Les mille visages de notre histoire, Jennifer Niven

couv54345167 Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.

* * *

Je suis heureuse de vous retrouver pour une chronique Young adult. ça fait du bien, entre des classiques et des drames !

Malheureusement, je dois avouer que j’ai un avis assez mitigé sur Les milles visages de notre histoire. Je crois simplement que j’ai été déçue après tous les avis très positifs que j’avais entendus. Je n’ai pas lu Tous nos jours parfaits, premier best-seller de l’auteur, mais pour celui-là, je m’attendais à mieux.

Lire la suite

Publicités

Les optimistes meurent en premier, Susin Nielsen

couv24297560 Depuis la tragédie qui a anéanti sa famille, Petula a de nombreuses phobies, et prétend qu’une prudence et un hygiène extrêmes lui permettront de parer à la moindre catastrophe. Mais est-ce bien réaliste ?… Au lycée, contrainte et forcée, elle fait partie d’un atelier d’art-thérapie. Les adolescents « à problèmes » qui y assistent se supportent tout juste. Arrive Jacob, « l’homme bionique. Appareillé depuis qu’il a perdu son avant-bras, le jeune homme, grand cinéphile, est aussi moqueur qu’attentif aux autres…

* * *

Seulement 19 chroniques sur Livraddict pour Les optimistes meurent en premier, ce n’est clairement pas possible ! Je compte sur vous pour vous précipitez en librairie à la fin de cet article et changer ça !!!

Cela dit, je suis prête à vous pardonner. Ce roman ne m’inspirait pas non plus des masses lorsque je l’ai vu passer en librairie. Cela vient peut-être du titre, qui est volontairement provoquant ? Quoi qu’il en soit, on aurait tort de s’arrêter à ça. C’est ainsi que j’ai commencé ma lecture sans n’avoir aucune idée de quoi il parlait, grâce au Prix littéraire des chroniqueurs du Web.

Lire la suite

La fourmi rouge, Emilie Chazerand

couv2786783.jpg Vania Strudel a 15 ans, un œil qui part en vrille et une vie qui prend à peu près la même direction. Et ce, à cause de :
– Sa mère, qui est morte quand elle avait huit ans.
– Son père, un taxidermiste farfelu.
– Pierre-Rachid, son pote de toujours, qui risque de ne plus le rester…
– Son ennemie jurée, Charlotte Kramer, la star du lycée.
– Sa rentrée en Seconde, proprement catastrophique.

Pour Vania, c’est clair : l’existence est une succession de vacheries, et elle est condamnée à n’être personne. Une fourmi parmi d’autres. Mais un soir, elle reçoit un mail anonyme, qui lui explique en détail que non, elle n’est pas une banale fourmi noire sans apérités. Elle serait même plutôt du genre fourmi rouge.

* * *

La Fourmi rouge, c’est la preuve que la littérature jeunesse est de qualité et que le young adult n’est pas que normé, n’est pas que dystopie ou romance pleine de stéréotypes. Ce roman a été un vrai coup de cœur. J’aurais adoré le découvrir en tant qu’adolescente. Mais même adulte, maintenant que j’ai un regard un peu différent sur la vie et d’autres préoccupations, Emilie Chazerand a su me faire rire et me toucher par l’histoire de Vania.

Lire la suite

54 minutes, Marieke Nijkamp

couv73025086Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule. Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

* * *

J’avais repéré 54 minutes depuis sa sortie. Il faut dire que le roman s’annonçait choc. Marieke Nijkamp nous propose de passer 54 minutes dans la peau d’une victime d’une fusillade. 54 minutes coincés dans un amphithéâtre avec un tireur prêt à en finir.

Je crois que c’est la première fois que j’entends parler d’un roman young adult qui aborde ce sujet. Et en effet, l’exercice n’est pas facile, car c’est un thème sensible, dur, qui peut marquer les plus jeunes. Et pourtant, il est à mon sens nécessaire que la littérature adolescente s’en empare, de la même manière qu’en France il fallait parler des attentats. L’actualité de ces dernières années nous a démontré que ce genre d’évènements tragiques n’est pas « rare ». On ne compte plus le nombre de fusillades de masse aux Etats-Unis, dont un certain nombre se déroule dans des lycées, des universités ou des écoles. 54 minutes est donc un livre important, surtout dans le contexte américain, et il tient un rôle – presque pédagogique – qu’il faut défendre, même si je lui ai trouvé quelques défauts.

