A la recherche… #7

A la recherche

Le principe : à la manière d’une libraire/bibliothécaire face à un lecteur en quête d’un livre particulier, je vous présente chaque mois une liste thématique pour satisfaire votre curiosité. Je n’aurai pas forcément lu tous les livres que je vous citerai (on ne peut pas avoir tout lu…), mais ce seront au moins des livres dont j’ai entendu parler et/ou qui font partie de ma WL. 

∴ A la recherche… de récits amérindiens ∴

Vous avez sans doute déjà entendu parler de mon intérêt pour l’histoire des tribus amérindiennes. Que ce soit à travers mes cours d’histoire de l’Amérique du Nord en licence ou dans la littérature, j’aime apprendre de nouvelles choses sur la culture et l’histoire de ces peuples. C’est assez tragique et révoltant de voir qu’ils sont les grands absents des livres d’histoire et des romans, alors qu’ils ont été victimes d’un massacre d’envergure. Voilà pourquoi j’avais envie de vous proposer une sélections de romans autour des Indiens d’Amérique du Nord.

[Bien sûr, c’est extrêmement réducteur d’englober sous le terme « Amérindiens » un ensemble de tribus et de peuples qui ont chacun leur propre histoire et leurs propres particularités. Je le fais quand même pour des raisons pratiques et parce que je pense qu’une majorité d’entre nous n’a pas les connaissances suffisantes pour faire une distinction pertinente entre les tribus].

Lire la suite

Publicités

La vie devant soi, Romain Gary

couv47940448.gif.jpgMomo, petit garçon arabe, se débat contre les six étages que Madame Rosa, la vieille femme juive qui l’élève, ne veut plus monter, et contre la vie. Le petit garçon l’aidera à se cacher dans son « trou juif », elle n’ira pas mourir à l’hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré « des peuples à disposer d’eux-mêmes » qui n’est pas respecté par l’Ordre des médecins. 

* * *

Je crois que je tiens mon record de retard de chronique puisque j’ai lu ce roman…en avril. No comment. Mieux vaut tard que jamais, non ?

Vous connaissez mon amour pour Romain Gary depuis La Promesse de l’aube. J’ai donc poursuivi ma découverte de l’auteur avec un autre de ses romans les plus connus.

Mon ressenti face à La vie devant soi est un peu particulier. Le résumé n’était pas forcément très éclairant, ou du moins n’ai-je pas su lire entre les lignes les indices sur l’histoire. Pour le dire franchement, je ne m’attendais absolument pas aux thèmes traités par le roman, et j’ai donc été d’autant plus déconcertée, marquée.

Lire la suite

* Bilan du mois d’août *

cest-lheure-du

 

∼ Ce mois-ci, j’ai lu… ∼

11 romans et 5950 pages. Encore un super mois de lecture, avec de belle découvertes !  Décidément, j’aime l’été !

3 coups de cœur

D’abord Americanah, une belle bombe littéraire qui nous parle d’immigration, de racisme et d’amour. A découvrir ! Ensuite Les Débutantes, un groupe d’amies sur le campus d’une université féministe (chronique à venir). Et j’ai enfin découvert le monument de la littérature américaine qu’est Autant en emporte le vent. J’attends d’avoir lu le tome 3 (oui, oui, c’est un tel pavé qu’il a été édité chez Folio en 3 tomes de 480 pages chacun…) pour vous en dire plus. Sans regret en tous cas !

Deux bons moments

couv71662525131-1Beignets de tomates vertes nous plonge dans l’ambiance d’une petite  ville américaine. du Sud. Malgré un côté un peu trop décousu et de nombreux personnages, j’ai été séduite par les nombreuses anecdotes qui nous racontent les petits bouts de vie qui ont fait l’histoire de Whistle Stop. Je suis restée en Amérique avec Des hommes de peu de foi, deuxième roman de Nickolas Butler, une plongée dans le monde du scoutisme à travers trois générations  (chronique à venir).

 

Une bonne surprise

couv69564896.png

Un drôle de mélange, entre romance, enquête sur Marilyn Monroe et changement de vie, pour La drôle de vie de Zelda Zonk. La sauce a pris, même si je m’attendais à mieux.

