Les liens du mariage, J. Courtney Sullivan

Depuis mon coup de cœur pour Les Débutantes il y a quelques années, j’avais en tête de lire les autres œuvres de J. Courtney Sullivan. C’est enfin chose faite avec Les liens du mariage.

De 1947 à 2013 : Frances, Evelyn, James, Delphine et Kate – cinq destins s’entrecroisent sans savoir ce qui les lie. De Frances, pionnière de la publicité dans les années 1940 qui a sacrifié sa vie amoureuse au profit de sa carrière, à Kate, jeune femme des années 2000 qui a arrêté de travailler pour s’occuper de sa fille, tout en fuyant le mariage, J. Courtney Sullivan retrace les évolutions du couple depuis soixante ans. Elle détaille avec minutie les variations de la vie à deux et nous plonge comme à son habitude dans les pensées de ses personnages.

Le roman est original en ce qu’il a pour thème l’industrie du mariage et plus largement l’évolution du mariage des années 50 à nos jours. Ainsi, son intérêt réside davantage dans le sujet traité que dans les personnages en eux-mêmes, puisque chaque personnage représente une époque ou une vision du mariage. Le roman est également très instructif sur la situation des femmes dans les années 50, 60 et 70.

Les liens du mariage est construit comme un roman choral, autour du point de vue de cinq personnages.

Lire la suite

Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa

Les lendemains, choisi au hasard en librairie pendant mes vacances, a fait partie sans conteste de mes meilleures lectures de 2021. Presque un an après tout pile, je retrouve l’auteure avec son premier roman, Tout le bleu du ciel.

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Mélissa Da Costa a encore frappé fort et juste.

Il suffit de lire le résumé pour comprendre que l’histoire s’annonce bouleversante. Mais encore s’agit-il de mener cette histoire sans tomber dans le pathos ni assommer le lecteur par un récit trop déprimant. L’auteure réussit son pari avec brio en nous entraînant dans un road-trip de la dernière chance.

Lire la suite

Neuf parfaits étrangers, Liane Moriarty

Bien que cela fasse longtemps que je n’ai pas posté d’avis sur ses livres ici, j’aime beaucoup ce que fait Liane Moriarty et je lis ses différents romans au fil des sorties. Vous pouvez retrouver deux chroniques sur le blog : Petits secrets, grands mensonges et Le secret du mari.

Je dois avouer que j’ai bien du mal à suivre le rythme de parution, quasi un nouveau roman par an ! [En réalité, il s’agit du rythme des parutions françaises : après le succès des premiers livres sortis ici, les éditeurs se rattrapent et publient toute sa bibliographie, les « nouveautés » sont donc pour certains en réalité des livres écrits au début des années 2000.] J’en suis à mon quatrième roman de l’auteure avec Neuf parfaits étrangers, paru en poche en 2021.

Neuf citadins stressés, prêts pour un break dans une sublime station thermale. Le Tranquillum House leur propose, grâce à une approche révolutionnaire, de renouer avec l’énergie positive pour prendre un nouveau départ. Coupés du monde extérieur, délestés de leurs portables, tous s’attendent avec impatience à une transformation totale.
Au fur et à mesure de la cure, entre méditation, tai-chi et techniques de bien-être, les langues se délient, les secrets enfouis resurgissent, les animosités aussi. On leur avait promis la quiétude et le renouveau, c’est le lâcher-prise qui s’installe… mais pas celui auquel ils s’attendaient.

Un des reproches que je faisais aux romans de Liane Moriarty, surtout après en avoir lu plusieurs, était qu’ils se ressemblaient un peu tous, avec le même style de personnages, les mêmes thèmes : des mères de famille, des secrets, la pression sociale, les apparences que chacun préserve en société, les relations familiales ou de voisinage… Je finissais par être un peu déçue de lire des histoires qui réutilisaient les mêmes ingrédients.

Lire la suite

La vie en chantier, Pete Fromm

Après avoir eu un coup de cœur pour Mon désir le plus ardent, j’avais hâte de découvrir le reste de l’œuvre de Pete Fromm. Je dois dire que, si ça a été une bonne lecture, je ne l’ai pas trouvé à la hauteur du premier.

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et retapent ensemble leur modeste maison de Missoula, dans le Montana. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur bonheur est parfait. Mais Marnie meurt en couches, et Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec son bébé sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Malgré le sujet qui s’annonçait bouleversant, je n’ai pas réussi à être aussi touchée que dans Mon désir le plus ardent. Le problème ici vient à mon sens du personnage de Taz, que l’on a du mal à saisir, et du manque d’émotion apportée par l’auteur. Les dialogues sont assez plats et expriment peu de sentiments. Taz a une attitude fuyante ; il a tendance à rejeter son entourage et à se couper du monde, se livre peu. Bien sûr on conçoit sa réaction face au drame qui le frappe, mais cela n’aide pas à comprendre le personnage. Il est d’autant plus difficile de s’attacher à lui, de s’identifier ou de compatir à sa peine.

