Tag : Sunshine blogger Award

Bonjour à tous !

On se retrouve pour un tag à l’ancienne, avec les questions d’une blogueuse. Je remercie Nos lectures pour les enfants et pour les parents pour la nomination !

1) Quel est ton endroit préféré pour lire ?

Mon lit, définitivement ! L’été, j’aime aussi beaucoup lire en extérieur, que ce soit sur une chaise-longue dans le jardin ou sur un banc dans un parc public.

2) Ton heure favorite pour lire ?

En réalité, c’est plutôt quand j’ai du temps. Je m’accorde toujours une session de lecture avant de me coucher le soir. Sinon, lorsque j’ai pas mal de trajet pour les cours/le travail, j’en profite pour lire, donc le matin et en fin d’après-midi. Plutôt le matin, d’ailleurs, je trouve que c’est un bon moyen de commencer la journée, et j’ai tendance à avoir les yeux trop fatigués en rentrant.

3) Le dernier livre que tu as acheté ?

Deux poches : La ferme africaine, de Karen Blixen, et Yaak Valley, Montana, de Smith Henderson.

4) Le premier livre dont tu te souviennes ?

Il n’en a pas un qui m’ait marqué plus que d’autres. J’ai bien des livres de mon enfance en tête, mais il s’agit surtout de souvenirs reconstitués.

5) Quel personnage de fiction pourrait être ton ennemi juré dans la vie réelle ?

Super question ! Alors, si je réfléchis à un roman qui se passe dans un cadre réaliste, que l’on peut transposer dans la vie réelle… Je dirais peut-être Lila, de L’amie prodigieuse, à cause de son arrogance, de son attitude malsaine et de son côté peste prête à tout pour parvenir à ses fins. Ce sont des traits de caractère avec lesquels j’ai beaucoup de mal dans la vraie vie et son personnage m’insupporte dans le roman !

6) As-tu déjà eu envie d’écrire un roman, une nouvelle, de la poésie ?

Quand j’étais au lycée, oui. J’ai écrit des nouvelles, j’ai même commencé un roman. Mais cette envie d’écriture a complètement disparu.

7) Y a t’il un livre qui a changé ta vie ?

Je ne crois pas pouvoir dire qu’un livre a changé ma vie, même si bien sûr il y a des livres qui m’ont particulièrement touchée (je vous en parle dans mes incontournables).

8) Plutôt livre papier ou liseuse ?

Livre papier, sans aucun doute. Je trouve qu’on a déjà beaucoup trop l’occasion d’être devant des écrans, et puis je reste attachée à l’objet livre.

9) Participes-tu régulièrement à des challenges lecture ? Si oui, lesquels ?

J’ai fait un article sur le sujet l’an dernier. Avant, il m’arrivait régulièrement de participer à des challenges (1 mois 1 consigne, Challenge de l’été, Week-end à 1000, défi 12 mois, 12 amis, 12 livres,…). Mais souvent je finissais par les abandonner voire par carrément oublier que je participais. Dorénavant, j’ai décidé de ne plus m’inscrire à des challenges, sauf s’ils ont des thèmes particuliers et pas de durée précise. J’y vois plus des objectifs sur le long-terme, comme découvrir des auteurs étrangers ou sortir de sa zone de confort.

10) Fais-tu un décompte détaillé de tes lectures et/ou du nombre de pages lues par an ?

Absolument ! Je les décompte dans chacun de mes bilans mensuels et en fin d’année je fais le total. Je ne fais pas la course à celui qui lit le plus, mais cela me permet simplement d’avoir une idée de mon rythme de lecture, sachant que le nombre de romans ne veut pas dire grand chose puisqu’il peut aussi bien faire 200 pages que 800. En moyenne, je lis autour de 3000 pages par mois, un peu moins en été.

11) Es-tu déjà restée plusieurs jours/semaines/mois sans lire ?

Plusieurs jours ou même semaines oui, par exemple lorsque je suis en vacances ou que je passe un week-end en famille ou avec mon chéri. Il faut savoir aussi sortir de ses livres et profiter de ses proches !

* * *

J’espère que ce tag vous a plu, n’hésitez pas à reprendre les questions !

