Tops & Flops de 2018 (version blog)

Bonjour à tous !

Je vous retrouve pour un autre article bilan de l’année 2018 – je vous rassure, c’est le dernier, et il est d’un genre un peu différent. L’idée m’est venue après avoir lu l’année dernière un article d’une blogueuse (malheureusement, plus moyen de retrouver sur quel blog c’était) sur les chroniques qui avaient eu peu de vues sur son blog. J’avais trouvé le concept original et cela permettait de mettre en avant des livres qu’elle avait aimés et qui n’avait pas eu la visibilité qu’elle aurait souhaité. J’ai décidé de reprendre un peu le même principe en vous présentant à la fois mes tops et mes flops de 2018. Cela me permet aussi de varier des Petite Plume Awards que j’ai fait ces deux dernières années.

C’est parti !

Le mois le plus actif sur le blog : Mars avec 14 articles dont 6 chroniques
VS.jpgLe mois le plus calme : Décembre avec 4 articles

 

Le mois record de lectures : Janvier avec 11 romans et 3950 pages

Je  commençais bien l’année !

VS.jpgLe mois le moins propice à la lecture : Novembre avec 5 romans et 2020 pages lus

La symétrie est assez amusante. C’est en effet vers la fin de l’année que j’ai eu le moins de temps pour lire, avec mon stage. 

Lire la suite

Publicités

C’est l’heure du bilan ! [janvier 2019]

C'est l'heure du

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

7 romans, dont 6 de la sélection du Prix des chroniqueurs Web. Aucun doute, j’ai été très guidée par le Prix en janvier ! C’est que je voulais finir mes lectures pour pouvoir avoir le temps d’écrire les chroniques et de voter avant fin février.

Deux coups de cœur

Gros coups de cœur pour deux romans ados qui sont la preuve vivante de la qualité de la littérature jeunesse : La Fourmi rouge dans un style humoristique (mais il a quand même un message à faire passer), et Les optimistes meurent en premier [chronique à venir], fort et touchant.

Trois bons moments

On se place sous le sceau hivernal, avec L’ange de Marchmont Hall [chronique à venir], une histoire de famille complexe mais passionnante, avec des secrets bien enfouis , puis Au bord de la terre glacée [chronique à venir], qui nous embarque en Alaska, au temps de l’exploration périlleuse de la région .

Je ne sais pas forcément quoi penser des Derniers battements du cœur [chronique à venir]. Il faut dire que je suis peu attirée par ce genre de romans d’ordinaire. Je m’interroge toujours sur l’intérêt d’écrire des livres qui mettent en scène comme cela la maladie (surtout chez les jeunes) et je leur reproche d’être un peu tire-larmes. J’ai trouvé l’ambiance générale du roman assez  glauque, même si il a le mérite de nous faire réfléchir sur l’euthanasie. D’un autre côté je me suis vraiment attachée aux personnages et j’ai aimé la façon d’amener l’histoire d’amour et de décrire ces sentiments forcément compliqués vu la situation. L’histoire est touchante, la romance est belle et le roman est très accrocheur parce qu’on veut savoir comment cela se termine.

Deux bonnes surprises

Changer l’eau des fleurs [chronique à venir] a de quoi vous déconcerter par son sujet : une garde-cimetière. C’était mon premier roman de l’auteure, et je dois dire qu’elle écrit particulièrement bien. Cela a été plutôt une bonne lecture, mais j’ai eu un peu de mal avec le personnage principal et avec son passé assez pesant.

Je suis plus mitigée sur La fille qui n’existait pas. Il a le mérite d’apporter un peu de diversité dans la littérature ado en nous emmenant à Sangui, mais je n’ai pas réussi à me sentir vraiment attachée aux personnages et impliquée dans l’histoire [chronique à venir].

 

∼ Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

> Mes découvertes du Web <

  • Une vidéo de Margaud Liseuse

Margaud Liseuse raconte avec passion son quotidien de libraire. L’occasion de mettre un terme à pas mal d’idées reçues et d’en apprendre plus sur la chaine du livre.

  • Un reportage de Pièces à conviction (France 2) sur les enfants placés

Je m’intéresse aux politiques sociales et je suis particulièrement sensible à la question de la protection de l’enfance. Ces dernières semaines, vous avez peut-être vu passer des articles sur les enfants de l’Aide sociale à l’enfance, c’est-à-dire des enfants placés. Cela fait suite au reportage d’un journaliste sur le sujet. Lui-même a été mis sur la piste par Lyes Louffok, qui a publié un livre dans lequel il raconte son histoire, et se mobilise depuis pour que les politiques s’emparent du problème. Car c’est un réel scandale que l’on découvre dans le documentaire : placement dans des familles violentes, difficulté pour une famille d’accueil d’adopter lorsqu’elle le souhaite, violences entre enfants et par les éducateurs dans les foyers,  professionnels désemparés, parcours de vie chaotiques des adultes issus de l’ASE (rupture d’études, sans-domiciles fixes…)… Je ne suis pas forcément très à l’aise avec les méthodes utilisées par le journaliste pour faire ce reportage. Il est très à charge et il y a pas mal de sensationnel. Mais pourtant je crois qu’il était nécessaire pour choquer l’opinion et faire réagir.

