La vie en chantier, Pete Fromm

Après avoir eu un coup de cœur pour Mon désir le plus ardent, j’avais hâte de découvrir le reste de l’œuvre de Pete Fromm. Je dois dire que, si ça a été une bonne lecture, je ne l’ai pas trouvé à la hauteur du premier.

Marnie et Taz ont tout pour être heureux. Jeunes et énergiques, ils s’aiment, rient et retapent ensemble leur modeste maison de Missoula, dans le Montana. Lorsque Marnie apprend qu’elle est enceinte, leur bonheur est parfait. Mais Marnie meurt en couches, et Taz se retrouve seul face à un deuil impensable, avec son bébé sur les bras. Il plonge alors tête la première dans le monde inconnu et étrange de la paternité, un monde de responsabilités et d’insomnies, de doutes et de joies inattendus.

Malgré le sujet qui s’annonçait bouleversant, je n’ai pas réussi à être aussi touchée que dans Mon désir le plus ardent. Le problème ici vient à mon sens du personnage de Taz, que l’on a du mal à saisir, et du manque d’émotion apportée par l’auteur. Les dialogues sont assez plats et expriment peu de sentiments. Taz a une attitude fuyante ; il a tendance à rejeter son entourage et à se couper du monde, se livre peu. Bien sûr on conçoit sa réaction face au drame qui le frappe, mais cela n’aide pas à comprendre le personnage. Il est d’autant plus difficile de s’attacher à lui, de s’identifier ou de compatir à sa peine.

Lire la suite