Lire la suite

Les fureurs invisibles du cœur, John Boyne

On se retrouve aujourd’hui pour parler littérature irlandaise avec John Boyne, que j’ai découvert grâce à son roman Les fureurs invisibles du cœur.

Cyril Avery n’est pas un vrai Avery et il ne le sera jamais – ou du moins, c’est ce que lui répètent ses parents adoptifs. Mais s’il n’est pas un vrai Avery, qui est-il ?
Né d’une fille-mère bannie de la communauté rurale irlandaise où elle a grandi, devenu fils adoptif d’un couple dublinois aisé et excentrique par l’entremise d’une nonne rédemptoriste bossue, Cyril dérive dans la vie, avec pour seul et précaire ancrage son indéfectible amitié pour le jeune Julian Woodbead, un garçon infiniment plus fascinant et dangereux.

Balloté par le destin et les coïncidences, Cyril passera toute sa vie à chercher qui il est et d’où il vient – et pendant près de trois quarts de siècle, il va se débattre dans la quête de son identité, de sa famille, de son pays et bien plus encore.

Alerte coup de cœur pour ce roman que j’ai dévoré et qui m’a donné envie de découvrir le reste de l’œuvre de John Boyne !

Les fureurs invisibles du cœur s’ouvre sur l’humiliation subie par Catherine, bannie de sa communauté pour être tombée enceinte à 16 ans, et son arrivée à Dublin. Puis c’est son fils, Cyril, adopté par les Avery, que l’on verra grandir.

Lire la suite

Mon désir le plus ardent, Pete Fromm

Des mois après ma lecture, voilà que je trouve enfin le temps de vous parler de Mon désir le plus ardent, un roman bouleversant servi par la plume magnifique de Pete Fromm.

Maddy s’était juré de ne jamais sortir avec un garçon du même âge qu’elle, encore moins avec un guide de rivière. Et puis elle rencontre Dalt, et plus rien ne compte. À vingt ans, Maddy et Dalt s’embarquent dans une histoire d’amour absolue et explosive. Mariés sur les berges de la Buffalo Fork, dans le Wyoming, ils vivent leur passion à cent à l’heure et partent créer leur entreprise de rafting dans l’Oregon. Très vite, ils décident de fonder une famille. Mais l’enfant qu’ils désirent de tout leur coeur tarde à venir. Un jour, alors que Dalt est en expédition en Mongolie, Maddy apprend une nouvelle qui bouleverse son existence.

[Le résumé ci-dessus provient de la quatrième de couverture de la version poche. Je vous déconseille de lire la quatrième de couverture du grand format (repris dans le résumé Livraddict), qui spoile la majeure partie de l’histoire.]

Lire la suite

Le Club des veuves qui aimaient la littérature érotique, Balli Kaur Jaswal

On se retrouve aujourd’hui avec un roman rafraîchissant, drôle et émouvant – tout ce qu’il nous faut pour cet été !

 » Association sikhe recherche animatrice pour atelier d’écriture réservé aux femmes.  » La bonne aubaine pour Nikki, Londonienne de vingt-deux ans, en quête désespérée d’un petit boulot.

Mais alors qu’elle pensait former des apprenties romancières, Nikki se retrouve face à un public inattendu : une dizaine d’Indiennes, de tous âges, majoritairement veuves, souvent analphabètes et dotées d’une imagination très, très fertile. Écrire ? Pensez-vous ! Elles, ce qu’elles veulent, c’est raconter : le choc culturel, la vie de famille, l’éducation des enfants. Raconter encore l’amour, le sexe et tous ces fantasmes enfiévrés qui leur traversent si souvent l’esprit. Raconter aussi la solitude, la soumission aux hommes, la violence, parfois.

Alors que la fréquentation de ce club débridé augmente de semaine en semaine, Nikki s’interroge : comment porter ces histoires au-delà des murs de la maison de quartier ? La jeune étudiante a une idée. Mais libérer la parole des femmes n’est jamais sans danger…

Près de deux mois après ma lecture, je trouve enfin le temps de vous parler du Club des veuves qui aimaient la littérature érotique.

Je ne m’attendais pas à grand chose d’autre qu’une lecture légère sans prétention en ouvrant ce roman, mais laissez-moi vous dire que j’ai A-DO-RE !

Lire la suite

Une étincelle de vie, Jodie Picoult

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un des derniers romans de Jodie Picoult (je croyais que c’était le dernier mais c’est une auteure très prolifique et un autre est sorti en avril !).

Quand une prise d’otages a lieu dans la dernière clinique du Mississipi à pratiquer l’avortement, c’est à Hugh McElroy, un négociateur de crise expérimenté, que l’on fait appel. Avec plusieurs blessés nécessitant des soins et un forcené dont les revendications restent floues, la situation s’avère délicate à gérer. Elle le devient encore davantage quand Hugh apprend que sa fille adolescente se trouve à l’intérieur du bâtiment.

