure aussi bien avec les papilles qu’avec les yeux.

 Le personnage de Willy Wonka dénote par sa folie et son excentricité et tient à lui seul le récit, rythmé par son insouciance et son cynisme. Le halo de mystère qui l’entoure renforce son intérêt. A ses côtés, les irréductibles et non moins loufoques Oompa loompas, peuple miniature venu de contrées lointaines, uniques ouvriers de la chocolaterie qui agrémentent le roman de leurs chansons cinglantes de franchise.

Charlie et la chocolaterie est un livre très manichéen, ce qui est peu étonnant quand on rappelle qu’il est adressé aux enfants.  Parmi les enfants qui remportent le ticket d’or et que l’on va suivre tout au long de la visite de la chocolaterie, seul Charlie apparaît comme l’enfant sage, gentil, obéissant, doté de bonnes intentions, réellement intéressé par la magie de la chocolaterie et sans prétention. Accompagné de son grand-père, il suit à la lettre les consignes de Willy Wonka et n’émet aucune critique. Il est même un peu trop parfait pour être crédible, quand on pense à son sens du sacrifice envers les membres de sa très pauvre famille. Les autres enfants sont l’incarnation d’un défaut pour lesquels ils vont tour à tour être punis : Augustus Gloops, l’enfant dont la gourmandise n’a pas de limites, Violette Beauregard, l’enfant capricieuse et bornée, Veruca Salt, la fille de riches qui obtient tout ce qu’elle veut et croit que tout peut s’acheter, et Mike Teavee, l’enfant addict à la télévision et aux écrans. Le roman est donc aussi l’occasion de rappeler les principes d’une bonne éducation pour éviter de produire un enfant capricieux, pourri-gâté et foncièrement méchant.

=> En bref, un roman qui mérite d’être connu pour l’univers fantaisiste, très imagé et plein d’humour créé par Roald Dahl. Pas de surprise, cependant, pour ceux qui ont déjà vu le film !


Charlie et le grand ascenseur de verre (tome 2)

765823_2884767.jpg

Mais ce n’est pas fini, car Roald Dahl a écrit une suite ! Eh oui ! Celle-ci est beaucoup moins connue que le premier tome, car elle n’a pas été adaptée au cinéma.  Charlie et le grand ascenseur de verre est totalement différent du premier tome, que ce soit le cadre, l’univers ou la tonalité. Il semble s’adresser à un public plus large (voire adulte) et prend un sens plus complexe que la petite morale de Charlie et la chocolaterie.

A la fin du premier tome, Willy Wonka offre la chocolaterie à Charlie et souhaite le former pour qu’il devienne son successeur. Il accepte que Charlie emmène avec lui toute sa famille pour s’installer dans la  chocolaterie, y compris ses grands-parents qui ne sortent jamais de leur lit. Les Bucket et Willy Wonka partent alors en voyage dans le grand ascenseur de verre de la chocolaterie…jusqu’au moment où ils atterrissent accidentellement dans l’espace.

Le scénario de ce second tome est assez tiré par les cheveux et m’a personnellement moins convaincue, d’autant que l’on ne retrouve pas l’univers gourmand et magique des chocolats et friandises. Néanmoins il est intéressant d’en remarquer l’aspect politique et historique. Roald Dahl nous rejoue la guerre froide dans un livre pour enfants : la folie de la course à la conquête spatiale, l’absurdité du comportement du président américain, la crainte exagérée pour la sécurité du territoire américain, les Soviétiques désignés d’emblée comme les coupables, si ce n’est la Chine de Mao…

« Tous les yeux étaient rivés sur l’écran  de télé, tandis que le petit objet de verre, fusées allumées, glissait doucement derrière le gigantesque Space Hotel.

-Ils vont arrimer ! hurla le Président. Ils vont aborder l’hôtel !

-Ils vont le faire sauter ! s’écria le chef de l’armée de terre. Faisons-les d’abord sauter, eux ! Crac, boum, patatras, pan pan pan !

Le chef de l’armée de terre portait tant de médailles qu’elles lui recouvraient entièrement la poitrine et descendaient même le long de ses pantalons. »

On retrouve avec ce tome la plume acerbe, assez cynique de Roald Dahl, caractéristique de ses nouvelles pour adultes. Il critique la politique de cette période en tournant sans arrêt en ridicule les personnages. Il se permet aussi des dialogues d’un culot assez remarquable et totalement désabusé grâce au cynisme de Willy Wonka, surtout quand le personnage s’adresse aux grands-parents peureux (un peu comme les enfants pas sages dans le premier tome).

« – Ça, c’est un peu fort ! dit grand-maman Joséphine. Nous allons être réduits en bouillie !

– Comme des oeufs brouillés ! ajouta grand-maman Georgina.

– Ça, dit Mr. Wonka, c’est un risque à courir.

– Vous plaisantez, fit grand-maman Joséphine. Dites-nous que vous plaisantez.

– Madame, déclara Mr. Wonka, je ne plaisante jamais.

– Oh, mes chéris ! s’écria grand-maman Georgina, nous allons être hachés-patés jusqu’au dernier !

– Très probablement, dit Mr. Wonka. »

Toutefois, le roman perd beaucoup de son humour pour prendre une teinte plus tragique, avec en particulier des monstres, portant le doux nom de Kpoux Vermicieux, qui font un massacre.

Le retour à la chocolaterie se focalise cette fois-ci sur les personnages des grands-parents, avec une scène assez savoureuse, sans oublier, toujours, la critique et la réflexion sur la vieillesse.

=> En somme, un deuxième tome qui est moins prenant mais révèle le côté obscur de la plume de Dahl derrière la légèreté de la fantaisie : cynisme et critique sociale et politique. 

Tobie Lolness : La vie suspendue, Timothée de Fombelle

9782070571819

Coup de cœur ♥ ♥ ♥

 

Comme beaucoup – car il s’agit d’un roman jeunesse – j’avais lu Tobie Lolness il y a quelques années. J’en gardais le vague souvenir d’un roman qui m’avais plu et d’un univers miniature original. Mais je me corrige tout de suite : ce n’est pas un roman jeunesse. C’est bien plus que ça, car avec nos yeux d’adulte, on donne au roman de Timothée de Fombelle une toute autre dimension, tant il est empreint d’analogies sur notre époque et de plaidoyers : pour l’amitié, pour la confiance, pour la nature.

Tobie Lolness, jeune garçon d’un millimètre et demi, vit avec son peuple dans l’Arbre. Sa vie bascule quand sa famille est exilée vers les Basses branches après une importante découverte de son père, le grand savant Sim Lolness. On le retrouve alors cinq années plus tard, traqué par les siens, seul, et menacé de mort. Dans une situation aussi désespérée, son espoir a un nom : Elisha.

SAMSUNG CSC

Sa vie tenait à un fil. Son pied était resté accroché au bourgeon gluant de printemps qui le retenait.

 

Lire la suite