Un chant de Noël, de Charles Dickens

couv25441457.jpg Une bonne surprise ♥

La veille de Noël. tous s’affairent aux préparatifs. Mais, préférant la solitude à ces fêtes joyeuses, Ebenezer Scrooge refuse l’invitation de son neveu et s’enferme chez lui. Pour ce vieil homme avare et solitaire, que tous prennent soin d’éviter, Noël se résume à un simple mot : « Sottise ! » Mais ce soir-là, les esprits de Noël en décident autrement. Entraîné tour à tour dans le passé, le présent et le futur, le vieux grincheux reçoit une leçon de vie. 

* * *

Lire la suite

Publicités

Le Remède mortel, de James Dashner

Je vous retrouve pour vous parler du dernier tome de la fameuse trilogie l’Epreuve de James Dashner.  Achever une trilogie est toujours délicat : entre satisfaction d’être arrivé à la fin d’une série et crainte d’une déception, les attentes peuvent être fortes !

Pour ceux qui n’ont pas lu les tomes 1 et 2, attention au spoil ! Je vous invite à retrouver plutôt les chroniques du Labyrinthe et de La Terre brûlée !

PeutCouverture_2_le_remede_mortel.jpg mieux faire ♥

Souvenez-vous : Les blocards se sont échappés du Labyrinthe et ont survécu à la terre brûlée, deuxième épreuve concoctée par le WICKED. A la fin du tome 2, on quittait Thomas, isolé de force dans une pièce, et a priori contaminé. Alors que l’épreuve touche à sa fin, les amitiés et les certitudes ont été ébranlées et les souvenirs commencent à remonter. Les ravages de la Braise rendent urgent de trouver un remède, mais les garçons sont de plus en plus réticents à suivre le WICKED.  

* * *

Lire la suite

« La Terre brûlée », de James Dashner

Je vous laissais il y a quelques mois avec la chronique du tome 1 de la saga de James Dashner, le Labyrinthe. Un début qui m’avait enthousiasmé, malgré quelques défauts d’écriture. Il était grand temps de découvrir la suite !

(J’ai une sorte de masochisme qui fait que je n’aime pas lire tous les tomes d’une saga les uns après les autres. Je trouve qu’on les apprécie mieux après une petite – longue – pause !)

9782266200134

Le synopsis de ce deuxième tome est tout aussi alléchant que le premier : Thomas et ses amis blocards sont parvenus à sortir du Labyrinthe. Mais dehors, le monde qu’il découvre tient à peu près du cauchemar. Un climat ardent pèse sur le monde tandis qu’une maladie mortelle a décimé les trois quarts de la population et continue de se propager. Pire encore, les membres du WICKED ne semblent pas décidés à laisser les jeunes garçons (et la jeune fille) profiter de leur toute récente liberté. De nouvelles épreuves les attendent. 

* * *

Sans laisser planer plus de mystère, la Terre brûlée a été pour moi un véritable coup de cœur, bien au-delà du premier tome ! Je n’ai pas retrouvé les défauts qui m’avaient gênée à la lecture du premier (lourdeurs dans la description des pensées du personnage,  répétitions, insistance sur le langage des blocards), ou du moins à un degré minime et sans que cela ne dérange la lecture (le seul dont je me rappelle est l’étrange obsession des personnages à dire « Ecrase » pour dire « Laisse-tomber »).

On découvre ce fameux monde extérieur après avoir été enfermé dans le Labyrinthe pendant tout le tome 1 et on ne peut qu’être avide d’en savoir plus. L’auteur parvient à garder un suspens total sur le rôle des ex-blocards, le pourquoi du comment de ces épreuves et l’activité du WICKED, tout en distillant de petites informations qui nous tiennent en haleine.

Le point fort de La Terre brûlée, assez inattendu d’ailleurs, provient d’un changement complet d’ambiance. J’ai adoré qu’on ait dès le premier chapitre un « Tom, il y a un problème », qui annonce la couleur. Cette fois-ci (même si le Labyrinthe n’était pas une partie de plaisir), il y a quelque chose de plus noir : plus de morts, plus de risques, plus de tensions entre les membres du groupe. L’auteur parvient réellement à nous faire peur (en tout cas moi qui ne lit jamais de romans d’horreur ^^ ) avec les fondus, les bruits dans l’obscurité, les étranges boules de métal (je vous laisse découvrir, j’ai eu les chocottes pendant tout le passage !) et autres réjouissances. On a l’impression qu’il va leur arriver une atrocité toutes les cinq minutes (et de fait, on n’a pas tout à fait tort).