Publicités

54 minutes, Marieke Nijkamp

couv73025086Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule. Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

* * *

J’avais repéré 54 minutes depuis sa sortie. Il faut dire que le roman s’annonçait choc. Marieke Nijkamp nous propose de passer 54 minutes dans la peau d’une victime d’une fusillade. 54 minutes coincés dans un amphithéâtre avec un tireur prêt à en finir.

Je crois que c’est la première fois que j’entends parler d’un roman young adult qui aborde ce sujet. Et en effet, l’exercice n’est pas facile, car c’est un thème sensible, dur, qui peut marquer les plus jeunes. Et pourtant, il est à mon sens nécessaire que la littérature adolescente s’en empare, de la même manière qu’en France il fallait parler des attentats. L’actualité de ces dernières années nous a démontré que ce genre d’évènements tragiques n’est pas « rare ». On ne compte plus le nombre de fusillades de masse aux Etats-Unis, dont un certain nombre se déroule dans des lycées, des universités ou des écoles. 54 minutes est donc un livre important, surtout dans le contexte américain, et il tient un rôle – presque pédagogique – qu’il faut défendre, même si je lui ai trouvé quelques défauts.

Lire la suite

Blogs à l’honneur #1

Bonjour à tous !

Je suis heureuse de vous retrouver aujourd’hui pour inaugurer une nouvelle catégorie d’articles. Une fois n’est pas coutume, je ne parlerai pas de livres ni de mes opinions, mais de vous ! Vous, c’est-à-dire les individus qui peuplez la blogosphère et œuvrez dans l’ombre de vos claviers. Une des choses que j’aime dans le fait de bloguer, c’est de faire partie d’une communauté, d’échanger avec d’autres blogueurs, de lire et commenter leur contenu. Mais on peut vite être perdu face au nombre incalculable de blogs, alors j’ai décidé de vous présenter chaque mois des blogs que j’apprécie particulièrement.

J’ai choisi de vous en parler sous l’angle d’un article repéré lors du mois précédent ou en cours, plutôt que de manière générale : ça évite les banalités et donne un exemple concret de pourquoi j’aime tel ou tel blogueur. Et ça me permet aussi de parler plusieurs fois de mes blog favoris héhé.

Sans plus tarder, passons aux blogs du jour !

Lire la suite

Le gang des rêves, Luca di Fulvio

couv61217419.jpg New York ! En ces tumultueuses années 1920, pour des milliers d’Européens, la ville est synonyme de  » rêve américain « . C’est le cas pour Cetta Luminata, une Italienne qui, du haut de son jeune âge, compte bien se tailler une place au soleil avec Christmas, son fils. Dans une cité en plein essor où la radio débute à peine et le cinéma se met à parler, Christmas grandit entre gangs adverses, violence et pauvreté, avec ses rêves et sa gouaille comme planche de salut. L’espoir d’une nouvelle existence s’esquisse lorsqu’il rencontre la belle et riche Ruth. Et si, à ses côtés, Christmas trouvait la liberté, et dans ses bras, l’amour ?

* * *

J’ai acheté Le gang des rêves par hasard au Saint-Maur-en-poche l’année dernière, parce que l’auteur était présent. Connu en Italie, il a été publié en France récemment par Slatkine, une petite maison d’édition, et a connu pas mal de succès depuis sa sortie poche.

La taille de la bête, 900 pages, peut effrayer. Luca Di Fulvio n’est pas avare de mots et d’actions. Il nous offre une histoire riche et vivante, un voyage dans le temps et l’espace, de 1906 à 1929. L’intrigue met un peu de temps à démarrer, mais une fois lancé, je vous assure que vous ne pourrez plus vous arrêter. Pour ma part, je me suis sentie vraiment happée par l’histoire passées les 200 ou les 300 premières pages. La deuxième partie du roman marque un tournant pour Christmas et a renforcé encore mon attachement au personnage et à sa quête pour être le jeune homme qu’il souhaitait devenir.

Lire la suite

Ça se fête ! – Concours 400 abonnés

400.png

Eh oui… Nous avons atteint les 400 abonnés sur le blog !

Alors que le blog célébrait il y a peu son troisième anniversaire, nous avons atteint les 400 abonnés. Quel meilleur cadeau que celui-là ?

