Journal d’un vampire en pyjama, Mathias Malzieu

couv25880087.jpg Ce livre est le vaisseau spécial que j’ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent. Quand la réalité dépasse la (science-) fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d’amour aussi. Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n’ai rien eu à inventer. Si ce n’est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon cœur. 

* * *

De Mathias Malzieu, j’avais presque tout lu : son premier, La Mécanique du cœur, une révélation, d’ailleurs vendue à plus d’un million d’exemplaires ; Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, plus grave car sur le deuil de sa mère, le deuxième roman chroniqué sur le blog ; puis, de retour dans une légèreté poétique, Le plus petit baiser jamais recensé. Il ne me restait que le dernier, sans doute le plus intime, Journal d’un vampire en pyjama.

Lire la suite

Publicités

Anatomie d’un soldat, Harry Parker

Je suis de retour sur la blogo ! J’avais lâché un peu le blog ces derniers temps, prise par les révisions. Mais ça commençait à sérieusement me manquer et je suis contente de vous retrouver pour une nouvelle chronique !

parker-h-anatomie-dun-soldatLe jeune capitaine britannique Tom Barnes est envoyé en mission dans une zone de conflit. Au retour d’une patrouille nocturne, il marche sur un engin explosif improvisé et est immédiatement rapatrié en Angleterre. Débute alors un autre combat tant psychologique que physique durant lequel le héros va parvenir à surmonter « ce à quoi l’on ne pouvait survivre » grâce à l’aide non seulement des médecins, mais aussi de sa famille ainsi que de l’être aimé.

* * *

Anatomie d’un soldat relate l’histoire du capitaine britannique Tom Barnes qui perd ses deux jambes en sautant sur un engin explosif improvisé lors d’une mission. La grande originalité du roman est qu’il est raconté à chaque chapitre par des objets : instruments médicaux, matériel militaire, vélo, baskets, sac…

Certes, le point de vue des objets et la construction éclatée du roman sont perturbants et il faut le temps au lecteur pour s’y faire. J’ai eu parfois du mal à m’y retrouver, à identifier précisément l’objet dont il était question ou la chronologie des évènements. D’ailleurs, tous les chapitres ne m’ont pas captivée. Mais contrairement à ce que l’on pourrait craindre, le récit est loin d’être neutre ni dénué de sentiments. En exposant les faits, les objets apportent une certaine distance qui rend l’histoire d’autant plus bouleversante, car ils nous décrivent la scène de l’extérieure comme si l’on y assistait. De plus, pour ne pas  tomber dans la froide objectivité, l’auteur a eu la bonne idée d’introduire beaucoup de dialogues et de faire dépeindre les pensées du personnage par ces objets qui l’accompagnent dans son quotidien de soldat et sa reconstruction. On le suit ainsi dans l’intimité de son vécu et de sa souffrance.

Lire la suite

Quatre lectures sur le terrorisme

Aujourd’hui, je vous retrouve avec un ensemble de mini-chroniques un peu particulières. Parmi la sélection du Prix des chroniqueurs Web se trouvaient deux romans ayant pour thème les attentats et le djihadisme. J’ai lu le premier en novembre mais je ne l’avais pas chroniqué, faute de matière suffisante. A la lecture du deuxième, je me suis dit que ce serait bien de les regrouper pour vous faire un article thématique. J’ai donc complété ces lectures par deux autres, et me voilà !

couv21139034A la place du cœur, Arnaud Cathrine

Depuis que la France est frappée par le terrorisme, beaucoup de romans, en particulier jeunesse, se sont emparés du sujet. A la place du cœur en fait partie. On suit Côme et ses amis à la période des premiers émois adolescents et du choix de l’orientation en Terminale. L’attentat de Charlie Hebdo puis de l’Hypercacher vont provoquer de nouveaux bouleversements à gérer. Le roman m’a ému en me replongeant dans les jours suivant les attentats de janvier 2015. J’y ai retrouvé mes réactions et sentiments, le choc, les craintes pour l’avenir et la situation de notre pays, tout comme l’envie de se mobiliser lors des rassemblements qui ont suivi. J’ai par contre beaucoup moins accroché à l’histoire d’amour naissante entre les deux ados et le contexte lycéen. Le côté « jeunesse » m’a empêché de l’apprécier pleinement. Quoi qu’il en soit, il me semble important que la littérature puisse, à son niveau, aider les jeunesse à affronter ce traumatisme.

Lire la suite

L’homme qui murmurait à l’oreille des éléphants, Lawrence Anthony

couv61674392.gifLorsque l’on demanda à Lawrence Anthony, grand défenseur de la nature, de recueillir un troupeau d’éléphants sauvages et traumatisés dans sa réserve de Thula Thula en Afrique du Sud, son bon sens l’incita tout d’abord à refuser. Quand il sut que les éléphants seraient abattus s’il ne changeait pas d’avis, il décida finalement de les sauver. Au cours des années qui suivirent, Lawrence Anthony devint petit à petit un membre de leur famille, créant des liens inaliénables avec les membres du troupeau. Il comprit alors que ces créatures exceptionnelles avaient beaucoup à lui apprendre sur la vie, la loyauté et la liberté. 

* * *

Ma lecture de La tristesse des éléphants, a éveillé mon intérêt pour ces grands mammifères et j’ai eu envie d’en savoir plus. Mon choix s’est porté sur le livre d’Anthony Lawrence parmi la liste de sources indiquées par Jodi Picoult. Il n’est malheureusement plus édité mais j’ai pu me le procurer à la bibliothèque.

Lawrence Anthony est connu pour son engagement envers les animaux. Après son opération au zoo de Bagdad, c’est une nouvelle fois son expérience personnelle qu’il nous raconte dans L’homme qui murmurait à l’oreille des éléphants. Et quelle histoire !

Lire la suite

« La vie selon Juan Salvador, palmipède d’Uruguay », de Tom Michell

cvt_la-vie-selon-juan-salvador-palmipede-duruguay_2365

En 1975, Tom Michell, un jeune Anglais, décide de prendre un aller simple pour l’Argentine et trouve une place confortable en tant qu’enseignant dans une école huppée. A lui le changement de vie, les voyages, et la découverte de l’Amérique du Sud. Alors que ses vacances en Uruguay s’achèvent, il secourt un manchot piégé dans une nappe de pétrole sur une plage. Cette rencontre inattendue est le début d’une longue amitié avec celui qu’il baptise Juan Salvador.

* * * 

Voilà un livre plutôt inhabituel que mon chéri m’a offert pour Noël et que je me suis empressée de découvrir. Avant toute chose, je dois dire que j’ai totalement flashé sur cette magnifique couverture : elle justifie presque à elle seule d’acheter le roman ! Il faut croire que Monsieur me connait bien car j’ai été charmée par l’histoire originale d’un manchot particulièrement attachant.

Lire la suite