C’est l’heure du bilan ! [novembre 2018]

 

cest-lheure-du

 

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

5 romans et 2020 pages. J’ai vraiment eu de belles lectures en novembre, et je dois reconnaitre que c’est en partie grâce au Prix des chroniqueurs Web puisque j’ai lu 3 ouvrages de la sélection. En plus d’un coup de cœur – et ça faisait longtemps – j’ai enfin lu un classique que j’avais envie de découvrir depuis longtemps. J’ai été touchée par deux romans, émouvants à leur manière, et marquée par un court récit sur un sujet difficile.

Un coup de cœur 

couv8808919

Eleanor Oliphant va très bien me faisait de l’œil depuis sa sortie, et à raison puisqu’il est devenu entre temps un véritable phénomène littéraire. Je vous en parle bientôt. Un indice : vous pouvez d’ores et déjà courir l’acheter.

Deux bons moments

J’ai poursuivi la sélection du Prix avec Un clafoutis aux tomates cerises. Un roman doté d’un personnage atypique, puisqu’on suit le journal d’une nonagénaire. Finalement, l’histoire n’est rien d’autre que le quotidien, et pourtant elle nous touche par la simplicité, l’humour malicieux et la tranquilité de la vieille dame. Il dégage une douceur de vivre qui fait du bien.

La maladroite, avec ses même pas 100 pages, est un coup de poing en pleine figure. Impossible d’échapper au défilement de personnages se succédant pour nous raconter un drame de maltraitance.

Deux lectures non chroniquées

Je commence à bien connaitre Dickens, puisque j’en suis à son quatrième roman après De grandes espérances, Le Mystère d’Edwin Drood et Un chant de Noël. J’avais délibérément commencé par ses œuvres les moins connues avant de me lancer dans ce monument de la littérature anglaise, Oliver Twist. C’est toujours délicat de lire un roman que sa réputation a précédée et dont on connait en partie l’histoire avant de l’ouvrir. Pourtant, l’histoire m’a réservée des surprises. Le personnage d’Oliver Twist, que je m’imaginais en orphelin voleur ingénieux et audacieux, s’est révélé plus jeune, plus marqué par les épreuves et les maltraitances qu’il a subies et plus effacé. Le  garçon est surtout passif, victime des convoitises et des magouilles montées par des escrocs et des bandits. A contrario – et heureusement – le roman n’est pas tout noir et nous réserve également des passages où se réjouir.

Après avoir adoré Le soleil est pour toi , je me devais de découvrir Le ciel est partout, le premier roman de Jandy Nelson. J’ai retrouvé des thématiques et des personnages semblables au roman ensoleillé. Celui-là aborde la question du deuil avec intelligence, en posant les bonnes questions et en n’ayant pas peur d’aborder les sujets tabous. Même si la romance a tendance à prendre une place importante, l’auteur a su décrire la colère et l’incompréhension après la perte d’un proche, le sentiment d’injustice, la perte de sens, la culpabilité. A-t-on le droit de rire et d’aimer après la mort d’un être cher ? Comment surmonter la perte, comment avancer, comment retrouver le goût de vivre sans l’autre et surtout le droit d’être heureux ?

 

∼ Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

Ce mois-ci n’a pas été le plus actif sur le blog, avec seulement 4 articles dont 2 chroniques. Depuis que j’ai commencé mon stage, j’ai du mal à tenir le rythme, étant simplement trop fatiguée en rentrant pour écrire ici. Résultat, je vous ai délaissé et j’ai un nombre incalculable de chroniques en retard (avec près de 3 heures de transports en commun par jour, j’ai le temps de lire !). J’espère trouver une petite organisation qui marchera mieux pour décembre !

* Bon mois de décembre à tous et toutes *

 

 

Publicités

C’est l’heure du bilan ! [octobre 2018]

 

C'est l'heure du

Je n’ai pas vu passer la deuxième partie du mois ! Si bien que j’ai l’impression de ne pas avoir lu grand chose de mois-ci…

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

4 romans et 2200 pages. Quand je disais que je n’ai pas lu beaucoup de romans, c’est aussi parce que je me suis plutôt tournée plutôt vers des briques ce mois-ci. Je ne vous ai encore rien chroniqué, ça ne va pas du tout ! Et pourtant j’ai eu beaucoup de bonnes lectures et j’ai très envie de vous en parler. Le temps que je me fixe mon planning, cela arrivera à partir de la semaine prochaine.

Un coup de cœur 

couv570850.jpg

Après des années à trainer dans ma PAL, j’ai lu Geisha, d’Arthur Golden. Alors que j’avais une petite appréhension à cause de mon ignorance du sujet et de mon absence d’appétence particulière pour le Japon des années 30, je me suis totalement prise au jeu. L’auteur nous emmène dans l’univers des geisha, et c’est tout un monde, une culture, un art de vivre que l’on découvre, loin des préjugés que l’on peut s’en faire. Le format de faux témoignage rend le récit plus intime et le personnage de Chiyo m’a beaucoup touchée. Chronique à venir !

Deux bons moments

J’ai adoré Les filles du Nightingale, malgré quelques défauts de style et d’édition. Je  vous en parle dans quelques jours si tout va bien !

Je m’attendais à un poil mieux pour Mille petits riens, car j’adore Jodie Picoult et que j’avais énormément entendu parler de son dernier roman. Il se distingue des autres par le sujet traité et les personnages m’ont moins touchée. Mais il traite bien, au-delà de l’histoire des personnages, du racisme dans la société américaine et des défaillances du système judiciaire.

Une lecture non chroniquée

couv63129356

Vous connaissez mon amour pour Van Gogh. Ma dernière expérience livresque à ce sujet, La veuve des Van Gogh, était assez insatisfaisante, mais celui-ci m’a enchanté ! L’auteur a une plume très agréable et creuse la psychologie du peintre, sa vision de son art et du monde, ses rapports avec son frère…. On a l’impression de côtoyer Van Gogh en personne. Le pendant négatif, cela dit, est que l’auteur fait dire des choses au peintre qui relèvent plus de son opinion personnelle que d’une vérité historique ou d’une fidélité aux faits.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

Mention particulière à The star is born, un des meilleurs films de l’année à mon humble avis ! Lady Gaga (que pourtant je n’appréciais pas plus que ça) est époustouflante, tant par son jeu d’actrice que par sa voix. Et elle marque beaucoup plus sans tous les artifices dont elle s’entoure habituellement ! La performance de Bradley Cooper, dont c’est le premier film comme réalisateur, est aussi à signaler.