L’idée de rôles qui auraient été assignés au préalable à chacun des membres du groupe sans qu’ils ne le sachent est particulièrement bien trouvée et va instaurer une méfiance insidieuse. Que faire quand l’un est censé être le chef ? Quand un autre serait un traître ? L’arrivée de nouveaux personnages dynamise le récit et lui donne une autre dimension. La relation avec Theresa, surtout, est passionnante : impossible de savoir de quel côté est la jeune fille, une certitude laissant systématiquement la place à un nouvel élément qui nous plonge dans le doute.

Enfin, comme dans le tome 1, l’action ne s’arrête pas, on n’est jamais à court de rebondissements. Quant au dernier chapitre et à l’épilogue, ils sont sur le même ton que ceux du premier tome : renversantes, inquiétantes, à la limite du vicieux. En bref, réussies.

* * *

Vous l’aurez compris, ce livre vous accrochera pour ne plus vous lâcher ! J’ai entendu pas mal de critiques sur la trilogie et le manque d’explications de l’auteur. Pour l’instant, cela ne m’a pas dérangé, je croise les doigts pour le dernier tome ! 

Verdict Coup de coeur

Edition : Pocket Jeunesse – 414 pages – Année de parution : 2010

 

« Les Fiancés de l’hiver », de Christelle Dabos

Les Fiancés de l’hiver est le premier livre lu dans le cadre des deux challenges ! Il répond au critère « Lire un livre dont la couverture a un rapport avec l’hiver » (Challenge d’hiver & Un mois = 1 consigne). Vous vous en doutez sûrement, j’avais beaucoup entendu parler de ce livre sur la blogosphère, avec des avis très positifs. Je ne pouvais donc pas laisser passer l’occasion de me faire mon propre avis ! Au risque d’être déçue car j’avoue que quand j’ai pris le livre pour la première fois, je ne savais même pas de quoi il parlait ! Suspens total, donc…

1507-1

 On suit une jeune fille originaire d’Anima, la frêle Ophélie, qui possède la faculté de lire la « mémoire » des objets et de passer à travers les miroirs. Alors que rien dans son physique ou ses aptitudes ne semblent justifier ce choix, on la fiance à Thorn, son parfait contraire : étranger venu du Pôle plongé dans l’éternel hiver, à la carrure monstrueuse, bourru, glacial et, semble-t-il, doté d’une position importante à la Cour. Sans qu’elle ne puisse s’interroger davantage sur les raisons de ce mariage qu’on l’oblige à garder secret, elle est sommée d’accompagner son fiancé à la Citacielle et plonge dans un monde inconnu et plein de dangers.

* * *

Lire la suite

« Le Labyrinthe », James Dashner

A1ILVo7F2yLThomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les « coureurs » parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. 

* * *

Comme beaucoup de monde, j’ai découvert la saga L’épreuve et son premier tome Le Labyrinthe au moment de son adaptation au cinéma. Et en tant que lectrice résistante, j’ai décidé non pas d’aller voir le film au cinéma mais de lire le livre (je lis toujours les livres avant de voir les films). Je dois avouer que le livre est resté un peu de temps sur les étagères de ma bibliothèque, car je n’étais pas dans une période où je lisais de la littérature pour Adolescents (YA). Mais voilà, je l’ai commencé la semaine dernière et je l’ai fini en seulement quelques jours ! Il faut dire que, certes, le style littéraire n’est pas exceptionnel, mais l’avantage, contrairement à la littérature classique, est que cela se lit extrêmement facilement.

L’atout premier du livre, selon moi, est son scénario ou même plus précisément l’idée de départ. Thomas reprend connaissance enfermé dans une sorte d’ascenseur, qui s’ouvre sur un monde inconnu. Il fait ainsi ses premiers pas au Bloc, accueilli par une bande de garçons. Ayant perdu la mémoire, toute une foule de questions se posent à lui et sont d’autant plus inquiétantes que les garçons refusent d’y répondre : qui est-il ? où est-il ? pourquoi ? peut-il retourner là d’où il vient ? etc Celui qu’on ne cesse d’appeler le bleu comprend vite qu’il a débarqué dans un monde plutôt cauchemardesque duquel il n’est pas prêt de sortir : tout autour du Bloc où les garçons ont aménagé un espace de vie, se dresse un gigantesque Labyrinthe peuplé de créatures effrayantes et dont, chaque jour, les garçons cherchent sans succès une sortie.

Lire la suite