Bertrand et Lola, Angélique Barbérat

couv44606054

Pourquoi Lola a-t-elle sonné à cette porte ? Pourquoi Bertrand a-t-il ouvert à cette inconnue ? Comment peut-on tomber fou amoureux de quelqu’un en dix secondes ?
Ce jour chaud du mois de juin va tout changer. Durant quelques heures de bonheur et d’insouciance, Bertrand et Lola oublient tout : elle, qu’elle va se marier dans une semaine ; lui, qu’il est reporter-photographe et ne supporte aucune attache.

* * *

Ce livre est resté dans ma PAL 1 an et demi ! Je crois que je tiens un record ! Je l’avais acheté au Salon du Livre de Paris en 2016 après en avoir entendu des bons commentaires sur la blogo. Finalement, cela a été une lecture en demi-teinte, faite de bons et de mauvais côtés.

On se trouve ici dans la pure romance, autant prévenir les détracteurs tout de suite ! Peut-être le format (600 pages tout de même) n’est-il d’ailleurs pas tellement adapté au genre, car il y a des passages un peu longuets et des moments où l’histoire tourne en rond. Raccourcir aurait apporté plus de légèreté et rendu la lecture plus agréable.

Passé ce petit défaut, le grand point noir qui m’a fait tiquer dès les premières pages est la configuration dans laquelle se place la rencontre entre les deux personnages. Lola n’est qu’à quelques jours de son mariage quand Bertrand sonne à sa porte. Pourtant, une banale histoire de réparation de porte de placard va les mener beaucoup plus loin qu’ils ne l’avaient imaginé.

J’avoue avoir un problème avec l’infidélité dans les romans, et d’autant plus dans les romances, lorsqu’elle est présentée sous un angle favorable et presque valorisée, si ce n’est encouragée. J’ai eu du mal à croire à l’enchaînement des évènements. Alors même que l’auteur insiste au départ sur l’indifférence de Lola, cette dernière cède à un inconnu beaucoup trop rapidement à mon goût. Même si je conçois que l’on puisse être pris de doutes à la veille de son mariage, j’ai du mal à croire qu’une femme puisse ainsi coucher avec le premier venu au moment de s’engager pour la vie. De la même manière, je me suis prise d’une espèce d’antipathie pour Bertrand dès ses premières apparitions, où on nous le présente comme le séducteur typique – parfaitement le genre d’hommes qui m’insupportent. Ce qui me dérange le plus avec l’infidélité dans les romances, c’est la manière dont l’auteur nous amène dans tous les cas à prendre le parti de l’infidèle, en présentant le mari comme un homme ennuyeux ou décevant. Et ça n’a pas loupé : on finit par apprendre que Franck n’est pas l’homme qu’il lui faut, qu’il ne pense qu’à son travail, qu’elle ne mène pas une vie heureuse avec lui etc. J’aurais vraiment préféré, pour une fois, que l’insatisfaction ou les désaccords conjugaux ne viennent pas en appui (surtout que cela n’apparait pas au début, lorsque Lola semble encore tout enthousiaste de se marier).

Pourtant, je me suis forcée à passer outre ma réticence pour pouvoir apprécier le roman, et je dois bien avouer qu’ensuite j’ai été portée malgré moi par la romance. Entre Bertrand et Lola, c’est un amour fou qui tombe au mauvais moment, cette rencontre qui, arrivée plus tôt dans leur vie, n’aurait pu que les rendre heureux, mais qui est dorénavant impossible. Et on peut reconnaître aux personnages de faire tout pour oublier, pour n’en faire qu’un moment éphémère, un écart avant de reprendre leur vie normale. Mais cette passion, aussi courte qu’intense, rien ne peut l’effacer. Malgré leurs efforts et leurs résolutions, aucun ne parvient à chasser l’amant de son esprit. Alors évidemment, comme on est dans la romance, il y a des coïncidences qui aident. Et la vie joue avec eux un jeu cruel, les faisant se retrouver inopinément quand ils se sont résignés à ne plus se revoir, les faisant se perdre désespérément quand ils se cherchent.

Outre la force de leurs sentiments contre lesquels ils luttent vainement, ce qui rend l’histoire touchante, émouvante, est la façon dont elle bouleverse les certitudes des personnages, leur fait découvrir une autre partie d’eux. Lola, qui n’aurait jamais pensé à être une femme infidèle ; Bertrand, amoureux de l’instant et du voyage, refusant de se fixer et de s’engager dans une relation durable.

Au-delà de la romance, j’ai apprécié les personnages secondaires, bien développés, et la découverte de deux professions, hôtesse de l’air et photographe. Le récit n’oublie pas les péripéties et retournements de situation, même si certaines, un peu trop invraisemblables m’ont laissée dubitative.

* * *

Si l’infidélité au cœur du roman m’a empêchée d’apprécier pleinement le livre, Angélique Barbérat s’en sert pour tisser une belle histoire d’amour impossible. On n’échappe pas à quelques longueurs et clichés, mais les amateurs de romance lui pardonneront.

Verdict Mitigé

 

Publicités

5 réflexions sur “Bertrand et Lola, Angélique Barbérat

  1. Pingback: La drôle de vie de Zelda Zonk, de Laurence Peyrin | Petite Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s