 

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

10 articles dont 5 chroniques. Janvier a bel et bien signé mon retour en forme sur le blog ! Je suis contente d’avoir pu maintenir l’activité à un bon rythme, malgré un mois plutôt chargé niveau boulot. Je crois que le Prix littéraire des chroniqueurs Web a eu un effet plutôt positif parce que j’étais en quelque sorte obligée de rattraper mon retard sur les chroniques des livres de la sélection…

Depuis quelques semaines, j’essaye aussi de revenir sur vos blogs avec plus d’assiduité et de rattraper les articles que j’ai loupés depuis des mois ! Si vous voyez que je like 10 articles à la suite sur votre blog, ne vous étonnez pas, voilà l’explication 😉

Maintenant que j’ai un regain de motivation (et plus de temps) pour le blog, je me sens une envie de changement. Je vais réfléchir à une nouvelle mise en page des articles et à un nouveau design. On verra où cela me mène !

Bon mois de février et bonnes lectures à tous et toutes ! ∼

Le meilleur de mon année en séries (2018)

Bonjour à tous !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous présenter mes séries chouchoutes de 2018.

Depuis que j’ai pris un abonnement Netflix au mois de juin dernier, autant dire que j’en ai usé et abusé. Au total, j’ai visionné 12 séries cette année. La plupart ont été des découvertes grâce à Netflix ; j’ai commencé de nouvelles séries originales ou enfin vu des séries cultes qui ont fait un carton il y a quelques années. Et voilà mon top 6 !

 

Frontier (saison 1)

Les fans de Game of Thrones reconnaitront tout de suite Jason Momoa, alias Khal Drogo, qui a aussi été récemment à l’affiche d’Aquaman. C’est quand même fou de voir qu’il joue toujours des rôles de « sauvage ». Mais c’est vrai qu’il la carrure et le regard pour ! Frontier est une bonne série d’aventure. Elle raconte l’histoire de Declan Harp, un ancien de la Compagnie de la baie d’Hudson, mi-irlandais, mi-Cri, devenu un trappeur hors-la-loi à la réputation sanguinaire. Michaël Smyth, un jeune adolescent irlandais, se retrouve contre sa volonté embarqué sur un bateau direction le Canada. En échange de sa vie, il est chargé de capturer Declan Harp. Frontier montre bien les intrigues, les magouilles et les luttes de pouvoir entre les entrepreneurs, la couronne anglaise, le gouverneur de la Baie d’Hudson et les Indiens pour le commerce des fourrures au Canada au XVIIIème siècle. Outre l’aspect historique, les relations ambigües entre les personnages et leur désir de vengeance exacerbé ajoutent du piment à l’intrigue.

Lire la suite

C’est l’heure du bilan ! [décembre 2018]

cest-lheure-du

Avant de passer aux divers bilans annuels, prenons le temps de revenir sur ce mois de décembre, riche en lectures d’hiver et de Noël.

 

Ce mois-ci, j’ai lu…

…6 romans et 2360 pages. C’est moins que ce que je pensais, mais pas mal non plus !

Un bon moment

couv21261513
Il a le don d’écrire des pavés… Mais qu’est-ce qu’il le fait bien ! Luca Di Fulvio m’a de nouveau séduite avec Les Enfants de Venise (chronique à venir). Un peu moins sombre que son premier roman et plus historique, il met en scène les dérives de la religion et la haine contre les Juifs au XVIème siècle. Encore une belle galerie de personnages et une belle histoire d’amour.

Quatre lectures de Noël

Je me suis mise dans le bain avec quatre histoires se déroulant à Noël. Je ne vous en dis pas plus, un article dédié sort tout bientôt.

Une lecture non chroniquée

couv3610935

Cette dernière lecture s’est révélée décevante. Le comportement d’America était tout bonnement insupportable, avec son indécision. Elle ne sait pas ce qu’elle veut : un coup elle aime l’un, la minute d’après elle préfère l’autre…. Et on tourne en rond comme ça durant tout le roman. J’ai eu le sentiment que l’intrigue n’avançait pas et que ce tome servait simplement à faire patienter jusqu’à la fin de la trilogie. L’auteur tire sur la corde, mais ni les enjeux politiques (révoltes, préparation au règne) ni la Sélection n’ont beaucoup évolué. Il y a assez peu d’action et l’intrigue est prévisible. L’univers dystopique, qui pourrait amener une réflexion intéressante, n’est pas assez développé, et les critiques sur le régime sont assez naïves, plutôt maladroites et stéréotypées. J’espère que le troisième et dernier tome de la trilogie relèvera le niveau !