Ce mois-ci, j’ai commencé Orange is the new black. Je ne la trouve pas forcément à la hauteur de tous les éloges qu’elle a reçus depuis ses débuts. J’ai du mal à accrocher avec les personnages (à part Piper) et à me faire à la vulgarité et à la violence. Mais je trouve la série intéressante pour le sujet, rarement traité à l’écran.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… 

  • 8 articles dont 2 chroniques. J’ai été peu présente ces derniers jours et du coup j’accumule les chroniques en retard… Mais je vous parlerai prochainement de mes dernières (très bonnes) lectures.
  • J’ai annoncé les résultats du concours 400 abonnés. J’attends le mail des gagnants !
  • Je participe de nouveau au Prix des chroniqueurs Web cette année ! J’ai hâte de découvrir les sélections et d’échanger avec les autres participants. N’hésitez pas à nous rejoindre 🙂

 

* Bon mois de novembre à tous et toutes *

C’est l’heure du bilan ! [août 2018]

cest-lheure-du

Ce mois-ci, j’ai lu… 

6 romans et 2870 pages. Un nombre assez modeste, dans la continuité de ces vacances.

Trois bons moments 

Les Délices de Tokyo est un court roman, doux et poétique, qui nous fait voyager au Japon avec ses saveurs culinaires. Room [chronique à venir] échappe à la catégorisation thriller et émeut par son histoire de séquestration et la force de la relation mère-fils. Roman ado atypique pour finir, Le vide de nos cœurs [chronique à venir] relate la rencontre entre deux jeunes au bord du suicide.

Deux bonne surprises 

Je conseille La pâtissière de Long Island pour les amateurs du New-York des années 30…et de son cheesecake. Après mon coup de cœur pour Americanah, j’ai été un peu moins emballée par L’autre moitié du soleil [chronique à venir] mais contente d’en apprendre plus sur la guerre du Biafra et la société nigériane.

Une lecture non chroniquée :

couv68383895

J’ai moins apprécié Le Jeu de l’ange que le premier tome  du Cimetière des livres oubliés. J’ai été déçue de ne pas retrouver les personnages de l’Ombre du vent alors que je m’attendais à une suite. En réalité, le roman se passe 25 ans auparavant. Ensuite, je ne m’attendais pas à la thématique très mystique et à la noirceur du personnage principal et du maître chanteur. Cela dit, je reconnais toujours le talent de l’auteur et ai apprécié l’ambiance de Barcelone et le sujet de l’écriture.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

Aurore est un rare film qui met en scène des personnages quinquagénaires et aborde le sujet de la ménopause. De plus belle, avec Florence Foresti, m’a marquée. Il nous place dans la peau d’une femme déboussolée après son cancer du sein. Elle doit réapprendre à vivre après la maladie,  se réapproprier son corps et également retrouver une certaine sérénité. C’est émouvant, drôle par moment, et porte un beau message sur la féminité, l’acceptation du corps, l’estime de soi et la vie pendant/après la maladie. Quant aux Figures de l’ombre, on y apprend l’histoire incroyable de trois femmes noires américaines qui ont travaillé à la NASA et ont contribué au premier voyage d’un Américain dans l’espace.

Le nouveau Mission impossible m’a déçue : trop de scènes d’action, trop peu de crédibilité et un jeu d’acteurs très bof. Par contre, j’ai beaucoup aimé Le terminal, qui m’a rappelée le style de Forrest Gump, un de mes films préférés.

Moi qui aime beaucoup les titres d’Abd al Malik, j’étais curieuse de découvrir son film, lui-même adapté de son roman. Il y raconte son parcours, la vie dans un quartier difficile (c’est effrayant de voir ce dont sont témoins et ce à quoi participent des enfants et adolescents très jeunes…), sa passion pour les mots et la musique et sa découverte de la religion. Le film A voix haute me tenait à cœur parce que j’ai assisté à la finale d’Eloquentia, un concours d’éloquence à l’université de Saint-Denis auquel le film est consacré. Il permet de redonner une voix aux jeunes de banlieue trop souvent effacés ou visibles par des préjugés, et prouver que l’éloquence est à la portée de tous quelle que soit l’origine sociale ou ethnique. Il est aussi touchant par le portrait des participants qui ont chacun une histoire personnelle difficile.

Du côté des films d’animation, j’ai regardé pour la première fois un film japonais, le très émouvant Tombeau des lucioles. Et je me suis bien marrée avec Le monde de Dory, malgré un démarrage assez lent, surtout à partir du moment où ils sont dans l’aquarium.

J’ai visionné deux nouvelles séries. Un monde sans fin m’a laissée plutôt de marbre, le sentiment qu’on tournait un peu en rond et la fatigue de voir toujours les mêmes l’emporter (cf deux personnages machiavéliques). Les Piliers de la terre sont beaucoup mieux ! J’ai découvert aussi une mini-série Netflix, The let down, qui aborde le sujet tabou du baby blues et des difficultés de la maternité.

 

< Mes découvertes du Web >

Ce mois-ci, je voulais vous partager deux liens, l’occasion de mener une petite réflexion à la fois sur notre culture et sur notre consommation :

– Les amateurs de manga trouveront peut-être intéressant cet article sur le sexisme dans les mangas. Les critiques apportées reprennent des réflexions que je me suis déjà faite lors de mes lectures et qui peuvent agacer voire heurter les femmes lectrices de shônen et d’autres genres : personnages féminins caricaturaux, dotés de poitrines très généreuses pour une taille de guêpe, excessivement dévêtues, en proie à des blagues sexistes…  On y apprend aussi que ce genre de détails participe d’une stratégie éditoriale pour satisfaire le lectorat japonais.