On dit beaucoup que la blogo est en crise ces derniers temps – certains blogueurs se découragent, pensent à laisser tomber le blog, regrettent que leur travail ne soit pas récompensé par une meilleure visibilité… Et c’est vrai que l’activité n’est pas à son zénith, que la progression des stats ralentit. Et pourtant, si on est passionné, les visiteurs trouveront leur compte, peu importe leur nombre ou leur engagement sur les publications.

En ce qui me concerne, j’ai toujours autant de plaisir à partager avec vous mes lectures et mes réflexions, même si je n’ai pas toujours autant de temps que je voudrais pour écrire mes articles et consulter les autres blogs. La blogosphère littéraire est un univers riche, qui fourmille de talent, de passion et de créativité, et je suis heureuse d’en faire partie. Elle mérite qu’on s’y plonge, qu’on en parle, et c’est à nous tous blogueurs de la faire vivre.

Je voudrais adresser un clin d’œil particulier aux habitués, ceux qui sont présents à (presque) chaque article, réagissent aux publications, prennent le temps d’écrire un petit commentaire. C’est grâce à vous que l’envie de bloguer ne s’éteint pas ! Même après plus de trois ans, j’aime trouver de nouvelles idées d’articles et me poser derrière mon clavier pour parler bouquins.

Bref, je tenais à vous remercier de votre fidélité (et aussi souhaiter la bienvenue aux nouveaux !) en organisant ce concours. Je tiens à préciser que je paye moi-même les lots, j’ai donc privilégié les formats poche pour des raisons évidentes de coût !

Lire la suite

C’est l’heure du bilan ! [septembre 2018]

 

cest-lheure-du

On se retrouve pour le bilan du mois de septembre et honnêtement, vu les températures, j’ai l’impression qu’on est déjà en hiver. Je sais qu’il y a beaucoup de blogueurs qui adorent l’automne mais désolée, je ne comprendrai jamais !

Ce mois-ci, j’ai lu… 

…5 romans et 2500 pages. Je me suis attaquée à deux morceaux costauds, de respectivement 945 et 590 pages ! Mon mois de lecture a été inégal, rythmé par mon mode de transport : quand je prenais le train je lisais au moins 2 heures par jour, quand je prenais la voiture forcément beaucoup moins (je n’ai pas encore essayé la lecture au volant ;)).

Un bon moment

couv61217419

Impossible pour moi de vous parler en une phrase de ce roman qui tient davantage de la fresque. Sachez simplement qu’il est à la hauteur de sa réputation mais qu’il ne faut pas être trop sensible à la violence. [chronique à venir]

Une bonne surprise

couv73025086.jpg

J’ai poursuivi avec un roman adolescent assez inédit dans le sujet qu’il aborde : les fusillades au sein des lycées américains. Etant donné la fréquence tragique de ce genre d’évènements, il devenait nécessaire de le traiter en littérature ado. L’auteur a pris ce risque et s’en est bien sortie, même si je déplore certaines facilités ou comportements peu crédibles. [chronique à venir]

 

Trois lectures non chroniquées :

La première a été une déception. Malgré ce qu’indique la première de couverture, Cassandra au mariage n’a pas su éveiller mon intérêt. J’ai été gênée par la personnalité du personnage principal, l’ambiance malsaine au sein de la famille et la tournure que prenait l’histoire.

L’explication de l’absence de chronique est toute différente pour Le Livre des Baltimore : après un démarrage un peu long, je me suis attachée à l’histoire des Baltimore, pressée de découvrir les secrets de ces cousins et les raisons du drame. Mais après tout le tapage médiatique autour du roman, je n’ai pas jugé utile de vous le chroniquer.

Enfin, le troisième tome des Outrepasseurs clôt bien la saga. Je crois même qu’il s’agit de mon préféré. On a enfin les révélations que l’on attendait sur l’univers magique, les rapports entre les Outrepasseurs et les Fés, le passé des personnages – pile ce qui manquait pour nous sortir de l’espèce de zone floue dans laquelle l’auteur nous gardait depuis le début de la trilogie. On change aussi d’ambiance : Noble n’est plus sur son piédestal ; un vent de rébellion souffle ; et surtout l’urgence domine à l’heure où la magie est menacée et avec elle l’existence même des Outrepasseurs. Finalement, bien que j’en aie une bonne opinion, je crois que si la saga avait été construite différemment, je l’aurais mieux comprise et d’autant plus appréciée. Le choix de fractionner les tomes de cette façon, la mauvaise transition entre les deux premiers tomes et l’arrivée tardive des explications rendent parfois difficile de suivre l’auteur dans son univers.

