L’enfant de poussière, Patrick K. Dewdney

On se retrouve après une pause bien méritée, que j’ai occupée notamment à parcourir les plaines d’Ecosse. Aujourd’hui, je viens vous parler du Cycle de Syffe, une saga fantasy que j’ai peu vu passer sur les réseaux sociaux littéraires.

La mort du roi et l’éclatement politique qui s’ensuit plongent les primeautés de Brune dans le chaos. Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’à ce que les tempêtes qui secouent le vieux monde finissent par chavirer le sien, et que son destin fourche à tout jamais.

Je lis assez rarement de la fantasy mais de temps en temps j’aime varier mes lectures. Quand mon père m’a parlé de L’Enfant de poussière, je me suis dit que c’était l’occasion !

Lire la suite

Le bilan non livresque du mois #16

Le visionnage du mois

Le visionnage du mois est sans aucun doute le film Downton Abbey II. Quel plaisir de se replonger dans les décors et les costumes des années 20, aux côtés des personnages que j’ai pris tant de plaisir à suivre pendant la série ! Le film est fidèle à l’esprit de la série et à son talent pour esquisser les contours et les enjeux d’une époque, en particulier les bouleversements sociaux et les changements technologiques. Ici, le thème choisi est celui de l’arrivée du cinéma parlant qui relègue au second plan le cinéma muet. En parallèle, on en apprend un peu plus sur le passé de la douairière Lady Violet. J’ai trouvé ce second film plus réussi que le premier, qui se reposait trop à mon goût sur la notoriété de la série au détriment du scénario.

Lire la suite

Swimming-pool, Sarah Crossan

Kasienka vient d’arriver en Angleterre avec sa mère. Elle qui n’a jamais connu que la Pologne fait sa rentrée dans un pays qui n’est pas le sien, avec des gens qu’elle ne connaît pas, dans une langue qu’elle maîtrise mal. Et le soir venu, de quartier en quartier, elle cherche son père, qui a quitté le domicile familial sans laisser d’adresse. Bref, ce pays est gris, humide, et parfois assez inhospitalier. Heureusement, il y a la piscine, il y a l’eau. Et dans l’équipe de natation, il y a William…


Je n’avais pas relu Sarah Crossan depuis mon immense coup de cœur pour Inséparables il y a quelques années. Je ne sais pas pourquoi j’ai mis si longtemps à la retrouver alors que je savais pertinemment que serais conquise !

Finalement, il aura fallu la guerre en Ukraine et la médiatisation de ces milliers de déplacés et de réfugiés, et comme l’envie de trouver écho dans mes lectures aux questions de migrations.

Lire la suite

Les classiques que j’aimerais découvrir en 2022

Il y a quelques semaines, je faisais le bilan de mon challenge/résolution de lire plus de classiques. J’ai décidé de poursuivre l’expérience cette année en me concoctant un nouveau programme de lecture.

Voici ma sélection de classiques pour 2022 !

[Comme l’année dernière, j’ai volontairement sélectionné un grand nombre de titres, probablement plus que je ne pourrai en lire, pour pouvoir y piocher selon mes envies au fil des mois.]

Au printemps

Avec le printemps vient l’envie de grand air et de voyage… Une saison parfaite pour se lancer dans le célèbre roman de Jack Kerouac, Sur la route.

Une chambre à soi (ou Un lieu à soi selon les éditions) est un classique de la littérature féministe que l’on ne présente plus.

On m’a offert 1984 à Noël, il est donc temps pour moi de me replonger dans les classiques de la science-fiction !

J’avais lu il y a quelques années Loin de la foule déchaînée, j’ai bien envie de poursuivre ma découverte de l’auteur avec Tess d’Uberville.

Je termine par Le temps de l’innocence, que j’ai en réalité déjà lu à l’heure où j’écris ces lignes. Si j’étais curieuse de découvrir la littérature américaine féminine du début du XXème siècle, je n’ai pas été totalement convaincue par le sujet.

Lire la suite

Nous les déviants, C.J. Skuse

Quand Ella Newhall avait seize ans, elle appartenait à une bande qui s’était donné le nom des « Cinq sans peur ». Max, Corey, Fallon, Zane et elle passaient leurs vacances à faire du vélo, explorer l’île de la baie et frissonner en écoutant les histoires terrifiantes que leur racontait Jessica, la sœur aînée de Max. Ils ne le savaient pas, mais c’était la plus belle époque de leur vie. Et puis Jessica est morte, renversée par un bus qui roulait trop vite. Quatre ans plus tard, Max est devenu un fils à papa fainéant et camé. Corey déprime dans son coin, prisonnier de ses pensées morbides. Fallon est enceinte de huit mois, à la suite d’une aventure d’un soir. Et Zane est devenu le voyou du coin. Ella, à présent plus connue sous le surnom « le Volcan », poursuit sous les encouragements de la presse locale le rêve d’une médaille olympique sur les pistes de course.

Je n’ai pas pour habitude de parler de l’éditeur dans mes chroniques, mais ici je trouve qu’il s’agit d’un marqueur déterminant de ce que vous allez trouver dans ce roman.