 

Ce mois-ci, j’ai vu…

 

Ce mois-ci, j’ai écrit…

Pas grand chose ! Je ne compte que 4 articles à mon actif ce mois-ci… J’espère avoir de nouveau plus de temps à consacrer au blog en ce début d’année. En attendant, je vous réserve un beau programme dans les prochains jours, avec les différents articles bilans et mes tops !

 

Bonne année 2019 et bon mois de janvier à tous et toutes ! ∼

 

 

C’est l’heure du bilan ! [novembre 2018]

cest-lheure-du

 

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

5 romans et 2020 pages. J’ai vraiment eu de belles lectures en novembre, et je dois reconnaitre que c’est en partie grâce au Prix des chroniqueurs Web puisque j’ai lu 3 ouvrages de la sélection. En plus d’un coup de cœur – et ça faisait longtemps – j’ai enfin lu un classique que j’avais envie de découvrir depuis longtemps. J’ai été touchée par deux romans, émouvants à leur manière, et marquée par un court récit sur un sujet difficile.

Un coup de cœur 

couv8808919

Eleanor Oliphant va très bien me faisait de l’œil depuis sa sortie, et à raison puisqu’il est devenu entre temps un véritable phénomène littéraire. Je vous en parle bientôt. Un indice : vous pouvez d’ores et déjà courir l’acheter.

Deux bons moments

J’ai poursuivi la sélection du Prix avec Un clafoutis aux tomates cerises. Un roman doté d’un personnage atypique, puisqu’on suit le journal d’une nonagénaire. Finalement, l’histoire n’est rien d’autre que le quotidien, et pourtant elle nous touche par la simplicité, l’humour malicieux et la tranquilité de la vieille dame. Il dégage une douceur de vivre qui fait du bien.

La maladroite, avec ses même pas 100 pages, est un coup de poing en pleine figure. Impossible d’échapper au défilement de personnages se succédant pour nous raconter un drame de maltraitance.

Deux lectures non chroniquées

Je commence à bien connaitre Dickens, puisque j’en suis à son quatrième roman après De grandes espérances, Le Mystère d’Edwin Drood et Un chant de Noël. J’avais délibérément commencé par ses œuvres les moins connues avant de me lancer dans ce monument de la littérature anglaise, Oliver Twist. C’est toujours délicat de lire un roman que sa réputation a précédée et dont on connait en partie l’histoire avant de l’ouvrir. Pourtant, l’histoire m’a réservée des surprises. Le personnage d’Oliver Twist, que je m’imaginais en orphelin voleur ingénieux et audacieux, s’est révélé plus jeune, plus marqué par les épreuves et les maltraitances qu’il a subies et plus effacé. Le  garçon est surtout passif, victime des convoitises et des magouilles montées par des escrocs et des bandits. A contrario – et heureusement – le roman n’est pas tout noir et nous réserve également des passages où se réjouir.

Après avoir adoré Le soleil est pour toi , je me devais de découvrir Le ciel est partout, le premier roman de Jandy Nelson. J’ai retrouvé des thématiques et des personnages semblables au roman ensoleillé. Celui-là aborde la question du deuil avec intelligence, en posant les bonnes questions et en n’ayant pas peur d’aborder les sujets tabous. Même si la romance a tendance à prendre une place importante, l’auteur a su décrire la colère et l’incompréhension après la perte d’un proche, le sentiment d’injustice, la perte de sens, la culpabilité. A-t-on le droit de rire et d’aimer après la mort d’un être cher ? Comment surmonter la perte, comment avancer, comment retrouver le goût de vivre sans l’autre et surtout le droit d’être heureux ?

 

∼ Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

Ce mois-ci n’a pas été le plus actif sur le blog, avec seulement 4 articles dont 2 chroniques. Depuis que j’ai commencé mon stage, j’ai du mal à tenir le rythme, étant simplement trop fatiguée en rentrant pour écrire ici. Résultat, je vous ai délaissé et j’ai un nombre incalculable de chroniques en retard (avec près de 3 heures de transports en commun par jour, j’ai le temps de lire !). J’espère trouver une petite organisation qui marchera mieux pour décembre !

* Bon mois de décembre à tous et toutes *

 

 

C’est l’heure du bilan ! [octobre 2018]

 

C'est l'heure du

Je n’ai pas vu passer la deuxième partie du mois ! Si bien que j’ai l’impression de ne pas avoir lu grand chose de mois-ci…

Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

4 romans et 2200 pages. Quand je disais que je n’ai pas lu beaucoup de romans, c’est aussi parce que je me suis plutôt tournée plutôt vers des briques ce mois-ci. Je ne vous ai encore rien chroniqué, ça ne va pas du tout ! Et pourtant j’ai eu beaucoup de bonnes lectures et j’ai très envie de vous en parler. Le temps que je me fixe mon planning, cela arrivera à partir de la semaine prochaine.

