Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

Dix ans (au sens propre) après tout le monde, j’ai enfin lu Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates !

Comme j’aime bien faire les choses dans le désordre, j’avais découvert il y a quelques années Le secret de la manufacture de chaussettes inusables, écrit par Annie Barrows, la nièce de Mary Ann Shaffer, qui l’ai aidé à écrire son Cercle littéraire.

Janvier 1946. Tandis que Londres se relève douloureusement de la guerre, Juliet, jeune écrivain, cherche un sujet pour son prochain roman. Comment pourrait-elle imaginer que la lettre d’un inconnu, natif de l’île de Guernesey, va le lui fournir ? Au fil de ses échanges avec son nouveau correspondant, Juliet pénètre un monde insoupçonné, délicieusement excentrique ; celui d’un club de lecture au nom étrange inventé pour tromper l’occupant allemand : le « Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». De lettre en lettre, Juliet découvre l’histoire d’une petite communauté débordante de charme, d’humour, d’humanité.

Première chose : j’ai eu la surprise de m’apercevoir que Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates était un roman épistolaire. Comment peut-on entendre autant parler d’un roman et ne pas savoir une chose aussi essentielle ? Mystère.

Je vous avoue que j’ai eu un peu peur car je n’ai pas l’habitude de lire des romans épistolaires. Le procédé est intéressant, mais je trouve qu’il a ses limites, notamment un manque de rythme et de points de vues et le risque de se lasser de cette suite de lettres.

Finalement, Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates échappe à tous ces défauts. Pas de problème de rythme, le livre se dévore à une vitesse folle. La plume de l’auteure -et à travers elle celle de Juliet – légère, drôle et fluide, y est pour beaucoup. J’ai aimé le fait d’avoir choisi comme personnage principal une écrivain, ce qui permet d’aborder le sujet de l’inspiration et les relations avec son ami-éditeur. J’ai adhéré d’emblée au personnage de Juliet (et pas seulement parce qu’on porte le même prénom !). On suit avec plaisir son projet de livre, son affection grandissante pour Guernesey, son amitié touchante avec Sidney et Sophie et ses déboires amoureux.

Le cercle littéraire…. va nous permettre de découvrir les habitants de Guernesey et leur quotidien sous l’occupation allemande. On a toute une galerie de personnages, tous plus attachants les uns que les autres avec leur excentricité, leur farouche résistance à l’occupant et leur entraide. Ils nous font rire avec leurs anecdotes, mais on est aussi ému face à des faits plus sombres, notamment autour de l’histoire d’Elizabeth.

Cet angle pour aborder la Seconde guerre mondiale est assez original et j’ai développé à mon tour un véritable intérêt pour Guernesey. Le roman donne envie d’en apprendre plus sur l’histoire de cet ilot anglais à quelques kilomètres des côtes normandes. Cela dit, les personnages m’ont semblé un peu trop modernes dans leur façon de parler et leur comportement. J’oubliais souvent qu’on était en 1946.

Au final, j’ai juste un regret, c’est que la partie « littéraire » du cercle de Guernesey ne soit pas plus présente dans le roman. Le cercle littéraire est un symbole des nombreux stratagèmes mis en place par les habitants pour échapper aux règles strictes de l’occupation, mais on n’aborde que peu les romans lus dans ce cadre et leur impact sur les personnages.

Je mets souvent du temps à me décider à lire les best-sellers, car je crains toujours d’être déçue. Pour le coup, j’ai passé un très bon moment, tout en humour et en émotion. Je me suis laissée surprendre par le roman sans relire la quatrième de couverture et j’ai enchainé les lettres/chapitres.

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates a été une belle lecture, même si ce ne sera pas un énorme coup de cœur comme pour d’autres lecteurs. C’est un roman qui fait du bien.

8 réflexions sur “Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, Mary Ann Shaffer et Annie Barrows

  1. Comme tu le dis, ce livre échappe à nombre des écueils dans lesquels il aurait pu tomber !
    Je l’ai moi aussi découvert bien après sa sortie mais l’ai beaucoup apprécié ; il aborde cette période historique depuis un angle peu habituel sans prétendre à devenir une référence historique.
    C’est une histoire entraînante qui nous embarque et nous fait découvrir, à sa façon, un pan de l’histoire. Et c’est déjà beaucoup !!
    Personnellement, Le Cercle littéraire… m’a même donné envie de découvrir davantage de récits épistolaires, auxquels je ne suis pas habituée

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s