Les Oiseaux se cachent pour mourir, Colleen McCullough

couv45084136L’histoire commence en 1915 et s’achève à la fin de la seconde guerre mondiale. La famille Cleary originaire de la Nouvelle Zélande émigre en Australie pour faire fructifier un domaine où se pratique l’élevage du mouton et qui appartient à la riche soeur de Paddy Cleary, le père de famille. Une épique superbement rendue où s’acharnent les passions des personnages avec comme fil conducteur les amours tragiques de l’héroine Maggie pour le magnifique prêtre Ralph de Bricassart lié à jamais au sort de l’exploitation du domaine.

* * *

Au mois de février, j’ai lu Les quatre filles du révérend Latimer grâce à la masse critique de Babelio. J’ai ainsi découvert totalement par hasard Colleen McCullough, auteur australienne prolifique, qui a écrit le fameux best-seller Les oiseaux se cachent pour mourir, paru en 1977.

Bien que j’aie reproché certains défauts aux Quatre filles du révérend Latimer, la plume talentueuse de l’auteur m’avait marquée, et je m’étais promis de découvrir d’autres titres de sa bibliographie. Elle a ce je ne sais quoi qui différencie un roman ordinaire d’un classique.

– De quoi ça parle ?  –

Avec Les Oiseaux se cachent pour mourir, le dépaysement est assuré. L’auteur nous emmène en Nouvelle-Zélande, puis en Australie, sa contrée natale. La famille Cleary est une famille nombreuse et modeste de Nouvelle-Zélande. Contactés par la riche sœur de Paddy, ils la rejoignent dans sa propriété australienne de Drogheda afin d’aider à l’exploitation agricole, en échange de l’hébergement et de l’héritage promis. Débute pour eux une nouvelle vie, loin de la misère qu’ils ont connue, et la première étape de l’histoire qui les lie à Drogheda. C’est aussi là qu’ils feront la connaissance du père Ralph de Bricassart, curé de la paroisse, qui va devenir un proche de la famille.

Lire la suite

Les quatre filles du révérend Latimer, Colleen McCullough

couv42549533.gifAustralie, début du XXe siècle. Les sœurs Latimer sont au nombre de quatre : Edda et Grace, les aînées, sœurs jumelles nées de la première union de leur père, un pasteur dont l’épouse est morte en couches ; Heather et Kitty, des jumelles également, filles de l’ancienne gouvernante du presbytère qui a épousé le révérend en secondes noces. En 1925, les sœurs âgées de 18 et 19 ans fuient l’austérité du presbytère et l’autorité maternelle pour se former au métier d’infirmière dans l’hôpital de leur ville natale, en Nouvelle-Galles du Sud. Elles pourront dès lors laisser libre cours à leurs aspirations – une soif d’indépendance et la recherche de l’amour. Mais la Grande Dépression pourrait balayer leurs rêves…

* * *

J’ai lu ce livre un peu par hasard grâce à la Masse critique Babelio. Je les remercie au passage et m’excuse pour le retard de ma chronique ! J’avais entendu parler des Oiseaux se cachent pour mourir, le roman le plus célèbre de l’auteur, sans avoir lu le livre ni vu la série. Et j’avoue avoir pris un peu peur en voyant la note très moyenne des Quatre filles du révérend Latimer sur Livraddict. Mais vous me connaissez, cela ne m’a pas empêché de me lancer car je suis partisane du « Chacun doit se faire son avis ». Je pousserai même le vice à dire qu’il vaut peut-être même mieux partir avec un a priori négatif ou l’éventualité que le livre ne nous plaise pas, plutôt que de débuter plein d’espoir un livre précédé par sa réputation et être finalement déçu car on s’attendait à mieux. Précisément, je ne m’attendais à rien, et j’ai été heureuse de la découverte.

[Attention : longue chronique en perspective !]

Lire la suite