Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa

Les lendemains, choisi au hasard en librairie pendant mes vacances, a fait partie sans conteste de mes meilleures lectures de 2021. Presque un an après tout pile, je retrouve l’auteure avec son premier roman, Tout le bleu du ciel.

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.
Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, devant le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme coiffée d’un grand chapeau noir qui a pour seul bagage un sac à dos, et qui ne donne aucune explication sur sa présence.
Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naissent, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Mélissa Da Costa a encore frappé fort et juste.

Il suffit de lire le résumé pour comprendre que l’histoire s’annonce bouleversante. Mais encore s’agit-il de mener cette histoire sans tomber dans le pathos ni assommer le lecteur par un récit trop déprimant. L’auteure réussit son pari avec brio en nous entraînant dans un road-trip de la dernière chance.

Quand on diagnostique à Emile, 26 ans, un Alzheimer précoce, il comprend qu’il ne veut pas vivre ses derniers mois à subir un essai clinique sans espoir de guérison ni le chagrin et la pitié de ses proches. Il décide de fuir, de partir sans prévenir pour une dernière aventure, avec un inconnu. Il poste sans trop y croire une petite annonce et, à sa grande surprise, reçoit une réponse. Sa compagne de voyage sera donc Joanne, une jeune femme silencieuse, presque apathique, tout de noir vêtue. Les voilà partis pour un périple en camping-car, direction les Pyrénées.

Emile est d’abord perplexe sur les raisons qui ont pu pousser Joanne à accepter ce voyage et méfiant face aux mystères que cache la jeune fille. Peu à peu, ils vont s’apprivoiser, prendre leurs marques dans ce voyage si particulier. Joanne va s’avérer la personne qu’il lui fallait pour cette entreprise : discrète, respectant son besoin d’intimité quand il faut, sachant aussi trouver les mots justes, l’apaiser. Derrière sa fragilité se révèle une force insoupçonnée, une sagesse et une détermination à respecter sa parole qui en feront un soutien fiable et rassurant.

La relation qui se noue entre les deux personnages est magnifique, digne et poignante. On ressent des deux côtés la confiance mutuelle et la sollicitude. Si à première vue les rapports semblent déséquilibrés, Emile s’efforce également de rendre les choses le moins pénible possible pour Joanne et de lui redonner le sourire. Finalement, cette idée folle, ce lien indéfinissable entre deux inconnus trouve sa propre logique ; la rencontre entre ces deux êtres devient évidente.

Mélissa Da Costa a fait très fort, je trouve, en parvenant à rendre le personnage de Joanne aussi touchant que celui d’Emile. En effet, Joanne n’est pas simplement le faire-valoir d’Emile, le prétexte à raconter son histoire à lui ; elle a aussi, un passé, des traumatismes, un enjeu personnel à faire ce voyage. L’auteure instaure en même temps un suspens bienvenue qui rythme le récit au-delà du quotidien.

La succession des jours sur la route est également entrecoupée des souvenirs d’Emile, en particulier au sujet de sa relation avec son ex, Laura, mais j’ai beaucoup moins accroché à ce pan de l’intrigue qui m’a semblé superflu et parfois caricatural dans le comportement des personnages. Ces flash-back permettent cependant de mettre en évidence l’évolution d’Emile, la manière dont le voyage le fait gagner en maturité, changer son regard sur le monde.

Le roman fait plus de 800 pages et pourtant je n’y ai pas trouvé de longueurs. Il y a une certaine douceur, une simplicité apaisante, dans la description des paysages qui défilent, le récit des randonnées en montagne et de la découverte des villages typiques – un bel hommage à la nature et à tous les trésors cachés des petits coins de France. C’est comme un moment hors du temps.

Avec tout ça, on oublierait presque la maladie. Pourtant elle est bien là, et au fil des pages les absences deviennent plus fréquentes, les crises plus intenses. Tout le bleu du ciel retranscrit la vulnérabilité, la frustration de se sentir diminué et de voir ses souvenirs s’effacer, la peur de l’avenir, de la perte de soi, la dépendance aux autres et la crainte de devenir un patient qu’on manipule comme un enfant et dont on ne respectera pas la volonté. Il montre aussi l’inquiétude et l’impuissance des proches, le poids de la responsabilité et la difficulté de savoir comment réagir. Et pourtant, je pense qu’il n’y avait pas de plus belle façon d’écrire sur Alzheimer. En ouvrant ce roman, on sait pertinemment que cela ne va pas bien finir, qu’Emile est condamné, mais on est presque surpris quand le dénouement arrive enfin, tant ce voyage a réussi à mettre de la vie, de la joie et la douceur dans les derniers mois du jeune homme.

Si j’étais d’abord réticente à me lancer dans cette lecture, pourtant best-seller, par crainte de son sujet dramatique, je ne peux que me réjouir d’avoir enfin découvert Tout le bleu du ciel. Comme avec Les lendemains, Mélissa Da Costa nous offre un roman émouvant, bien sûr parfois triste, mais aussi lumineux et par moment étrangement réconfortant. Un livre à classer parmi ceux qui marquent.

Publicité

7 réflexions sur “Tout le bleu du ciel, Mélissa Da Costa

  1. Pingback: Bilan de mes lectures estivales |

  2. Pingback: Le bilan non livresque du mois #21 |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s