La lionne, Katherine Scholes

couv6876733.jpg

Brillante biologiste, Emma Lindberg quitte son laboratoire australien pour la brousse tanzanienne. Officiellement, il s’agit d’une mission de recherche ; officieusement, Emma souhaite connaître la vérité sur la mort de sa mère, virologue disparue vingt ans plus tôt. A son arrivée à la station, elle assiste à un drame : les chameaux de Laura, une infirmière itinérante, sont revenus seuls. Quelque part dans le désert se trouve Angel, sa petite fille de sept ans… Avec l’aide de Daniel, un docteur massaï, Emma part à la recherche de l’enfant. 

* * *

Depuis ma lecture de Leopard Hall, j’avais envie de découvrir d’autres romans de Katherine Scholes, tout aussi dépaysants. Je me suis vite rendue compte que l’auteur australienne, qui a passé son enfance en Tanzanie, a placé tous ses romans dans des cadres exotiques, la plupart africains. C’était tout ce qu’il me fallait pour retrouver ce qui m’avait plu dans Leopard Hall ! Aujourd’hui, je vous présente donc La lionne !

Impossible de ne pas penser au célébrissime roman de Kessel en voyant le titre du livre. Il est là aussi question du lien fort entre l’homme et le roi des animaux. L’intrigue est somme toute basique, mais a réussi à me transporter : j’ai passé un très bon moment avec une belle histoire.

Le livre s’ouvre sur un drame, une scène d’ailleurs assez traumatisante (naïve comme je suis, je pensais que tout aller s’arranger par la suite ^^). Cela va être le point de départ de la quête d’Emma. A peine arrivée dans la petite station de recherche perdue au milieu du désert tanzanien, la jeune femme trouve deux chameaux revenus sans leurs maîtresses. Elle décide alors de laisser tomber son safari pour se consacrer à la vie de la station et à la recherche de l’enfant, avec Daniel, un docteur massaï. En même temps, elle va découvrir l’Afrique, un mode de vie différent de ce qu’elle a connu, un autre rapport à la nature et aux animaux, et progressivement oublier le danger et prendre goût aux étendues sauvages et au désert.

A travers cette histoire, l’auteur ne se contente pas de parler des animaux, mais aborde aussi d’autres sujets comme les épidémies, la relation mère-fille ou encore le couple. Emma, dans les traces de sa mère décédée accidentellement lors d’une mission de recherche, travaille sur les maladies dangereuses. Elle reste marquée par l’absence de sa mère, dévouée à son travail, et les regrets de tout ce qu’elle n’a pas pu vivre avec elle lors de son enfance.

La lionne est sans conteste un roman très touchant qui saura vous émouvoir. Les personnages sont particulièrement attachants ; le récit est agrémenté d’une belle romance, que l’on sent venir, certes, mais qui, selon moi, évite les facilités. Sans oublier Angel, Britannique élevée par sa mère en Tanzanie, véritable Africaine en réalité, dont l’enfance se résume à des campements dans la brousse et aux soins des malades. Incroyablement mature (peut-être trop pour être crédible, il est vrai), cette petite fille pas comme les autres réagit avec un sang-froid étonnant. Elle qui n’a connu que l’Afrique vit de l’amour pour la terre dont elle a adoptée toutes les coutumes et qu’elle ne voudrait pour rien au monde quitter pour les métropoles occidentales.

La lionne est un roman plein de rebondissements, un ode à la nature sauvage, une déclaration d’amour à l’Afrique et aux animaux, que ce soit la lionne Moyo et ses petits ou les chameaux Mama Kitsu et Mototo. D’ordinaire, je ne suis pas particulièrement fan des bêtes, mais j’ai été touchée par la proximité et l’amitié entre l’homme et l’animal. L’aboutissement en est le personnage fascinant de l’Homme aux lions, un vieil homme qui a consacré sa vie à recueillir et élever des lions pour les protéger du braconnage.

Katherine Scholes nous offre une plongée dans le désert et la brousse africaine, une aventure qu’on ne vivra jamais mais qu’on est heureux de suivre par procuration aux côtés des personnages. L’affection de l’auteur pour la Tanzanie transparaît à chaque page et ne peut que nous donner envie de voyager et de découvrir ce pays.

* * *

En bref, un roman que je conseille à tous les aventuriers dans l’âme, aux amoureux des animaux, aux voyageurs en quête de nature sauvage ou tout simplement d’une romance dépaysante !

Verdict Coup de coeur

Publicités

12 réflexions sur “La lionne, Katherine Scholes

  1. J’avais beaucoup aimé « La reine des pluies » de la même auteur qui se déroule entre l’Australie et l’Afrique! Je te le conseille! 😉 Je ne suis pas trop animaux non plus d’habitude mais ta chronique m’a intrigué et donné envie de le lire, du coup je le mets dans ma WL! 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s