Lire la suite

Le vide de nos cœurs, Jasmine Warga

couv13149589.jpg

À 16 ans, Aysel n’a qu’une obsession : planifier sa propre mort à la perfection. Entre sa mère qui la regarde à peine, ses camarades de lycée qui l’évitent, et son père responsable de l’accident fatal qui a marqué sa petite ville à jamais, pour Aysel la vie est devenue trop lourde à supporter. Seul problème, elle n’est pas sûre d’y arriver seule. C’est alors qu’elle découvre Suicide Partners, un site qui lui permettra de trouver le compagnon idéal. Et c’est sur FrozenRobot, alias Roman, victime d’une tragédie familiale, qu’elle jette son dévolu. Aysel et Roman n’ont rien en commun, mais ils commencent à apprivoiser leurs failles.

* * *

Le vide de nos cœurs fait partie de collection Young adult d’Hugo New Romance, c’est d’ailleurs le titre qui l’a inaugurée.

A la lecture du résumé, j’ai trouvé une ressemblance étrange avec Tous nos jours parfaits, de Jennifer Niven, je ne saurais dire s’il s’agit d’une pure coïncidence ou non. Quoi qu’il en soit, le sujet du roman reste atypique et a de quoi surprendre : les envies suicidaires chez les adolescents.

Lire la suite

Les Outrepasseurs – tome 1 : Les Héritiers

couv73054504Peter, un adolescent sans histoire, échappe de justesse à un attentat et découvre que l’attaque le visait personnellement. Emmené à Lion House, la résidence d’un mystérieux Noble, il fait connaissance avec les membres d’une société secrète qui lutte depuis des siècles contre les fés : les Outrepasseurs. Les révélations de ces derniers vont changer le cours de sa vie.

* * *

J’ai découvert il y a quelques mois une saga dont j’avais beaucoup entendu parler sur la blogosphère : Les Outrepasseurs. Le temps a passé – j’ai eu le temps de lire le tome 2 et de me faire dédicacer le tome 3 par Cindy Van Wilder à Livre Paris, et malgré ça j’avais bien envie de vous la chroniquer sur le blog.

Je me suis lancée dans ma lecture sans savoir réellement de quoi ça allait parler, en me laissant porter par l’histoire. J’ai bien fait, car j’ai pu entrer dans l’univers de l’auteur sans a priori et ainsi découvrir une trilogie fantastique originale.
Lire la suite

Perdue et retrouvée, Cat Clarke

couv6825107.jpg

PERDUE. Quand Laurel Logan, 6 ans, a été kidnappée, seule sa petite sœur en a été témoin. Toute l’enfance de Faith a été façonnée par la disparition de Laurel : de la séparation de ses parents à la présence constante des médias, en passant par celle de ces soi-disant amis qui ne veulent que lui parler de sa sœur.

RETROUVÉE. Treize ans plus tard, une jeune femme est retrouvée dans le jardin de l’ancienne maison des Logan, totalement déboussolée et serrant dans ses bras l’ours en peluche avec lequel Laurel a disparu. Laurel est enfin de retour chez elle, saine et sauve. Faith avait toujours rêvé de revoir sa sœur, sans oser vraiment croire que cela arriverait. Mais une série troublante d’événements isole Faith et la pousse à la paranoïa : ce que l’on a perdu peut-il réellement être retrouvé ?

* * *

J’ai lu ce roman il y a deux mois, mais heureusement j’avais pris des notes pour pouvoir vous en parler ! Je ne pouvais décemment pas mettre de côté un livre qui a frôlé le coup de cœur !

J’avais repéré le titre parmi les nombreux romans ados de Cat Clarke sur le stand Robert Laffont au Salon du livre de Montreuil. Bien que le résumé assez tapageur me faisait douter, l’intrigue avait soulevé ma curiosité. J’ai bien fait, car j’ai été très agréablement surprise, à la fois par l’écriture de l’auteur et par l’histoire. Ce n’est pas seulement prenant comme peuvent l’être d’autres romans Young adult qui se lisent bien mais qui ont des faiblesses. Perdue et retrouvée aborde de vrais sujets, tels que les relations au sein de la fratrie ou les médias.