Un coup de cœur 

couv570850.jpg

Après des années à trainer dans ma PAL, j’ai lu Geisha, d’Arthur Golden. Alors que j’avais une petite appréhension à cause de mon ignorance du sujet et de mon absence d’appétence particulière pour le Japon des années 30, je me suis totalement prise au jeu. L’auteur nous emmène dans l’univers des geisha, et c’est tout un monde, une culture, un art de vivre que l’on découvre, loin des préjugés que l’on peut s’en faire. Le format de faux témoignage rend le récit plus intime et le personnage de Chiyo m’a beaucoup touchée. Chronique à venir !

Deux bons moments

J’ai adoré Les filles du Nightingale, malgré quelques défauts de style et d’édition. Je  vous en parle dans quelques jours si tout va bien !

Je m’attendais à un poil mieux pour Mille petits riens, car j’adore Jodie Picoult et que j’avais énormément entendu parler de son dernier roman. Il se distingue des autres par le sujet traité et les personnages m’ont moins touchée. Mais il traite bien, au-delà de l’histoire des personnages, du racisme dans la société américaine et des défaillances du système judiciaire.

Une lecture non chroniquée

couv63129356

Vous connaissez mon amour pour Van Gogh. Ma dernière expérience livresque à ce sujet, La veuve des Van Gogh, était assez insatisfaisante, mais celui-ci m’a enchanté ! L’auteur a une plume très agréable et creuse la psychologie du peintre, sa vision de son art et du monde, ses rapports avec son frère…. On a l’impression de côtoyer Van Gogh en personne. Le pendant négatif, cela dit, est que l’auteur fait dire des choses au peintre qui relèvent plus de son opinion personnelle que d’une vérité historique ou d’une fidélité aux faits.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

Mention particulière à The star is born, un des meilleurs films de l’année à mon humble avis ! Lady Gaga (que pourtant je n’appréciais pas plus que ça) est époustouflante, tant par son jeu d’actrice que par sa voix. Et elle marque beaucoup plus sans tous les artifices dont elle s’entoure habituellement ! La performance de Bradley Cooper, dont c’est le premier film comme réalisateur, est aussi à signaler.

Ce mois-ci, j’ai commencé Orange is the new black. Je ne la trouve pas forcément à la hauteur de tous les éloges qu’elle a reçus depuis ses débuts. J’ai du mal à accrocher avec les personnages (à part Piper) et à me faire à la vulgarité et à la violence. Mais je trouve la série intéressante pour le sujet, rarement traité à l’écran.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… 

  • 8 articles dont 2 chroniques. J’ai été peu présente ces derniers jours et du coup j’accumule les chroniques en retard… Mais je vous parlerai prochainement de mes dernières (très bonnes) lectures.
  • J’ai annoncé les résultats du concours 400 abonnés. J’attends le mail des gagnants !
  • Je participe de nouveau au Prix des chroniqueurs Web cette année ! J’ai hâte de découvrir les sélections et d’échanger avec les autres participants. N’hésitez pas à nous rejoindre 🙂

 

* Bon mois de novembre à tous et toutes *

C’est l’heure du bilan ! [septembre 2018]

 

cest-lheure-du

On se retrouve pour le bilan du mois de septembre et honnêtement, vu les températures, j’ai l’impression qu’on est déjà en hiver. Je sais qu’il y a beaucoup de blogueurs qui adorent l’automne mais désolée, je ne comprendrai jamais !

Ce mois-ci, j’ai lu… 

…5 romans et 2500 pages. Je me suis attaquée à deux morceaux costauds, de respectivement 945 et 590 pages ! Mon mois de lecture a été inégal, rythmé par mon mode de transport : quand je prenais le train je lisais au moins 2 heures par jour, quand je prenais la voiture forcément beaucoup moins (je n’ai pas encore essayé la lecture au volant ;)).

Un bon moment

couv61217419

Impossible pour moi de vous parler en une phrase de ce roman qui tient davantage de la fresque. Sachez simplement qu’il est à la hauteur de sa réputation mais qu’il ne faut pas être trop sensible à la violence. [chronique à venir]

Une bonne surprise

couv73025086.jpg

J’ai poursuivi avec un roman adolescent assez inédit dans le sujet qu’il aborde : les fusillades au sein des lycées américains. Etant donné la fréquence tragique de ce genre d’évènements, il devenait nécessaire de le traiter en littérature ado. L’auteur a pris ce risque et s’en est bien sortie, même si je déplore certaines facilités ou comportements peu crédibles. [chronique à venir]

 

Trois lectures non chroniquées :

La première a été une déception. Malgré ce qu’indique la première de couverture, Cassandra au mariage n’a pas su éveiller mon intérêt. J’ai été gênée par la personnalité du personnage principal, l’ambiance malsaine au sein de la famille et la tournure que prenait l’histoire.