– Je vous invite ensuite à visionner le documentaire Starbuck’s sans filtre, diffusé sur Arte. On connait certains déboires de Starbuck’s, en particulier le prix élevé des boissons et la tendance à l’évasion fiscale. Mais je vous assure que le film vous passe un peu l’envie de cautionner un système pareil, qui impose des conditions de travail difficiles, s’implante de manière invasive sans considération pour les commerçants présents et est désastreux pour l’environnement.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… 

  • 9 articles dont 2 chroniques. Assez peu d’activité sur le blog, la faute au boulot, puis aux vacances, puis à la panne internet. Mais je vous ai préparé quelques articles en avance pour maintenir un rythme régulier à la rentrée ! Par contre, je réalise que j’ai pris des mauvaises habitudes en oubliant de consulter vos blogs… impardonnable ! Tout devrait rentrer dans les clous en septembre 😉

 

* Bon mois d’août à tous et toutes *

C’est l’heure du bilan ! [juillet 2018]

 

cest-lheure-du

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

…6 romans et 2190 pages. J’ai entrepris de vider ma PAL cet été (enfin vider, on se  comprend, la faire descendre serait déjà pas mal !). Le problème, c’est que j’ai choisi des romans soit qui n’étaient pas en accord avec mon humeur, soit qui ne m’attiraient pas plus que ça. Résultat, un bilan assez mitigé !

5 lectures non chroniquées

Des lectures pas très folichonnes ce mois-ci, que je n’avais donc pas envie de vous chroniquer. Je préfère vous en dire simplement quelques mots lors du bilan :

J’ai été on ne peut plus déçue par Léon Morin, prêtre, de Béatrix Beck. J’avais envie de le lire depuis la sortie du film La Confession, tiré du roman. Mais ma lecture a été laborieuse : l’écriture est froide, les personnages pas attachants, la question religieuse omniprésente… Je n’ai pas compris la démarche de l’auteur, et je pense que ça a très mal vieilli.

A l’inverse, j’ai été plutôt agréablement surprise par le recueil de nouvelles 13 à table, que l’on m’avait offert. Les auteurs déclinent chacun à leur manière, de façon diverse, le thème de la fraternité, et les chutes sont souvent réussies.

Autre découverte post-adaptation ciné : Wonder, dont on a tellement entendu parler. Je reste un peu sur ma faim après tout le tapage médiatique et bloguesque, parce qu’il a quand même un aspect très jeunesse qui le rend à mon sens un peu lourd à lire pour un adulte. Cela dit, le personnage d’Auggie est très touchant, et je trouve important que la littérature jeunesse délivre ce message sur le harcèlement scolaire et l’acceptation de la différence. Le parti de faire parler la sœur et les amis d’Auggie pour montrer comment ils vivent la situation est également très pertinent et évite les discours moralisateurs, même si l’alternance des points de vue a tendance à ralentir l’intrigue en répétant plusieurs fois les mêmes évènements.

J’ai poursuivi direction l’Afghanistan avec Le Cricket-club des talibans. L’intrigue – une femme qui se déguise en homme pour pouvoir entrainer ses cousins au cricket et ainsi avoir une chance de fuir au Pakistan avec toute l’équipe – est originale, la description de la terreur que font régner les Talibans sur la société afghane saisissante. Il m’a manqué un petit quelque chose pour me sentir réellement entrainée par l’histoire et accrochée aux personnages.

Je termine avec un roman  de Katherine Scholes, que j’ai là aussi un peu moins aimé que La lionne et Leopard Hall. J’ai trouvé tout simplement l’intrigue moins intéressante – pas assez d’action, sans doute, et presque pas de romance. En fait, l’auteur insiste un peu trop lourdement sur le secret que cache le personnage principal, une femme qui s’installe avec son mari en Afrique suite à un scandale, et cela finit par agacer le lecteur plus qu’autre chose. La relation avec son conjoint, marquée par la culpabilité de la femme et l’indifférence du mari, est également trop déséquilibrée : j’avais envie de les secouer l’un et l’autre (elle à cause de sa soumission, lui à cause de son caractère antipathique).

Une bonne surprise

couv12643280

Je vous parlerai de La supplication, un court roman choc constitué de témoignages recueillis auprès de survivants de Tchernobyl.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

 

Le retour des Indestructibles m’a replongée en enfance pour mon plus grand plaisir ! Le scénario en soi n’est pas oufissime, mais JackJack (et Edna) font clairement tout le film. De manière assez surprenante, j’ai trouvé que de nombreuses blagues et réflexions s’adressaient plutôt aux adultes, comme la question de la conciliation vie familiale-vie professionnelle, le partage des tâches et les médias.

Les Oubliés m’a touchée à travers le destin d’un groupe de très jeunes soldats allemands envoyés sur les côtes danoises dans une mission suicide de déminage des plages en 45.

Moi qui ne suis pas très comédies, a fortiori françaises, j’en ai vu pas mal ce mois-ci. J’ai passé de bons moments devant Le sens de la fête et Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, drôles et bien ficelées.  Jour J ne m’a par contre pas convaincue.

 

∼ Mes découvertes du Web ∼

Assez de texte, place au format audiovisuel ! Je souhaitais partager avec vous 2 vidéos YouTube :

– d’abord, celle de la chaîne Elsamakeup sur la réalité du handicap. Un témoignage qui nous permet de prendre conscience des difficultés que rencontrent les personnes handicapées au quotidien face à une société inadaptée et au regard des autres.

– Ensuite, une vidéo de JujuFitcat dans laquelle elle parle des complexes. Si cette youtubeuse est spécialisée en Fitness/Musculation/Nutrition, elle aborde aussi régulièrement le rapport au corps et les injonctions à la féminité. Un discours important de la part d’une influenceuse.

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 7 articles, dont 2 chroniques. Comme je vous le disais, baisse de régime niveau chroniques en ce moment. Je préfère me réserver pour des romans qui m’inspirent vraiment. Cela m’a aussi permis de rattraper enfin tout mon retard : je suis officiellement à jour dans mes lectures à chroniquer ! De manière générale, j’ai ralenti le rythme de publication pendant les vacances, parce que je suis occupée à d’autres activités ou à travailler, et de toute façon les lecteurs sont également en vacances !
  • Je vous annonce le retour des rendez-vous « Réflexions d’une blogueuse » et « A la recherche » le mois prochain [je sais qu’ils vous avaient manqué ;)], délaissés par manque de temps et chroniques prioritaires. Vous avez réservé un bon accueil à mon article sur les romans surcotés, ça m’a fait très plaisir ! J’adore rédiger ce genre de billets qui sort de l’ordinaire. D’ailleurs, je vous prépare d’autres articles de ce type, restez connectés !

 

∼ Bon mois d’août et bonnes vacances à ceux qui en ont ! ∼

 

C’est l’heure du bilan ! [juin 2018]

 

cest-lheure-du

Je ne peux pas croire que l’on soit déjà en juillet. Où est passé le mois de juin ? Le point positif, c’est que l’été a démarré pour de bon !