Si vous suivez le blog depuis longtemps, vous savez que Jodie Picoult fait partie de mes auteurs incontournables. J’ai adoré A l’intérieur (réédité sous le titre A fleur de peau) et La tristesse des éléphants, et j’ai été marquée par la réflexion portée dans Mille petits riens.

Si l’auteure a écrit des romans assez diversifiés, Une étincelle de vie s’inscrit dans la même veine que Mille petits riens, c’est-à-dire l’analyse d’un sujet de société. Après avoir traité du racisme, Jodie Picoult s’attaque à la question de l’avortement, qui suscite encore aujourd’hui énormément de débats et d’affrontements idéologiques aux Etats-Unis, entre conservateurs et partisans des droits des femmes.

Lire la suite

Les lendemains, Mélissa Da Costa

Alors que j’étais en vacances dans le Cantal, je me suis retrouvée en rade de livres à lire. Comme je ne me voyais pas passer les derniers jours de mon séjour sans lecture, j’ai profité d’un passage en ville pour faire un saut en librairie (pour une fois que j’avais une bonne excuse pour faire grossir ma PAL haha). En parcourant un peu au hasard les étalages, je suis tombée sur le roman de Mélissa Da Costa, qui se déroulait en Auvergne. J’ai aimé le clin d’œil alors j’ai décidé de tenter la découverte !

Réfugiée dans une maison isolée en Auvergne pour y vivre pleinement son chagrin, Amande ne pensait pas que l’on pouvait avoir si mal. Les jours se suivent et dehors le soleil brille, mais, recluse, elle refuse de le voir. Lorsqu’elle tombe par hasard sur les calendriers horticoles de l’ancienne propriétaire des lieux, elle décide pourtant, guidée par les annotations manuscrites de Madame Hugues, d’essayer de redonner vie au vieux jardin abandonné. Au fil des saisons, elle va puiser dans ce contact avec la terre la force de renaître et de s’ouvrir à des rencontres uniques. Jusqu’à ce que chaque lendemain redevienne, enfin, une promesse d’avenir.

Tout simplement bouleversant. Malgré la thématique assez difficile, j’ai dévoré Les Lendemains en quelques jours, portée par la puissance du récit, le réalisme des personnages que l’on a l’impression de côtoyer pour de vrai, les émotions fortes parfaitement retranscrites et finalement la beauté du message.

Amande a presque 30 ans lorsqu’elle perd brutalement son mari. Elle se sent incapable de reprendre sa vie normale, perdue dans une zone grise où plus rien n’a de sens, avec l’impression de ne plus savoir vivre dans le monde.

Alors elle décide de louer une maison isolée en Auvergne, comme pour se couper du monde et n’avoir pas à affronter les gens, la vie qui continue, le quotidien qui lui semble insurmontable. Elle se mure dans sa solitude, dans son silence, fuyant l’extérieur, le contact humain, même le chat qui passe dans le jardin.

Lire la suite

La vraie vie, Adeline Dieudonné

Comme je le disais dans le tag Avez-vous dans votre PAL ?, j’appréhendais un peu la découverte du roman d’Adeline Dieudonné, véritable phénomène littéraire et à première vue si particulier (d’ailleurs je connais pas la maison d’édition, mais vu son nom – L’iconoclaste – j’en déduis que c’est sa marque de fabrique). Finalement, j’en ressors mitigée.

C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est un chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.
Dès lors, Gilles ne rit plus. Elle, avec ses dix ans, voudrait tout annuler, revenir en arrière. Effacer cette vie qui lui apparaît comme le brouillon de l’autre. La vraie. Alors, en guerrière des temps modernes, elle retrousse ses manches et plonge tête la première dans le cru de l’existence. Elle fait diversion, passe entre les coups et conserve l’espoir fou que tout s’arrange un jour.

Difficile de parler de ce livre qui, il est vrai, sort de l’ordinaire. J’y vois un peu la version belge de My Absolute Darling…en moins réussi. Beaucoup d’élément m’ont fait penser au roman de Gabriel Tallent : le personnage principal de la jeune fille, lucide et courageuse malgré son âge, la violence intrafamiliale, le comportement abject du père, les mots crus, durs, les scènes dérangeantes. Mais contrairement à My Absolute Darling, La vraie vie n’a pas été un coup de cœur et je ne l’ai pas trouvé à la hauteur de sa réputation.

Le roman d’Adeline Dieudonné a pour thématique la violence et la famille. Il raconte le combat d’une jeune fille pour sauver son frère, traumatisé par un drame dont il a été témoin. Je l’ai trouvé trop court, et c’est probablement pour cela qu’il ne m’a pas autant marquée ni émue. Il aurait pu être intéressant de développer davantage certains épisodes, de nous montrer d’autres aspects de leur vie et de faire entrer d’autres protagonistes, à travers l’école par exemple. Cependant, je comprends la démarche de l’auteure : à la manière d’un huis-clos, elle se concentre sur un nombre restreint de personnages et de lieux, de sorte que le lecteur est coincé, comme la famille, à l’intérieur du quartier et de la maison.

Lire la suite