L’explication de l’absence de chronique est toute différente pour Le Livre des Baltimore : après un démarrage un peu long, je me suis attachée à l’histoire des Baltimore, pressée de découvrir les secrets de ces cousins et les raisons du drame. Mais après tout le tapage médiatique autour du roman, je n’ai pas jugé utile de vous le chroniquer.

Enfin, le troisième tome des Outrepasseurs clôt bien la saga. Je crois même qu’il s’agit de mon préféré. On a enfin les révélations que l’on attendait sur l’univers magique, les rapports entre les Outrepasseurs et les Fés, le passé des personnages – pile ce qui manquait pour nous sortir de l’espèce de zone floue dans laquelle l’auteur nous gardait depuis le début de la trilogie. On change aussi d’ambiance : Noble n’est plus sur son piédestal ; un vent de rébellion souffle ; et surtout l’urgence domine à l’heure où la magie est menacée et avec elle l’existence même des Outrepasseurs. Finalement, bien que j’en aie une bonne opinion, je crois que si la saga avait été construite différemment, je l’aurais mieux comprise et d’autant plus appréciée. Le choix de fractionner les tomes de cette façon, la mauvaise transition entre les deux premiers tomes et l’arrivée tardive des explications rendent parfois difficile de suivre l’auteur dans son univers.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 8 articles dont 3 chroniques. J’ai pris un peu de retard sur les lectures du mois, mais les chroniques arriveront bientôt ! Il faut encore que je trouve l’organisation la plus adaptée 🙂
  • Vous l’avez peut-être remarqué, j’ai délaissé le Petit bonheur hebdomadaire depuis le mois de septembre. Tout simplement parce que je n’arrive pas à suivre le rythme avec la reprise. Comme j’adhère toujours au principe et que cela m’attristait d’abandonner le rendez-vous, j’ai trouvé un compromis en décidant de vous présenter une fois par mois mes petits bonheurs mensuels. Ainsi, je continuerai à réfléchir tous les jours à ce qui fait mes joies du quotidien, mais n’aurai qu’un article à écrire.
  • Dès le mois prochain, une nouvelle catégorie d’articles débarque où, une fois n’est pas coutume, on parlera de vous ! Eh oui, je mettrai  vos blogs à l’honneur.
  • Dernière chose – et pas la moins importante –  un concours arrive bientôt sur le blog pour fêter les 400 abonnés. Gardez les yeux ouverts !

 

Bon mois d’octobre à tous et toutes ∼

C’est l’heure du bilan ! [août 2018]

cest-lheure-du

Ce mois-ci, j’ai lu… 

6 romans et 2870 pages. Un nombre assez modeste, dans la continuité de ces vacances.

Trois bons moments 

Les Délices de Tokyo est un court roman, doux et poétique, qui nous fait voyager au Japon avec ses saveurs culinaires. Room [chronique à venir] échappe à la catégorisation thriller et émeut par son histoire de séquestration et la force de la relation mère-fils. Roman ado atypique pour finir, Le vide de nos cœurs [chronique à venir] relate la rencontre entre deux jeunes au bord du suicide.

Deux bonne surprises 

Je conseille La pâtissière de Long Island pour les amateurs du New-York des années 30…et de son cheesecake. Après mon coup de cœur pour Americanah, j’ai été un peu moins emballée par L’autre moitié du soleil [chronique à venir] mais contente d’en apprendre plus sur la guerre du Biafra et la société nigériane.

Une lecture non chroniquée :

couv68383895

J’ai moins apprécié Le Jeu de l’ange que le premier tome  du Cimetière des livres oubliés. J’ai été déçue de ne pas retrouver les personnages de l’Ombre du vent alors que je m’attendais à une suite. En réalité, le roman se passe 25 ans auparavant. Ensuite, je ne m’attendais pas à la thématique très mystique et à la noirceur du personnage principal et du maître chanteur. Cela dit, je reconnais toujours le talent de l’auteur et ai apprécié l’ambiance de Barcelone et le sujet de l’écriture.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

Aurore est un rare film qui met en scène des personnages quinquagénaires et aborde le sujet de la ménopause. De plus belle, avec Florence Foresti, m’a marquée. Il nous place dans la peau d’une femme déboussolée après son cancer du sein. Elle doit réapprendre à vivre après la maladie,  se réapproprier son corps et également retrouver une certaine sérénité. C’est émouvant, drôle par moment, et porte un beau message sur la féminité, l’acceptation du corps, l’estime de soi et la vie pendant/après la maladie. Quant aux Figures de l’ombre, on y apprend l’histoire incroyable de trois femmes noires américaines qui ont travaillé à la NASA et ont contribué au premier voyage d’un Américain dans l’espace.