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… 

6 romans et 2190 pages. Je suis surprise du bilan assez léger de lectures ce mois-ci. Cela doit être les vacances : on sort plus, on fait d’autres activités, et les livres restent dans leur coin ! Mais la qualité a été au rendez-vous, puisque j’ai eu pas moins de 3 coups de cœur. Cela tranche avec les lectures plus mitigées des mois précédents.

Trois coups de cœur

Journal d’un vampire en pyjama est plus que le récit d’une maladie, c’est une véritable leçon de vie.

HhHH m’a rappelée les débats soulevés lors de mes études d’histoire : comment raconter l’histoire sans s’éloigner de la vérité historique ?

Mon mois de lecture s’achève avec une brique, mais surtout un coup de cœur : Les Oiseaux se cachent pour mourir [chronique à venir]. Une romance pas comme les autres, une fresque familiale australienne, des personnages charismatiques.

Trois lectures non chroniquées

Les Fragiles est un court roman à l’écriture saisissante sur un adolescent qui se débat contre un père macho, raciste et violent.

Nouveau roman de Daphné du Maurier ajouté à ma liste : La crique du Français. Ce n’est pas son meilleur, certes, mais ça a été ma foi une lecture bien agréable. Une bourgeoise lassée des mondanités s’isole avec ses enfants dans son manoir dans la campagne anglaise et découvre la vie pleine d’aventures d’un pirate français.

Enfin, Une nuit en Crète, que j’avais reçu en gagnant un concours lancé par Les Escales, est un recueil de courtes nouvelles qui nous font voyager en Grèce.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

J’ai visionné pas mal de films ce mois-ci ! Je voudrais juste mentionner Un homme d’exception qui traite de la schizophrénie et m’a totalement bouleversée, d’autant plus que c’est une histoire vraie. Quant à Wonder Woman, je n’ai même pas réussi à le voir jusqu’à la fin, alors même que j’aime beaucoup le personnage de Wonderwoman. Je ne comprends pas comment les studios ont pu faire un film aussi raté, que ce soit au niveau du scénario, du traitement hyper réducteur de la guerre, du jeu des acteurs ou des effets spéciaux. On dirait un film à petit budget, alors qu’il a quand même coûté 149 millions de dollars… Pour une fois que l’on avait une super-héroïne, dommage !

Niveau Netflix, j’ai démarré trois nouvelles séries. Stranger things, que j’ai arrêté au bout du troisième épisode parce que ça me faisait trop flipper haha (je n’aime pas tout ce qui est horreur/thriller psychologique). The crown : dans un format plus long (épisodes d’1 heure), la série nous plonge dans le règne d’Elisabeth II. Je trouve ça passionnant pour l’instant ! Enfin, 15 ans après tout le monde, j’ai découvert Pretty Little Liars. Et même si j’ai conscience que c’est bourré de clichés et assez typique des séries ados, c’es totalement addictif !

< Mes découvertes du Web >

Je souhaitais d’abord vous parler de l’article de June & Cie suite à la récente polémique à propos d’un article du Monde qui rabaissait les bookstagrameurs. Notre amie blogueuse a parfaitement résumé ma pensée et celle, je pense, de beaucoup de blogueurs : Non, il n’y a pas de « faux » lecteurs, et ce genre de propos est la meilleure façon de détourner le grand public de la littérature en la réservant à un petit cercle élitiste.

J’avais aussi envie de vous partager une de mes découvertes musicales. Je ne suis pas non plus à la page, mais j’ai découvert récemment Hoshi, un phénomène de la nouvelle génération de la chanson française, avec sa voix grave et éraillée si caractéristique et ses textes poétiques. J’adore son duo avec Gaétan Roussel, leurs voix se mêlent parfaitement.

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit ∼

  • 9 articles, dont 3 chroniques. Avec l’été qui arrive, j’ai décidé de ne pas trop me mettre la pression. J’essaie de rester à jour sur les chroniques des romans lus, mais sans rythme fixe !
  • J’ai réalisé que ces derniers temps, j’avais comme qui dirait zappé d’aller faire un tour sur vos blogs…je me rattrape ce mois-ci, promis !
  • J’ai créé un compte Instagram pour le blog ! Retrouvez-moi sous le pseudo @petite_plume_blog (lien dans la barre latérale à droite). Au-delà de m’amuser à faire des photos et des mises en scène, je prends beaucoup de plaisir à admirer le talent, l’inventivité et la qualité des photos de certaines bookstagrameuses.

 

Bon mois de juillet à tous et toutes ∼

C’est l’heure du bilan ! [mai 2018]

 

cest-lheure-du

Ce mois-ci, j’ai lu… 

8 romans et 2600 pages environ. J’ai beaucoup moins lu ce mois-ci. D’abord parce que j’étais en préparation d’oral ; puis, par la suite, même en étant en vacances, j’ai ressenti le besoin de faire une pause lecture. Je pense que c’est dû au fait que, vers fin avril-début mai, j’ai enchainé mes lectures pour essayer de terminer mes emprunts à la bibliothèque de Lyon avant de quitter la ville, et j’étais pas loin de l’indigestion ! Tout ça pour dire que j’avais moins envie de me plonger dans un livre que de regarder des séries et des films (merci Netflix !). Le mois a été aussi moyen niveau qualité de lectures : pas de coup de cœur et encore pas mal de lectures jeunesse qui ne m’ont pas vraiment laissé un souvenir impérissable même si elles étaient agréables. Du coup, je n’avais pas envie de les chroniquer !

Un bon moment

couv58330612

J’ai enfin fini Autant en emporte le vent ! J’avais commencé en août dernier les deux premiers tomes – mon édition Folio a édité le roman de 1500 pages en trois tomes – mais je ne me sentais pas d’attaquer l’intégralité d’un seul coup, sous peine de me lasser et de décrocher. J’ai arrêté une centaine de pages avant la fin du tome 2 car une pause se faisait dans l’intrigue, et j’ai repris… 8 mois plus tard ! (j’avoue que je pensais reprendre plus tôt, là j’ai dû relire une bonne partie du deuxième tome car je ne me rappelais plus exactement l’intrigue !). Ma chronique de l’ensemble arrive donc bientôt !