Lire la suite

Le soleil est pour toi, Jandy Nelson

couv74992555Noah et Jude sont plus que frère et sœur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l’exubérante, la casse-cou, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd’hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés. Jusqu’à ce que Jude rencontre un beau garçon écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur… Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

* * *

Voilà un roman dont j’ai peu entendu parler, que j’ai repéré par hasard en flânant dans les allées du Salon du livre de Montreuil,  Et pourtant, il a été un de mes premiers coups de cœur de 2018 !

Si je devais résumer mon opinion en une phrase pour vous donner envie de le lire, je dirais que Le soleil est pour toi est original, bien écrit, beau, fort et émouvant.

Lire la suite

Les garçons ne tricotent pas (en public), T. S. Easton

[15 jours que je n’ai pas posté une chronique roman… Il est temps de reprendre les bonnes habitudes ! ]

 

couv8623884.jpgAprès avoir volé de l’alcool dans un supermarché et manqué de renversé une dame, Ben, 16 ans, doit suivre un  » parcours de réinsertion pour jeunes délinquants  » et, dans ce cadre, s’inscrire à un cours de tricot. Autant dire que ça ne l’enchante pas. Mais Ben accepte de jouer le jeu, tant que Megan (la fille dont il est amoureux), son père, ses copains…bref, tant que PERSONNE n’est au courant. Le hic, c’est qu’il se découvre une passion dévorante pour le tricot. Et bientôt, il ne pense plus qu’à ça : point mousse, douceur et couleur de laines, patrons compliqués. Au point de cacher des aiguilles sous son lit, de participer à des concours, de vendre ses créations sur Internet et de transformer sa vie…en grosse pelote de mensonges impossible à démêler !

* * *

Ces derniers temps, j’ai lu pas mal de Young adult et j’ai eu le plaisir de découvrir de vrais pépites ! J’ai hâte de vous parler de ces romans qui sortent des clichés et nous prouvent une fois pour toutes qu’il y a de la qualité dans la littérature jeunesse – et j’oserai même dire qu’elle plaira aux adultes 😉

Comme je suis assez faible, j’avoue que je me suis décidée à lire ce livre surtout à cause du titre, repéré sur un blog il y a longtemps – pas à cause de la couverture, particulièrement hideuse dans le genre kitch. Il arrive souvent que les éditeurs misent sur une couverture originale, voire tapageuse, pour attirer l’œil des lecteurs. Il est moins rare, cela dit, que le contenu soit aussi singulier que l’aspect extérieur ne le laissait penser. Or, pour une fois, je trouve que T. S. Easton remplit bien son pari !

Lire la suite

Duologie : The Book of Ivy & The Revolution of Ivy, Amy Engel

couv73233627Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple. J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu. Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche… Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera. 

* * *

[Les lectures chroniquées des mois après, le retour ! Celle-ci date…d’octobre ^^ ]

Voilà une saga qui, je crois, a été lue par toute la blogosphère (422 chroniques sur Livraddict, really ????) et largement encensée. J’ai pris un peu le temps de m’éloigner de cette vague (2015), pour le découvrir tranquillement. Ma chronique vient donc un peu après la bataille, et sera peut-être plus mitigée que l’avis dominant.

Avant de commencer, je voulais signaler qu’à mon sens les deux tomes auraient largement pu être réunis en un seul (je les ai d’ailleurs lu l’un à la suite de l’autre). L’évolution de l’intrigue est bien menée mais insuffisamment développée.

Je dois également avouer que j’ai eu du mal avec le style de l’auteur. Ma première impression a été celle d’un roman mal écrit et laborieux. Le problème vient, à mon sens, du point de vue interne de la narration et de la manière très maladroite du personnage principal d’exprimer ses pensées. A de nombreuses reprises, l’auteur explicite inutilement certains ressentis ou certains comportements. Peut-être que cet aspect dérange moins le public adolescent ? Quoi qu’il en soit, la lourdeur du style s’atténue heureusement au fil de la duologie.

Lire la suite