 

5 lectures non chroniquées

Beaucoup de tomes de saga dans ces lectures, ce qui expliquent pourquoi je ne les ai pas chroniquées. J’ai terminé Muchachas, et ce dernier tome confirme mon ressenti d’une saga sympa mais pas exceptionnelle, et en-deça de la première. J’ai par contre été franchement déçue par le troisième tome d’Endgame, autant par la mort de personnages que j’appréciais que par la manière dont se conclut la trilogie. Le Nouveau nom est dans la même veine que le premier tome de L‘Amie prodigieuse : on continue, sur un rythme assez lent, à suivre la vie des personnages, dans cette ambiance italienne caractéristique des années 60. J’ai récidivé avec Joseph Conrad, malgré ma déception pour Lord Jim, et je dois dire que si Au cœur des ténèbres est mieux passé, il n’en conserve pas moins une étrangeté un peu perturbante. Enfin, je termine avec La Malédiction Grimm, un roman jeunesse que je ne vous ai pas chroniqué mais que je vous recommande quand même chaudement : une chouette lecture, inspirée de l’imaginaire des contes de fée, avec un dépôt d’objets magiques qui font rêver et une petite enquête menée par des personnages sympathiques.

 

∼ Ce mois-ci, j’ai vu ∼

 

∼ Ce mois-ci, j’ai posté… ∼

  • 13 articles, dont 7 chroniques. Pas mal d’activité ce mois-ci sur le blog ! J’ai pu rattrapé mon retard de chroniques, en partie grâce aux lectures non chroniquées.
  • On a déjà atteint les 300 abonnés sur le blog ! Whouah, merci à tous ! Je ne vais pas organiser un nouveau concours tout de suite du coup, mais tenez vous prêt pour les 400 😉
  • J’ai déjà repris depuis deux jours le chemin des cours, pour ce qui sera normalement ma dernière année d’études. Je risque d’avoir pas mal de boulot, mais j’espère pouvoir continuer le blog avec un bon rythme ! 🙂

* * *

Belle fin d’été et bon mois de septembre à tous !

La drôle de vie de Zelda Zonk, de Laurence Peyrin

couv69564896.pngFoutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant… Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie.

* * *

[Suite à un bug de WordPress qui a supprimé mon article, je le poste une nouvelle fois. Heureusement, pour une fois j’avais une copie en stock !]

Laurence Peyrin a fait pas mal parler d’elle sur la blogo, pour son dernier roman Miss Cyclone, comme pour La drôle de vie de Zelda Zonk.

Lire la suite

Tag PKJ : Les belles couvertures

C’est parti pour un Tag concocté par Pocket Jeunesse. Pour une fois, on va s’intéresser à l’aspect du livre plutôt qu’au contenu ! Avouons-le, on a tous déjà craqué à cause d’une couverture…

1) Quel livre de votre bibliothèque a, selon vous, la plus belle couverture?

Difficile de choisir ! Allez, Aristote et Dante le mérite bien !

aristote-et-dante-decouvrent-les-secrets-de-l-univers-634958-250-400

2) Quel livre vous fait très envie à cause de sa belle couverture?

Comme je suis faible, il y en a un paquet. Petite sélection parmi ceux qui m’ont tapé dans l’œil :

3) Citer un livre dont la couverture française est, selon vous, plus belle que la couverture VO.

C’est assez rare en réalité, car les éditions anglo-saxonnes sont souvent plus belles (et plus chères). J’ai d’ailleurs lu récemment un article intéressant sur le fait qu’il y a une tradition des couvertures très sobres en France ; cela vient d’une sorte  d’élitisme culturel qui veut qu’on choisisse un livre pour son contenu et non pour sa couverture.

Cet exemple sera donc l’exception qui confirme la règle ! J’ai tout de suite pensé à la saga jeunesse Le chaos en marche (dont je vous avais parlé dans mes Incontournables). J’adore les couvertures françaises, colorées et en relief. J’ai acheté la version V.O parce que j’adore la saga, et il est clair que les couvertures ne rivalisent pas. D’ailleurs, c’est assez drôle de voir que les titres non plus n’ont rien à voir.

Comparé à la couverture V. O :

 

4) Citer un livre dont la couverture VO est, selon vous, plus belle que la couverture française.

Après des petites recherches menées sur Internet pour checker les éditions originales, je vous mets une petite sélection. Ce n’est pas forcément que je trouve les couverttures VF moches, mais je trouve les V.O plus raffinées et plus élaborées.

Retour à Little Wing (là les éditions Autrement où vraiment loupé leur coup – l’édition de poche est déjà mieux) et  Une vie entre deux océans (la couverture VF me plait bien aussi).

La Petite boulangerie du bout du monde et Avant toi.

5) Citer un livre dont la couverture reflète parfaitement le roman.

J’adore le visuel de la saga des Chroniques lunaires (CinderScarlet et Cress), inspiré de Cendrillon, du Petit Chaperon Rouge et de Raiponce.

6) Citer un roman dont la belle couverture n’a aucun rapport avec l’histoire.

couv34450418

Ils auraient pu mettre un train, mais non, ils ont choisi une chaussure. Cela dit, je l’aime quand même cette couverture, et puis l’histoire avait été un coup de cœur  !