Sept lectures non chroniquées

 

Quelques pas de plus, voilà un roman jeunesse original ! Le portrait touchant d’une jeune fille malade qui vit seule avec sa sœur pour affronter les défis du quotidien. J’ai été un peu moins convaincue par l’aspect fantastique introduit à travers les coutumes Navajo.

Qui n’a pas entendu parler d’Everything Everything, que ce soit par le livre ou le film ? Une lecture plaisante, même si j’ai trouvé dommage la direction que prenait le roman. A mon sens, il aurait fallu traiter soit de la maladie (et dans ce cas, certaines incohérences sont décelables), soit du rapport avec la mère (en développant davantage), et non des deux. Je ne veux pas spoiler mais ceux qui ont lu le livre comprendront.

Après avoir lu Mes hauts, mes bas et mes coups de cœur en série, de Becky Albertalli, je n’ai pas aimé tant que ça Moi Simon, 16 ans, Homo Sapiens, à mon grand regret. En fait, il m’a beaucoup fait penser à Will & Will que j’avais lu peu de temps avant. J’ai aimé les échanges entre Simon et Blue, et du même coup la manière d’aborder le sujet de l’homosexualité. J’ai aussi été surprise par l’identité de ce dernier. Mais au-delà de ça, je n’ai pas trouvé l’intrigue passionnante. Encore une fois, il s’agit surtout du quotidien d’un lycéen, et j’ai passé cet âge !

La Sélection est une série Young adult best seller et, ma foi, je me suis bien laissée emballer par le destin de ces prétendantes !

 

J »ai continué ma lecture de la série Miss Peregrine. Le deuxième tome est toujours très bon !

Dans Police, on suit, à la manière d’un huis clos, trois policiers qui doivent conduire un immigré en situation irrégulière à la police des frontières. Un cas de conscience qui va les faire douter : respecter la loi ou rester humain ?

Enfin, j’ai été un peu déçue par La veuve des Van Gogh. Malgré mon intérêt pour ce peintre, ce court livre entre roman et fiction ne m’a pas emballée.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

 

 

> Mes trouvailles du Web <

Je voulais d’abord partager avec vous cet article qui m’a alertée : Vous êtes-vous déjà demandé quelles informations exactement les applications des réseaux sociaux collectaient sur vous ? Un journaliste a fait le test…et le résultat est effrayant !

Pour passer à quelque chose de plus positif, les Eroïnes ont réuni une équipe de jeunes volontaires pour réaliser une vidéo fan made de la Passe-Miroir : le résultat vaut le coup d’œil !

Un peu d’humour pour finir, avec cet article sur le tumblr « Instagram husband ». Parce que derrière chaque photo parfaite d’instagrammeuse, il y a un mari dévoué…qui se sacrifie !

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… 

  • 10 articles, dont 5 chroniques. J’ai enfin retrouvé mon rythme de croisière dans la publication des articles, ça fait du bien ! J’ai pu également rattraper le retard dans mes chroniques. Pour cela, j’ai privilégié d’anciennes lectures dont je ne vous avais toujours pas parlé, quitte à ne pas chroniquer les romans lus ce mois-ci. J’ai aussi déterré le rendez-vous Connaissez-vous ? pour vous parler d’une de mes découvertes musicales récentes.
  • Vous avez peut-être remarqué que j’ai changé l’en-tête du blog ! Depuis le temps que je voulais créer une bannière, je suis plutôt contente du résultat (mais dites-moi ce que vous en pensez !). J’en ai même préparé plusieurs dans des styles différents pour changer régulièrement !

Bon mois de juin à tous et toutes ∼

C’est l’heure du bilan ! [avril 2018]

cest-lheure-du

Après une semaine d’examens, un oral et un déménagement, me revoilà ! J’espère que cette fois-ci est la bonne pour que le blog retrouve un rythme normal !

Ce mois-ci, j’ai lu… 

10 romans. Avril a été un mois plutôt bien rempli niveau lecture. Pour mes dernières semaines à Lyon, j’ai profité un max du stock de Young adult de la bibliothèque. Je vais regretter de ne plus avoir un tel vivier à disposition !

Un coup de cœur

couv21563663

Après en avoir entendu tant d’éloges, j’ai enfin craqué pour Sauveur & fils, la saga de Marie-Aude Murail. Très bon choix, je vous en parle bientôt !

Trois bons moments

Les garçons ne triootent pas (en public) est un roman original, drôle, sur un ado qui se découvre une passion pour le tricot. Autre registre avec Le chagrin des vivants [chronique à venir] qui suit trois femmes dans l’Angleterre des années 20, où il faut réapprendre à vivre après la guerre. Enfin, Toute la beauté du monde n’a pas disparu [chronique à venir] a été une belle surprise : une jeune fille se retrouve dans un camp nature avec d’autres ados « à problèmes » ; elle va devoir se surpasser et peut-être trouver des réponses à ses questions.

 

6 lectures non chroniquées

Là où tombent les anges est un roman engagé, qui nous parle des femmes au début du XXème, avec la voix des femmes. Chanteuses de cabaret, femme au foyer prisonnière d’un mari tyrannique, cousettes miséreuses, bourgeoises, ouvrières intoxiquées dans les usines à munition. Assez dur, le roman nous touche par la violence que subie Solange et son amitié avec Lili, femme libre, amoureuse de la vie malgré les difficultés.

Mes hauts, mes bas & mes coups de cœur en série est un roman ado sympa qui aborde des thématiques rarement présentes (homosexualité et bisexualité, une famille soudée avec deux mamans) et reflète de manière drôle et assez touchante les rivalités entre sœurs et les amours adolescentes. Même si je n’ai plus vraiment l’âge du lectorat visé, j’ai retrouvé mes pensées et mes soucis d’ados, quand les crush et les déceptions amoureuses semblent d’une importance capitale.