 

Ce mois-ci, j’ai écrit… ∼

  • 8 articles dont 3 chroniques. J’ai pris un peu de retard sur les lectures du mois, mais les chroniques arriveront bientôt ! Il faut encore que je trouve l’organisation la plus adaptée 🙂
  • Vous l’avez peut-être remarqué, j’ai délaissé le Petit bonheur hebdomadaire depuis le mois de septembre. Tout simplement parce que je n’arrive pas à suivre le rythme avec la reprise. Comme j’adhère toujours au principe et que cela m’attristait d’abandonner le rendez-vous, j’ai trouvé un compromis en décidant de vous présenter une fois par mois mes petits bonheurs mensuels. Ainsi, je continuerai à réfléchir tous les jours à ce qui fait mes joies du quotidien, mais n’aurai qu’un article à écrire.
  • Dès le mois prochain, une nouvelle catégorie d’articles débarque où, une fois n’est pas coutume, on parlera de vous ! Eh oui, je mettrai  vos blogs à l’honneur.
  • Dernière chose – et pas la moins importante –  un concours arrive bientôt sur le blog pour fêter les 400 abonnés. Gardez les yeux ouverts !

 

Bon mois d’octobre à tous et toutes ∼

Mes sagas en cours (jeunesse et young adult)

J’ai piqué l’idée de cette série d’articles à la blogueuse Dans la bulle de Cha. En la voyant faire le point sur ses séries en cours et terminées, je me suis dit que ça ne pouvait pas me faire de mal de mettre les choses au clair ! Surtout que j’ai rarement l’occasion de vous parler de sagas dans leur ensemble, puisqu’en général je préfère ne chroniquer que le premier tome, voire ne pas les chroniquer du tout.

Je n’aime pas spécialement avoir trop de sagas entamées – j’ai l’impression que ce sont des dossiers en cours qui clignotent et que je voudrais classer, cela me donne un sentiment d’insatisfaction. Et vu ma mémoire de poisson rouge, il y a de grandes chances pour que j’aie oublié la moitié de l’histoire au moment de reprendre la lecture.

En fait, avec moi, les sagas, c’est un peu quitte ou double. Soit je vais perdre patience et lire tous les tomes à la suite, si l’histoire me passionne. Soit, ce qui est plus fréquent, je prends mon temps pour lire la saga, même si les tomes sont déjà tous sortis depuis belle lurette. J’aime l’aspect d’attente et le plaisir associé de retrouver un univers et des personnages que l’on a aimés, comme si on se replongeait dans un souvenir agréable, que l’on revoyait une vieille connaissance. Et dans certains cas, il faut l’avouer, je fais trainer les choses car je me suis lancée dans d’autres lectures et j’ai un peu délaissé des séries entamées…

Trèves de bavardages, passons à la présentation des sagas en question !

[J’ai séparé sagas littérature contemporaine et sagas littérature jeunesse et young adult, sinon l’article aurait été beaucoup trop longs ! Mes sagas ados sont en plus quasiment toutes dans le style SFFF]

Les Outrepasseurs, Cindy van Wilder

Je suis en pleine lecture du tome 3 à l’heure où je vous écris cet article. Cindy van Wilder a vraiment réussi à créer un univers à elle, en renouvelant l’image de la féérie et en mêlant l’aspect historique et l’aspect fantastiques Je ne pense pas lire le quatrième tome, cela dit, parce qu’il m’a l’air davantage d’un bonus que d’une suite nécessaire pour clôturer.

Lire la suite

Ces romans que j’ai abandonnés

Bonjour à tous !

Je vous retrouve pour  vous parler des livres dont justement on ne parle jamais : ceux qu’on a laissé tomber en cours de route. Alors, oui, souvent, on se dit que l’on n’est pas légitime à en faire une chronique puisqu’on ne leur a pas laissé leur chance et qu’on n’en a pas une vision globale. Et pourtant, évoquer les livres qui nous ont déplus – et à tel point qu’on arrête notre lecture – peut toujours aider les autres à se faire un avis.