Le nouveau Mission impossible m’a déçue : trop de scènes d’action, trop peu de crédibilité et un jeu d’acteurs très bof. Par contre, j’ai beaucoup aimé Le terminal, qui m’a rappelée le style de Forrest Gump, un de mes films préférés.

Moi qui aime beaucoup les titres d’Abd al Malik, j’étais curieuse de découvrir son film, lui-même adapté de son roman. Il y raconte son parcours, la vie dans un quartier difficile (c’est effrayant de voir ce dont sont témoins et ce à quoi participent des enfants et adolescents très jeunes…), sa passion pour les mots et la musique et sa découverte de la religion. Le film A voix haute me tenait à cœur parce que j’ai assisté à la finale d’Eloquentia, un concours d’éloquence à l’université de Saint-Denis auquel le film est consacré. Il permet de redonner une voix aux jeunes de banlieue trop souvent effacés ou visibles par des préjugés, et prouver que l’éloquence est à la portée de tous quelle que soit l’origine sociale ou ethnique. Il est aussi touchant par le portrait des participants qui ont chacun une histoire personnelle difficile.

Du côté des films d’animation, j’ai regardé pour la première fois un film japonais, le très émouvant Tombeau des lucioles. Et je me suis bien marrée avec Le monde de Dory, malgré un démarrage assez lent, surtout à partir du moment où ils sont dans l’aquarium.

J’ai visionné deux nouvelles séries. Un monde sans fin m’a laissée plutôt de marbre, le sentiment qu’on tournait un peu en rond et la fatigue de voir toujours les mêmes l’emporter (cf deux personnages machiavéliques). Les Piliers de la terre sont beaucoup mieux ! J’ai découvert aussi une mini-série Netflix, The let down, qui aborde le sujet tabou du baby blues et des difficultés de la maternité.

 

< Mes découvertes du Web >

Ce mois-ci, je voulais vous partager deux liens, l’occasion de mener une petite réflexion à la fois sur notre culture et sur notre consommation :

– Les amateurs de manga trouveront peut-être intéressant cet article sur le sexisme dans les mangas. Les critiques apportées reprennent des réflexions que je me suis déjà faite lors de mes lectures et qui peuvent agacer voire heurter les femmes lectrices de shônen et d’autres genres : personnages féminins caricaturaux, dotés de poitrines très généreuses pour une taille de guêpe, excessivement dévêtues, en proie à des blagues sexistes…  On y apprend aussi que ce genre de détails participe d’une stratégie éditoriale pour satisfaire le lectorat japonais.

– Je vous invite ensuite à visionner le documentaire Starbuck’s sans filtre, diffusé sur Arte. On connait certains déboires de Starbuck’s, en particulier le prix élevé des boissons et la tendance à l’évasion fiscale. Mais je vous assure que le film vous passe un peu l’envie de cautionner un système pareil, qui impose des conditions de travail difficiles, s’implante de manière invasive sans considération pour les commerçants présents et est désastreux pour l’environnement.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… 

  • 9 articles dont 2 chroniques. Assez peu d’activité sur le blog, la faute au boulot, puis aux vacances, puis à la panne internet. Mais je vous ai préparé quelques articles en avance pour maintenir un rythme régulier à la rentrée ! Par contre, je réalise que j’ai pris des mauvaises habitudes en oubliant de consulter vos blogs… impardonnable ! Tout devrait rentrer dans les clous en septembre 😉

 

* Bon mois d’août à tous et toutes *

C’est l’heure du bilan ! [juillet 2018]

 

cest-lheure-du

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

…6 romans et 2190 pages. J’ai entrepris de vider ma PAL cet été (enfin vider, on se  comprend, la faire descendre serait déjà pas mal !). Le problème, c’est que j’ai choisi des romans soit qui n’étaient pas en accord avec mon humeur, soit qui ne m’attiraient pas plus que ça. Résultat, un bilan assez mitigé !

5 lectures non chroniquées

Des lectures pas très folichonnes ce mois-ci, que je n’avais donc pas envie de vous chroniquer. Je préfère vous en dire simplement quelques mots lors du bilan :

J’ai été on ne peut plus déçue par Léon Morin, prêtre, de Béatrix Beck. J’avais envie de le lire depuis la sortie du film La Confession, tiré du roman. Mais ma lecture a été laborieuse : l’écriture est froide, les personnages pas attachants, la question religieuse omniprésente… Je n’ai pas compris la démarche de l’auteur, et je pense que ça a très mal vieilli.

A l’inverse, j’ai été plutôt agréablement surprise par le recueil de nouvelles 13 à table, que l’on m’avait offert. Les auteurs déclinent chacun à leur manière, de façon diverse, le thème de la fraternité, et les chutes sont souvent réussies.