Pour être honnête, après avoir vu partout la saga Did I Mention I Love You, j’ai été un peu déçue… J’ai rarement vu un tel concentré de clichés dans la littérature ado ! Le côté glamour de Los Angeles, la bande de gosses de riches, les filles superficielles, le bad boy/beau gosse ténébreux, la drogue, la romance impossible… Cela donne aux plus jeunes une très mauvaise idée de ce qui est enviable dans la vie. Sans compter que la fille flashe sur un c****** de première (est-ce vraiment ça l’image du mec irrésistible ?). Au-delà de ça, la romance aurait pu être mieux amenée, en prenant le temps de creuser les personnages et l’évolution de leur relation, au lieu de passer en deux minutes de « je déteste ce garçon odieux » à « qu’est-ce que j’aime l’embrasser ». Alors sans doute ai-je dépassé l’âge pour lire ce genre de romans et que c’est ce que les ados ont envie de lire – d’ailleurs, si on s’efforce de pardonner les facilités et stéréotypes, ça se lit effectivement très bien et on peut se laisser porter par les histoires de cœur. C’est dommage, l’ensemble est trop prévisible, peu crédible et mise sur des partis pris discutables.

Je m’entête avec John Green, alors que les deux romans que j’ai lus ne m’ont pas enchantée. Mais c’est plus fort que moi, je veux comprendre ce que tout le monde lui trouve. J’ai vraiment eu du mal au début de Will &  Will, en particulier à cause de personnages un poil insupportables, de l’ambiance farfelue, du style d’écriture et de l’alternance entre deux points de vue que je ne comprenais pas. Les choses se sont arrangées après la rencontre avec le deuxième Will. Ce roman se distingue de La Face caché de Margo et de Qui es-tu Alaska en changeant un peu de thématiques et de la figure de la jeune fille mystérieuse. Il permet de parler aux ados de sujets importants comme l’homosexualité ou la dépression et plus généralement des relations humaines.

Poursuite de la découverte des Outrepasseurs. J’ai été un peu moins séduite par le second tome, après ma très bonne surprise à la lecture du premier. On quitte le Moyen-Age pour rentrer au cœur de l’univers fantasy et des rapports entre les Outrepasseurs, les Fés, les Ferreux et les Métamorphes. La transition avec le tome précédent n’est pas très bien amenée et l’intrigue pas toujours facile à suivre. Un peu plus d’explications auraient sans doute rendu la lecture plus agréable pour le lecteur !  Mais j’ai toujours hâte de lire le troisième.

Enfin, The sun is also a star est l’histoire d’un coup de foudre et d’un amour voué à l’échec. Une rencontre éclair entre un jeune américain d’origine coréenne qui se rêve poète mais s’apprête à passer un entretien pour une grande université, pour faire plaisir à ses parents, et une jeune fille jamaïcaine sans papier qui un rendez-vous de la dernière chance avant que sa famille ne soit expulsée. Le temps d’une journée, ils vont tomber amoureux. Les personnages sont hyper attachants et la romance très mignonne. Le roman explore les enjeux de l’immigration, du lien avec ses origines et de la pression familiale. J’ai beaucoup aimé la manière dont le coup de foudre est amené : alors que Natasha n’est pas du tout intéressée, Daniel lui propose de faire le pari qu’il pourra, par une série de questions, faire naitre chez elle des sentiments amoureux. Un roman construit de manière originale, qui met au centre l’amour, le temps et l’avenir, même si la fin m’a peut-être moins convaincue.

Ce mois-ci, j’ai vu… 

< Mes trouvailles du Web >

Mon mois a été marqué par la découverte du blog d’une illustratrice  féministe, Dans mon tiroir. Elle a fait notamment cet article sur les inégalités de genre dans la conversation.

De fil en aiguille, je suis tombée sur plusieurs autres liens concernant le consentement sexuel, qu’il fallait absolument que je vous partage :

– cette vidéo, à la fois hilarante et inquiétante quand l’on pense qu’elle est nécessaire, à montrer à tous ceux qui disent que c’est compliqué de savoir quand une femme veut ou ne veut pas. Pas plus difficile qu’une tasse de thé !

– ce documentaire sur le sexe sans consentement : parce que viol ne prend pas toujours la forme que l’on imagine, parce que l’on peut se sentir obligée de céder, des jeunes femmes racontent leur expérience d’un rapport non consenti. Il devrait être visionné par tous les lycéens. Et ce serait beaucoup plus éclairant et frappant que de dire « attention aux hommes louches dans les ruelles sombres la nuit ».

– et enfin cette chaine YouTube qui s’est donnée pour mission de renverser les idées reçues en faisant du consentement exprimé explicitement la nouvelle norme du sexy. Parce que l’on dit souvent que parler de sexe ou de contraception est un tue l’amour. Et peut-être que si l’on n’avait pas cette image, alors il y aurait beaucoup moins de zones grises, de situations où l’on n’est pas sûr alors on fait quand même, parce que l’on n’a pas su demander, pas su exprimer, pas su écouter.

Ce mois-ci, j’ai écrit…. ∼

  • 7 articles, dont 2 chroniques… Un peu faiblard, tout ça ! Le mois de mai signe la fin de l’année universitaire et de mes concours, ça devrait donc aller mieux par la suite ! J’ai hâte de vous retrouver pour vous parler de toutes les livres que je n’ai pas encore eu le temps de chroniquer !

Bon mois de mai à tous ∼

C’est l’heure du bilan ! [mars 2018]

cest-lheure-du

 

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

11 romans et . Ce mois-ci a été bien rempli en lectures, presque jusqu’à l’indigestion, je vous l’avoue. En fait, je me suis un peu mise une pression pour lire beaucoup parce que j’avais emprunté trop de livres à la bibliothèque et que j’étais en retard (c’est ça quand on a les yeux plus gros que le ventre ^^ ), et en plus je voulais finir mon programme de lectures pour le Prix littéraire des chroniqueurs Web dont la deadline était le 30 mars. Bref, j’ai réussi, d’où ce bilan riche ! Par contre, vous comprendrez que je ne pouvais pas tout chroniquer sous peine d’être ensevelie !

Un coup de cœur 

couv74992555

Un roman ado fort qui aborde entre autres la gémellité, la création artistique et l’homosexualité. Un vrai coup de cœur dont j’ai hâte de vous parler !

Deux bons moments

J’ai enfin découvert Cat Clarke et je n’ai qu’une envie : en lire d’autres !  [chronique à venir]. Un parfum d’encre et de liberté est un roman qui aborde de manière originale le thème de l’esclavage, mais aussi du couple et de la fertilité [chronique à venir]. Pour les 2, on est passé très près du coup de cœur !

Une bonne surprise

parker-h-anatomie-dun-soldat

Chronique à venir tout bientôt, celle d’un témoignage autant qu’une expérience littéraire : le récit d’un soldat blessé en Afghanistan à travers des objets du quotidien.

