L’Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafon

couv12393587Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon, Daniel Sempere, dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant est convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du vent.

* * *

Voilà longtemps que ce roman m’intriguait, depuis mon premier A la recherche sur les romans parlant de livres. Il faut croire que j’avais une bonne intuition, puisque L’Ombre du vent a été un véritable coup de cœur ! Je dois néanmoins vous mettre en garde contre le résumé qui peut induire en erreur. Je m’attendais, à la lecture de celui-ci, à quelque chose de fantastique, à ce que le livre trouvé ait un pouvoir, soit lié à un univers parallèle ou bien à une tradition de gardien de livres transmise de génération en génération. Or, le Cimetière des livres oubliés n’est pas du tout au cœur du roman. Il sert juste de prétexte à la découverte de l’Ombre du vent, un roman mystérieux, oublié, dont c’est la dernière édition existante. A partir de là, Daniel va développer une véritable fascination pour la vie de l’auteur, Julian Carax, et tenter de résoudre le mystère qui l’entoure. Cela va le mener loin dans des histoires de familles, des drames, des amitiés d’enfance et de sombres intrigues.

Inclassable, L’Ombre du vent mêle roman d’apprentissage, roman policier et roman historique, avec quelques touches de mystère presque fantastique. Le roman s’étale de 1945 et 1955, et l’ambiance trouble de la guerre civile constitue la toile de fond du récit. Carlos Ruiz Zafon retranscrit précisément le Barcelone de l’époque. Je ne connais pas assez la ville pour visualiser les lieux cités par l’auteur, mais les lecteurs plus familiers de Barcelone n’auront aucun mal à y voyager en pensée [d’ailleurs, Le Livre de poche a sorti un guide de promenades dans le Barcelone du roman !]. 

Au fil des pages, on va voir notre personnage grandir et mûrir, découvrir l’amour, les désillusions, les intrigues politiques, la violence. Les personnages sont attachants, en particulier le duo Daniel-Fermin (un vagabond qui va devenir un précieux allié). Les personnages du passé et de l’entourage de Julian m’ont semblé tout aussi vivants. Car le roman trouvé par Daniel est bien plus qu’un livre, il est intimement lié à l’histoire de Julian que l’on va creuser aux côtés du jeune homme. Il sera question d’amours impossibles, de carcans familiaux, de destins maudit. L’auteur ne nous épargne ni le tragique ni la violence.

La curiosité de Daniel pour L’Ombre du Vent va se transformer en course-poursuite pour résoudre l’énigme Julian Carax, en dépit des mensonges des protagonistes, d’une silhouette menaçante pleine d’intentions malveillantes à l’égard de Daniel et du livre, et du cruel Inspecteur Fumero. L’enquête est passionnante et multiplie les fausses pistes : on croit deviner la vérité, avant d’être contredit quelques pages plus tard. Le roman s’apprécie ainsi à un double niveau, celui du passé autour de Julian et du livre, et celui du présent avec Daniel confronté aux répercussions de celui-ci lorsqu’il réveille de vieux démons.

Par contre, autant vous prévenir que Carlos Ruiz Zafon nous a pondu un pavé. Le récit prend son temps. Le roman est dense, assez complexe. Il faut parfois s’accrocher pour suivre, car on a un entremêlement d’histoires, de personnages,  de passé et présent. Certaines anecdotes ne sont pas forcément nécessaires, elles alourdissent le récit et perdent un peu le lecteur. Pas toujours facile de se repérer parmi tous ces personnages et les variation dans la chronologie !

Il n’empêche que le roman est époustouflant, très bien construit. Le mystère reste entier tout au long de la lecture, les pages se tournent à toute vitesse et je n’imaginais pas du tout la fin. J’ai adoré l’écriture, les personnages et l’atmosphère du roman. On plonge tout entier dans l’univers envoûtant créé par l’auteur, impossible de lâcher le livre !

 

* * *

En bref, un roman qui détonne, fait pour les amoureux de mystère, d’ambiances troubles, de drames familiaux, d’amours tragiques, de secrets enfouis et de quête semée d’embûches. Foncez !

Verdict Coup de coeur

24 réflexions sur “L’Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafon

  1. J’ai déjà lu deux fois ce roman, sa complexité fait que je ne me souviens plus bien de l’intrigue mais j’en garde un souvenir complètement émerveillé. C’est vraiment un livre à part. La suite m’avait plu également, bien dans le même style.

    Aimé par 1 personne

  2. J’ai adoré ce livre. Et les autres sont aussi top. Ils n’ont pas forcément de lien entre eux. Reprennent les mêmes personnages et le cimetiere des livres oubliés mais peuvent se lire dans un autre ordre. On retrouve cet univers mystérieux qui fait de Zafon un super écrivain. Je te les conseille !!

    Aimé par 1 personne

  3. Clairement un livre qui « reste ». Il est long, très dense, parfois complexe effectivement… Mais bon sang quelle intrigue !!! Et quel final ! Ca vaut le coup de s’accrocher, de se perdre dans les aller-retours passé/présent, dans les multiples personnages…
    J’ai lu le « Jeu de l’ange » et ai moins accroché. Du coup, je rechigne un peu à entamer Le prisonnier du ciel, qui prend la poussière dans la bibliothèque.
    Merci pour cet article qui m’a replongée dans ce roman le temps d’un instant.

    J'aime

    • Je m’excuse de ne pas avoir répondu plus tôt, je crois que je l’avais fait il y a longtemps mais ma réponse n’avait pas été enregistrée et je viens de retrouver ton commentaire dans les commentaires non approuvés !
      Tu résumes bien mon ressenti, encore maintenant j’en garde un bon souvenir. Les longueurs et les imbroglios valent le coup !
      J’ai Le Jeu de l’ange dans ma PAL, du coup je garde en tête qu’il sera sûrement un peu moins bien !

      J'aime

  4. Pingback: Mes livres coups de cœur de 2017 | Petite Plume

  5. Pingback: Petite Plume Awards (2017) | Petite Plume

  6. Pingback: C’est l’heure du bilan ! [août 2018] |

  7. Pingback: Mes sagas en cours (littérature adulte) |

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s