Autre découverte post-adaptation ciné : Wonder, dont on a tellement entendu parler. Je reste un peu sur ma faim après tout le tapage médiatique et bloguesque, parce qu’il a quand même un aspect très jeunesse qui le rend à mon sens un peu lourd à lire pour un adulte. Cela dit, le personnage d’Auggie est très touchant, et je trouve important que la littérature jeunesse délivre ce message sur le harcèlement scolaire et l’acceptation de la différence. Le parti de faire parler la sœur et les amis d’Auggie pour montrer comment ils vivent la situation est également très pertinent et évite les discours moralisateurs, même si l’alternance des points de vue a tendance à ralentir l’intrigue en répétant plusieurs fois les mêmes évènements.

J’ai poursuivi direction l’Afghanistan avec Le Cricket-club des talibans. L’intrigue – une femme qui se déguise en homme pour pouvoir entrainer ses cousins au cricket et ainsi avoir une chance de fuir au Pakistan avec toute l’équipe – est originale, la description de la terreur que font régner les Talibans sur la société afghane saisissante. Il m’a manqué un petit quelque chose pour me sentir réellement entrainée par l’histoire et accrochée aux personnages.

Je termine avec un roman  de Katherine Scholes, que j’ai là aussi un peu moins aimé que La lionne et Leopard Hall. J’ai trouvé tout simplement l’intrigue moins intéressante – pas assez d’action, sans doute, et presque pas de romance. En fait, l’auteur insiste un peu trop lourdement sur le secret que cache le personnage principal, une femme qui s’installe avec son mari en Afrique suite à un scandale, et cela finit par agacer le lecteur plus qu’autre chose. La relation avec son conjoint, marquée par la culpabilité de la femme et l’indifférence du mari, est également trop déséquilibrée : j’avais envie de les secouer l’un et l’autre (elle à cause de sa soumission, lui à cause de son caractère antipathique).

Une bonne surprise

couv12643280

Je vous parlerai de La supplication, un court roman choc constitué de témoignages recueillis auprès de survivants de Tchernobyl.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… 

 

 

Le retour des Indestructibles m’a replongée en enfance pour mon plus grand plaisir ! Le scénario en soi n’est pas oufissime, mais JackJack (et Edna) font clairement tout le film. De manière assez surprenante, j’ai trouvé que de nombreuses blagues et réflexions s’adressaient plutôt aux adultes, comme la question de la conciliation vie familiale-vie professionnelle, le partage des tâches et les médias.

Les Oubliés m’a touchée à travers le destin d’un groupe de très jeunes soldats allemands envoyés sur les côtes danoises dans une mission suicide de déminage des plages en 45.

Moi qui ne suis pas très comédies, a fortiori françaises, j’en ai vu pas mal ce mois-ci. J’ai passé de bons moments devant Le sens de la fête et Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?, drôles et bien ficelées.  Jour J ne m’a par contre pas convaincue.

 

∼ Mes découvertes du Web ∼

Assez de texte, place au format audiovisuel ! Je souhaitais partager avec vous 2 vidéos YouTube :

– d’abord, celle de la chaîne Elsamakeup sur la réalité du handicap. Un témoignage qui nous permet de prendre conscience des difficultés que rencontrent les personnes handicapées au quotidien face à une société inadaptée et au regard des autres.

– Ensuite, une vidéo de JujuFitcat dans laquelle elle parle des complexes. Si cette youtubeuse est spécialisée en Fitness/Musculation/Nutrition, elle aborde aussi régulièrement le rapport au corps et les injonctions à la féminité. Un discours important de la part d’une influenceuse.

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 7 articles, dont 2 chroniques. Comme je vous le disais, baisse de régime niveau chroniques en ce moment. Je préfère me réserver pour des romans qui m’inspirent vraiment. Cela m’a aussi permis de rattraper enfin tout mon retard : je suis officiellement à jour dans mes lectures à chroniquer ! De manière générale, j’ai ralenti le rythme de publication pendant les vacances, parce que je suis occupée à d’autres activités ou à travailler, et de toute façon les lecteurs sont également en vacances !
  • Je vous annonce le retour des rendez-vous « Réflexions d’une blogueuse » et « A la recherche » le mois prochain [je sais qu’ils vous avaient manqué ;)], délaissés par manque de temps et chroniques prioritaires. Vous avez réservé un bon accueil à mon article sur les romans surcotés, ça m’a fait très plaisir ! J’adore rédiger ce genre de billets qui sort de l’ordinaire. D’ailleurs, je vous prépare d’autres articles de ce type, restez connectés !