Une lecture mitigée

couv27039131

Seule chronique à jour du mois, Les filles au lion ne m’a pas séduite autant que je m’y attendais. Aucun regret, cela dit.

6 lectures non chroniquées 

[Je vous préviens, ça va être long, car même si je ne les ai pas chroniqués, je souhaite prendre le temps de vous en parler 😉 ]

J’ai pris Une bobine de fil bleue un peu au hasard à la bibliothèque et je n’ai malheureusement pas accroché à l’ambiance du roman et aux personnages.

La bibliothèque des citrons est une vraie pépite jeunesse. Je n’ai pas eu un coup de cœur, je pense qu’il était un peu trop court et « jeunesse » à mon goût, mais il m’a émue. Il traite d’un thème rarement abordé, celui du deuil et de la dépression. Calypso est une petite fille de 10 ans très éveillée pour son âge (elle se met en tête d’écrire un livre, c’est dire), mature, mais pour le coup beaucoup trop. Car si elle est obligée de prendre des responsabilités d’adulte, de s’occuper du repas, de rappeler qu’il faut faire des courses, c’est que son père a totalement perdu pied depuis la mort de sa femme, jusqu’à en oublier son rôle de père. Son amitié avec Maé et sa rencontre avec sa famille vont être un refuge et une sonnette d’alarme. Les personnages sont très touchants. J’ai ressenti de la colère envers le père : comment on peut abandonner son enfant de cette façon ? Mais, à la manière de la fillette, je crois que l’histoire nous invite à nous départir de notre jugement et à prendre en compte sa détresse. C’est un beau roman sur le deuil, la reconstruction et les familles atypiques. Le message final est que se forger une carapace pour ne pas souffrir de la perte des autres n’est pas une solution. Ils ont tellement à nous donner d’amour, d’affection et de soutien.

A nous a été une bonne lecture, quoique dans un style très différent de ce à quoi je m’attendais. En voyant l’histoire de trois femmes réunies après la mort de celui qui a été tour à tour leur mari, je m’attendais à un feel-good, l’histoire de femmes qui, malgré leur ressentiment, se retrouvent et deviennent amies, se découvrent des similitudes, se rapprochent dans le deuil et s’investissent dans un projet commun ou autre. Et bien non. Le roman est surtout l’occasion de nous dépeindre une vision assez pessimiste du couple et de la famille. La mort de Deacon, un chef connu, va être l’occasion de révéler ses manquements (infidélité, drogue, dette…), mais aussi de mettre en lumière les problèmes des familles recomposées, de l’argent et de l’héritage. Epouses et enfants réfléchissent à leurs relations et leurs souvenirs avec lui. On en apprend ainsi plus sur le passé et les secrets enfouis. Les personnages ne sont pas du genre attachants, ils se font des crasses et sont assez pitoyables. Parmi les épouses, plutôt insupportables, seule la première, Laurel, relève le niveau. Cela dit, j’ai suivi leur histoire avec plaisir ; le cadre de Nantucket m’a enchantée et j’ai aimé cet attachement à la maison familiale.

Après avoir énormément entendu parler de la saga Les étoiles de Noss Head, je me suis rendue compte que c’était un remix français de Twilight. Pour être juste, pas tout à fait, mais ça y ressemble beaucoup si on remplace les vampires par des loups garous. J’ai un peu tiqué face au style ado-romance qui nous ressort le cliché du beau ténébreux et de la fille un peu nunuche. L’histoire d’amour n’est pas du tout crédible : beau gosse aperçu à l’aéroport puis oh mon dieu quelle coïncidence il habite sur le lieu où elle se rend en vacances et c’est le coup de foudre. Ensuite, la fille est totalement dépendante de lui et le gars est à l’inverse hyper protecteur voire autoritaire. Je dois cependant être honnête, et si l’on excuse ces aspects un peu agaçants en se souvenant du public visé, il se lit très bien. C’est mignon et le cadre écossais apporte un dépaysement agréable. Les passages explicatifs sur les loups-garous ne sont pas forcément bien amenés par contre, et m’ont peu intéressée.

Lettres à Stella a été une lecture sympa et émouvante : un  amour impossible pendant la Seconde guerre mondiale, le contexte austère d’un presbytère anglais et le mari qui va avec, et dans le présent une jeune femme en détresse déterminée à réunir les vieux amants. La partie au présent m’a peu convaincue et le tout était un peu trop niais dans sa vision de l’amour, mais l’ensemble est prenant !

Je termine avec La balade des pas perdus, un ovni auquel je ne m’attendais pas…et dont je suis passé à côté. Dommage !

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

< Mes trouvailles du Web >

Un sujet qui m’intéresse – pas que je l’envisage pour moi personnellement dans l’immédiat, mais comme ça – celui de l’expatriation. Et une des grandes oubliées des expats est souvent la femme d’expat, celle qui accompagne son mari dans sa mutation et abandonne pour cela son boulot, sa carrière ou autres sources d’épanouissement. Je vous conseille donc deux articles : ici et .

J’ai été aussi marquée par cet article sur le harcèlement à l’encontre des jeunes filles et des comportements ultraconservateurs perpétrés par des traditionnalistes dans les lycées et prépas militaires.

Pour finir, j’ai découvert, un peu après tout le monde, la chaine Gui Home vous parle. De courts sketchs très drôles sur un thème en particulier dans lesquels chacun se reconnaît !

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 14 articles, dont 6 chroniques. J’ai carburé ce mois-ci ! Retour des rendez-vous, on a parlé de romans féministes et lien entre lecture et sociabilité.
  • En fin de mois, j’ai été moins présente. Je crois que le rattrapage de chronique m’est monté à la tête ! J’ai encore pas mal de brouillons qui trainent pour des lectures anciennes dont j’ai quand même envie de vous parler. J’espère réussir à me mettre à jour une fois pour toutes, quitte à moins chroniquer les prochaines lectures.
  • Le clap de fin du Prix des chroniqueurs Web est tombé ! Un article sur le bilan de cette expérience arrive bientôt.

Je vous laisse sur ces mots en vous souhaitant de bien profiter du long week-end de Pâques.

Bon mois d’avril à tous ∼

C’est l’heure du bilan ! [février 2018]

cest-lheure-du

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

6 romans et environ 2200 pages lues. La fin du mois a été un peu tendue, avec les dernières révisions, mon concours, et ensuite quelques jours de repos bien mérités ! Mon rythme de publication comme de lecture en a été un peu ralenti. Une bonne excuse pour repartir de plus belle en mars !