Il y a quelques années, j’avais entendu parler des éditions La Belle Colère, qui avaient piqué ma curiosité. Label éditorial spécialisé dans la littérature adulte dont les héros sont des adolescents, ils ont publié une quinzaine de titres entre 2014 et 2020. D’ailleurs, je crois qu’il n’existe plus aujourd’hui. Reconnaissable à leur couverture grise sur laquelle se détache le titre dans une police particulière, c’est surtout leurs thématiques fortes, souvent dures, qui les caractérisent. La présentation par l’éditeur lui-même est particulièrement éclairante : La belle colère c’est des romans peuplés d’ados, bruts, pleins de bruit, de fureur, de tensions sexuelles, de questions, de vertiges, de non-dits, de peurs et de folies, sur le fil, des livres qui luttent contre le blizzard. L’adolescence est un âge de bruit et de fureur, de violence et de sexe, d’exaltation et de dépression, d’amour et de colère. 

Vous verrez que Nous les déviants répond tout à fait à cette définition.

Lire la suite

Le bilan non livresque du mois #15

Pour une fois, le bilan du mois ne sort pas après le 15 ! Ce sera ma petite fierté d’avril haha.

Le visionnage du mois

Alerte pour les fans d’Outlander ! Il faut absolument que vous regardiez Men in Kilts, la folle virée de Sam Heughan et Graham McTavish en Ecosse. Et si, comme moi, vous n’êtes pas adeptes d’Outlander, vous verrez ces acteurs sous une autre facette. Le duo est juste hilarant et on découvre les paysages, le patrimoine et les traditions écossaises.

Lire la suite

Bilan de mes lectures hivernales

Même si la météo de ces derniers jours peut nous en faire douter, on a laissé l’hiver derrière nous depuis déjà deux semaines. Revenons donc sur mes lectures de ces derniers mois !

Cet hiver, j’ai lu pas moins de 17 romans, un très bon bilan qui me ravit ! Certes, je n’ai pas lu toute ma PAL (qui ça étonne ? haha), il faut dire que j’avais vraiment eu les yeux plus gros que le ventre. J’ai peut-être juste un petit regret sur les romans historiques car je n’ai pas eu le temps de lire certains qui me tentaient vraiment. Pas grave, ce n’est que partie remise pour l’année prochaine !

Le plein de romances de Noël

8/8…un sans faute ! J’ai usé et abusé des romances de Noël cette année. C’est vraiment mon plaisir coupable de la saison ! J’en ai fait une chronique groupée et une dédiée à Mariage sous les flocons. Vous pouvez retrouver mes autres avis sur Instagram.

Lire la suite

La vie en chantier, Pete Fromm

Après avoir eu un coup de cœur pour Mon désir le plus ardent, j’avais hâte de découvrir le reste de l’œuvre de Pete Fromm. Je dois dire que, si ça a été une bonne lecture, je ne l’ai pas trouvé à la hauteur du premier.

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et retapent ensemble leur modeste maison de Missoula, dans le Montana. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur bonheur est parfait. Mais Marnie meurt en couches, et Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec son bébé sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Malgré le sujet qui s’annonçait bouleversant, je n’ai pas réussi à être aussi touchée que dans Mon désir le plus ardent. Le problème ici vient à mon sens du personnage de Taz, que l’on a du mal à saisir, et du manque d’émotion apportée par l’auteur. Les dialogues sont assez plats et expriment peu de sentiments. Taz a une attitude fuyante ; il a tendance à rejeter son entourage et à se couper du monde, se livre peu. Bien sûr on conçoit sa réaction face au drame qui le frappe, mais cela n’aide pas à comprendre le personnage. Il est d’autant plus difficile de s’attacher à lui, de s’identifier ou de compatir à sa peine.

Lire la suite

En 2021 je lis des classiques – Bilan

L’année dernière, je prenais la résolution de lire davantage de classiques. Pour m’y aider, je m’étais concoctée un programme de lectures, avec l’idée d’en lire 1 ou 2 par mois.

Il est temps de faire le bilan de ce « challenge » !

Mes lectures classiques de 2021

En 2021, j’ai lu 9 classiques parmi ce programme (en trichant un peu avec Northanger Abbey que j’ai lu début 2022).

Lire la suite

Winterwood, Shea Ernshaw

Je reviens pour vous parler de Winterwood, un roman fantasy young adult. J’en avais peu entendu parler, je l’ai surtout choisi pour son ambiance hivernale. Et en effet, il est parfait pour la saison !

Certains disent que les Wicker Woods sont magiques. Hantés, mêmes.
Nora Walker, héritière d’une longue lignée de sorcière, sait à quoi s’en tenir  : toutes les femmes de sa famille partagent un lien particulier avec la forêt. Et c’est ce lien qui met Oliver Huntsman sur sa route. Oliver qui a disparu du Camp de Redressement il y a plusieurs semaines, en pleine tempête, et qui devrait être mort. Elle comprend qu’il ache un secret. Oliver, de son côté, est prêt à tout pour ne pas se souvenir. Car il n’est pas le seul à avoir disparu cette nuit-là…

Nora Walker vit seule au cœur de la forêt, comme toutes les femmes de sa famille avant elle. Les nuits de pleine lune, elle s’aventure dans les Wicker Woods, des bois que l’on dit hantés, maléfiques, pour y récupérer des objets perdus. Mais une nuit, ce n’est pas un objet mais un garçon qu’elle trouve, inconscient, gelé. Il s’agit d’Oliver, un garçon du camp de redressement qui a disparu il y a quelques semaines. Elle le ramène chez elle pour le mettre à l’abri et tente de percer le mystère de sa disparition…

Lire la suite