 

∼ Bon mois d’août et bonnes vacances à ceux qui en ont ! ∼

 

C’est l’heure du bilan ! [juin 2018]

 

cest-lheure-du

Je ne peux pas croire que l’on soit déjà en juillet. Où est passé le mois de juin ? Le point positif, c’est que l’été a démarré pour de bon !

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… 

6 romans et 2190 pages. Je suis surprise du bilan assez léger de lectures ce mois-ci. Cela doit être les vacances : on sort plus, on fait d’autres activités, et les livres restent dans leur coin ! Mais la qualité a été au rendez-vous, puisque j’ai eu pas moins de 3 coups de cœur. Cela tranche avec les lectures plus mitigées des mois précédents.

Trois coups de cœur

Journal d’un vampire en pyjama est plus que le récit d’une maladie, c’est une véritable leçon de vie.

HhHH m’a rappelée les débats soulevés lors de mes études d’histoire : comment raconter l’histoire sans s’éloigner de la vérité historique ?

Mon mois de lecture s’achève avec une brique, mais surtout un coup de cœur : Les Oiseaux se cachent pour mourir [chronique à venir]. Une romance pas comme les autres, une fresque familiale australienne, des personnages charismatiques.

Trois lectures non chroniquées

Les Fragiles est un court roman à l’écriture saisissante sur un adolescent qui se débat contre un père macho, raciste et violent.

Nouveau roman de Daphné du Maurier ajouté à ma liste : La crique du Français. Ce n’est pas son meilleur, certes, mais ça a été ma foi une lecture bien agréable. Une bourgeoise lassée des mondanités s’isole avec ses enfants dans son manoir dans la campagne anglaise et découvre la vie pleine d’aventures d’un pirate français.

Enfin, Une nuit en Crète, que j’avais reçu en gagnant un concours lancé par Les Escales, est un recueil de courtes nouvelles qui nous font voyager en Grèce.

 

Ce mois-ci, j’ai vu… ∼

J’ai visionné pas mal de films ce mois-ci ! Je voudrais juste mentionner Un homme d’exception qui traite de la schizophrénie et m’a totalement bouleversée, d’autant plus que c’est une histoire vraie. Quant à Wonder Woman, je n’ai même pas réussi à le voir jusqu’à la fin, alors même que j’aime beaucoup le personnage de Wonderwoman. Je ne comprends pas comment les studios ont pu faire un film aussi raté, que ce soit au niveau du scénario, du traitement hyper réducteur de la guerre, du jeu des acteurs ou des effets spéciaux. On dirait un film à petit budget, alors qu’il a quand même coûté 149 millions de dollars… Pour une fois que l’on avait une super-héroïne, dommage !

Niveau Netflix, j’ai démarré trois nouvelles séries. Stranger things, que j’ai arrêté au bout du troisième épisode parce que ça me faisait trop flipper haha (je n’aime pas tout ce qui est horreur/thriller psychologique). The crown : dans un format plus long (épisodes d’1 heure), la série nous plonge dans le règne d’Elisabeth II. Je trouve ça passionnant pour l’instant ! Enfin, 15 ans après tout le monde, j’ai découvert Pretty Little Liars. Et même si j’ai conscience que c’est bourré de clichés et assez typique des séries ados, c’es totalement addictif !

< Mes découvertes du Web >

Je souhaitais d’abord vous parler de l’article de June & Cie suite à la récente polémique à propos d’un article du Monde qui rabaissait les bookstagrameurs. Notre amie blogueuse a parfaitement résumé ma pensée et celle, je pense, de beaucoup de blogueurs : Non, il n’y a pas de « faux » lecteurs, et ce genre de propos est la meilleure façon de détourner le grand public de la littérature en la réservant à un petit cercle élitiste.

J’avais aussi envie de vous partager une de mes découvertes musicales. Je ne suis pas non plus à la page, mais j’ai découvert récemment Hoshi, un phénomène de la nouvelle génération de la chanson française, avec sa voix grave et éraillée si caractéristique et ses textes poétiques. J’adore son duo avec Gaétan Roussel, leurs voix se mêlent parfaitement.

∼ Ce mois-ci, j’ai écrit ∼

  • 9 articles, dont 3 chroniques. Avec l’été qui arrive, j’ai décidé de ne pas trop me mettre la pression. J’essaie de rester à jour sur les chroniques des romans lus, mais sans rythme fixe !
  • J’ai réalisé que ces derniers temps, j’avais comme qui dirait zappé d’aller faire un tour sur vos blogs…je me rattrape ce mois-ci, promis !
  • J’ai créé un compte Instagram pour le blog ! Retrouvez-moi sous le pseudo @petite_plume_blog (lien dans la barre latérale à droite). Au-delà de m’amuser à faire des photos et des mises en scène, je prends beaucoup de plaisir à admirer le talent, l’inventivité et la qualité des photos de certaines bookstagrameuses.

 

Bon mois de juillet à tous et toutes ∼