 

Deux bons moments

Une belle surprise avec la saga des Outrepasseurs [chronique à venir] que je me suis décidée à lire uniquement parce que j’avais entendu de bons avis, même si l’intrigue ne m’inspirait pas plus que ça. J’ai bien fait ! Et que dire du roman bouleversant de Nadia Hashimi, Si la lune éclaire nos pas, sur une famille afghane qui fuit son pays en quête d’un avenir meilleur en Europe ?

Deux bonnes surprises

Un moment agréable passé avec Miss Cyclone, même si mon ressenti n’a pas été aussi enthousiaste que certaines chroniques que j’ai pu lire sur la blogo. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre avec Les quatre filles du révérend Latimer [chronique à venir] que j’ai reçu à la Masse critique de Babelio. J’ai pris un peu peur en voyant sa note très moyenne sur Livraddict. Et pourtant, j’en ressors plutôt contente !

Un inclassable

couv52648557.png

Le roman coup de poing de Mathieu Menegaux, Je me suis tue, gagne son pari et marque le lecteur !

Une lecture non chroniquée

couv63434210.gif.jpg

Dernier volume pour clore la trilogie des Neshov. Autant vous prévenir, on est loin du happy end ! Cette saga aura définitivement été d’un genre particulier mais étrangement prenante.

Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

 

› Mes belles trouvailles du Web

Un article léger ce mois-ci, que j’avais découvert pour le premier opus chez Le Charmant petit monstre il me semble. Une journaliste s’est amusée à résumer avec beaucoup d’ironie les films Cinquante nuances de grey. De quoi bien rigoler tout en soulevant ce qu’ils peuvent avoir de plutôt malsain ! Par pour le premier et pour le dernier en date.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 9 articles, dont 4 chroniques. L’échéance approchant, je me suis concentrée sur les chroniques de la sélection du Prix littéraire des chroniqueurs Web. Il me reste trois romans à lire parmi ceux que j’avais sélectionnés !
  • Je vous ai proposé le premier Instant bulles, une sélection BD qui reviendra régulièrement.
  • J’ai fait une pause dans les rendez-vous, mais je peux d’ores et déjà vous annoncer qu’ils reviendront au mois de mars !

 

* Bon mois de mars à tous, en espérant qu’on aura moins froid ! *

 

C’est l’heure du bilan ! [janvier 2018]

cest-lheure-du

 

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

11 romans et 3950 pages. Malgré mes révisions, j’ai gardé un bon rythme de lecture, en particulier grâce aux nombreux trajets pendant les vacances de Noël (dont les 9h de Ouibus x2 pour aller à Londres ^^). Il vaut mieux, sachant qu’il me reste encore beaucoup de romans à lire pour le Prix des chroniqueurs Web qui termine en mars.

Deux bons moments

Une belle surprise jeunesse avec un roman poétique pacifiste et écologiste, et un roman fort sur le thème de l’avortement qui met en évidence le poids de la communauté et des remords.

 

Trois bonnes surprises

Je suis sortie de ma zone de confort pour découvrir un pavé de fantasy : j’ai eu un peu de mal mais ça en valait la peine ! [chronique à venir]. Ensuite, je me suis plongée dans un conte hivernal à la frontière du fantastique, parfait pour la période [chronique à venir]. Enfin, j’ai appris combien il était dur d’être homosexuel en Iran et j’ai admiré la force de l’amour de Sahar.

Une lecture mitigée

couv48732364

Déception avec une lecture du Prix des chroniqueurs Web dont j’avais entendu du bien. La construction du roman m’a déroutée ; je n’ai pas accroché.

Trois lectures à part 

Retrouvez la chronique de mes lectures sur le terrorisme.

Deux lectures non chroniquées

Découverte d’une série jeunesse aux allures gothiques, assez particulière, très peu médiatisée, mais plutôt pas mal. J’attends la suite pour me faire une idée de l’ensemble ! J’ai également poursuivi la trilogie des Neshov et j’ai aimé continuer auprès des personnages que la vie n’épargne pas.

 

Ce mois-ci, j’ai vu ∼

 

› Mes belles trouvailles du Web

J’avais envie d’élargir mon bilan mensuel à d’autres références non littéraires. Je m’inspire donc des « liens qui m’ont fait wahou hors chroniques littéraires » du C’est le premier je balance tout pour vous parler de ce qui a retenu mon attention.

Impossible de passer à côté de deux belles interventions pour les droits des femmes. D’abord, le discours d’Oprah Winfrey aux Golden Globes qui a profité de la tribune qui lui était accordée pour secouer le monde du cinéma frappé par les scandales de harcèlement sexuel et appeler à une société où aucune femme n’aurait à dire « #metoo ». Puis la courte prise de parole de Natalie Portman qui raconte comment elle a été sexualisée à son insu et défend le droit des femmes à exprimer librement leur désir.

Rien à voir, mais j’ai été frappé par la vidéo de ce médecin qui alerte sur l’hyper-industrialisation des aliments. 50% des produits de supermarchés sont ultra-transformés, avec des impacts non négligeables sur la santé (diabète, obésité, maladies cardio-vasculaires, hypertension, cancers…). Certes, on se doute que certains produits purement industriels ne sont pas terribles, comme les cordons-bleus, les nuggets ou les barres chocolatées. Mais ce qui m’a choqué, c’est l’ampleur du phénomène et le fait qu’il touche même des aliments dont ne se méfie pas a priori comme les céréales du petit-déjeuner, les soupes, les jus de fruit, les yaourts aux fruits et tous ces produits dont le packaging vous annonce qu’ils sont sains ou « riches en… » (alors qu’en réalité en cherche juste à rajouter des nutriments que l’on a perdu lors de la transformation). Je suis bien décidée à faire plus attention à ce que je mets dans mon assiette.

 

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit ∼

  • 14 articles, dont 5 chroniques. Prix des chroniqueurs Web oblige, j’accélère le rythme jusqu’en mars !
  • Comme je vous l’annonçais dans mes « résolutions », des articles d’un genre nouveau apparaitront dans les prochains mois (vraisemblablement à partir de mars). J’espère qu’ils vous plairont !

 

∼ Bon mois de février à tous ! ∼