Disclaimer : Bien sûr, je ne dis pas que ces romans sont foncièrement mauvais, ni que vous ne devez pas les lire ou que vous ne pourrez pas les adorer. Ce sont des romans auxquels j’ai trouvé des défauts ou qui, simplement, n’étaient pas faits pour moi.

  •  La balade des pas perdus, Brooke Davis

couv36963846.png

Si vous vous lancez dans La balade des pas perdus, préparez-vous à un ovni. Un humour particulier – parfois noir -, un personnage jeunesse obsédé par la mort, un trio loufoque avec un veuf et une vieille dame… L’atypisme peut plaire dans certains cas, ici ça n’a pas marché pour moi.

  • Les mandarins, Simone de Beauvoir

couv54442240.gif.jpg

Les Mandarins ont été mon premier Simone de Beauvoir, et malheureusement l’histoire ne m’a pas suffisamment intéressée, malgré tout le bien que j’en avais entendu. Il a un côté très intellectuel, très cercle parisien, qui m’a déplu. Simone de Beauvoir y fait un portrait de la France incertaine au sortir de la seconde guerre mondiale et nous abreuve des préoccupations des intellectuels, de la description de leurs pensées tourmentées et des problématiques de divisions de la gauche.

Lire la suite

L’autre moitié du soleil, Chimamanda Ngozi Adichie

couv32144263.gif Lagos, début des années soixante. L’avenir paraît sourire aux sœurs jumelles : la ravissante Olanna est amoureuse d’Odenigbo, intellectuel engagé et idéaliste ; quant à Kainene, sarcastique et secrète, elle noue une liaison avec Richard, journaliste britannique fasciné par la culture locale. Le tout sous le regard intrigué d’Ugwu, treize ans, qui a quitté son village dans la brousse et qui découvre la vie en devenant le boy d’Odenigbo. Quelques années plus tard, le Biafra se proclame indépendant du Nigeria. Un demi-soleil jaune, cousu sur la manche des soldats, s’étalant sur les drapeaux : c’est le symbole du pays et de l’avenir. Mais une longue guerre va éclater, qui fera plus d’un million de victimes. 

* * *

Warning : ce roman n’a rien à voir avec Americanah. Pour apprécier L’autre moitié du soleil, il faut indéniablement s’intéresser à l’histoire du Nigéria ou, si on ne la connaissait pas, être curieux. Le roman tient beaucoup de la leçon d’histoire, la dimension historique étant aussi importante, si ce n’est plus, que l’intrigue. Je regrette d’ailleurs que les personnages ne soient pas dépeints plus intiment, ou du moins davantage dans l’émotion, pour que l’on puisse plus s’attacher à leur histoire personnelle au lieu de les considérer simplement comme des personnages de la Grande histoire. La lecture en aurait été probablement plus fluide et l’intrigue plus poignante et captivante. Pour le dire simplement, l’histoire m’a intéressée mais je n’ai pas vibré pour les personnages.

Lire la suite

A la recherche… #13

A la recherche

∼ A la recherche…de romans africains (1/2) ∼

 

Lorsque l’on jette un œil à la carte des auteurs lus sur Livraddict, on réalise que l’on a une force tendance à l’européo/occidentalo-centrisme. Parmi mes 260 auteurs lus, de seulement 31 nationalités différentes, il y a 81 Français, 76 Américains et 41 Anglais. De ce constat est née ma volonté d’élargir mon horizon de lecture en m’efforçant de m’ouvrir à la littérature africaine, asiatique et sud-américaine. Des thèmes parfaits pour les futures sélections de « A la recherche » ! Je garderai cette liste bien précieusement pour piocher des idées de lecture, et je vous invite à faire de même si vous décidez de vous lancer dans un challenge « tour du monde de la littérature » !

On commence en douceur avec des romans sur l’Afrique écrits par des auteurs plutôt occidentaux qui ont voyagé en Afrique ou qui sont d’origine africaine. J’ai souhaité séparer les romans sur l’Afrique et les romans écrits par des auteurs réellement africains, parce que la perspective est différente. Je pense que commencer par des romans sur l’Afrique par des auteurs non-africains apporte une bonne dose de dépaysement et d’informations sur l’histoire ou les sociétés africaines, tout en restant plus abordables parce que probablement plus proches, du point de vue du style ou du genre, des ouvrages français ou anglo-saxons.

Lire la suite