7) Citer un livre avec une belle couverture minimaliste.

bm_cvt_eleanor-and-park_8591

Une belle couverture qui résume l’essentiel de ce beau roman !

8) Citer un livre avec un belle couverture qui a plein de détails.

couv47554273.jpg

Un roman jeunesse à la couverture sublime que j’ai lu récemment.

9) Citer un livre avec une belle couverture qui fait apparaître au moins un visage.

L'amie prodigieuse

J’ai un petit faible pour le visuel poche de L’Amie prodigieuse.

10) Citer un livre avec une belle couverture qui est majoritairement de votre couleur préférée.

1507-1

ppm_medias__image__2016__9782226328755-x

Le bleu avec deux coups de cœurs : Les Fiancés de l’hiver et  La valse des arbres et du ciel (un tableau de Van Gogh en couverture, peut-on rêver mieux ?)

11) Citer un livre avec une belle couverture dont le visuel est un dessin.

cvt_la-vie-selon-juan-salvador-palmipede-duruguay_2365

Je craque totalement pour la couverture du Palmipède ! Et encore mieux, il y a aussi des dessins à l’intérieur !


 

Voilà pour ce Tag ! N’hésitez pas à le reprendre s’il vous plait, et embellissons ensemble la blogosphère de couvertures de livres !

Réflexions d’une blogueuse #16

NC

∼ Pour ou contre…les services de presse ? ∼

 

Eh oui, aujourd’hui on va parler Services presse (SP). Je sais que c’est un sujet assez sensible qui a le don de susciter envies, accusations, critiques et débats sans fin. Il n’en reste pas moins que c’est un élément très présent sur la blogo et j’avais envie de vous donner mon avis là-dessus. Surtout, n’oubliez pas que les commentaires sont là pour qu’on échange si vous le souhaitez !

Lire la suite

Beignets de tomates vertes, Fannie Flagg

couv71662525.jpgAu Sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée… Ninny, fringante octagénaire, se souvient et raconte à Evelyn, une femme au foyer à l’existence monotone, les incroyables histoires de la petite ville de Whistle Stop. Grâce à l’adorable vieille dame, Evelyn, qui vit très mal l’approche de la cinquantaine, va peu à peu s’affirmer et reprendre goût à la vie.

* * *

Depuis le temps que j’entendais parler de Fannie Flagg, il était temps que je lise enfin un de ses romans ! Je dois avouer que j’ai été assez surprise par Beignets de tomates vertes parce que je m’étais imaginée toute autre chose. Mais soit, ça ne m’a pas empêché de passer un bon moment de lecture !

Lire la suite

Les Intéressants,de Meg Wolitzer

couv20929526.jpgEn 1974, Julie passe son été à Spirit-in-the-Wood, une colonie de vacances. Elle y rencontre un groupe de cinq adolescents qui se sont baptisés « les Intéressants » : Ethan, un surdoué des films d’animation ; Goodman et sa sœur Ash, jeunes New-Yorkais bien nés ; Jonah, le fils d’une célèbre chanteuse folk, icône de la contre-culture, et enfin Cathy, qui rêve de devenir danseuse. Julie – rebaptisée Jules par les Intéressants – est fascinée par ces jeunes gens de son âge, cultivés, ironiques, talentueux et sûrs d’eux. Elle racontera leur histoire. 

* * *

Si vous cherchez l’action sans répit et la concision, Les Intéressants n’est pas l’idéal. On n’échappe pas à quelques longueurs avec un pavé de 700 pages, mais c’est le prix à payer pour un roman complet et ambitieux. Meg Wolitzer signe ici une grande fresque retraçant la vie d’un groupe d’amis de leur jeunesse à leur vie adulte.

Lire la suite

Dieu n’habite pas La Havane, Yasmina Khadra

couv5351684A l’heure ou le régime castriste s’essouffle, « Don Fuego » chante toujours dans les cabarets de La Havane. Jadis, sa voix magnifique électrisait les foules. Aujourd’hui, les temps ont changé et le roi de la rumba doit céder la place. Livré à lui-même, il rencontre Mayensi, une jeune fille « rousse et belle comme une flamme », dont il tombe éperdument amoureux. Mais le mystère qui entoure cette beauté fascinante menace leur improbable idylle.

* * *

Après un sentiment plutôt mitigé pour Ce que le jour doit à la nuit, j’avais bien envie de redonner une chance à Yasmina Khadra. L’auteur quitte ici le Moyen-Orient, cadre habituel de ses romans, pour Cuba. C’est d’ailleurs surtout ce cadre qui m’a donné envie de lire le roman car cette petite île pleine d’histoire et de couleurs m’intrigue.

Lire la suite