Le Petit bonheur hebdomadaire #5

le-petit-bonheur-hebdomadaire

Aujourd’hui on est vendredi, et qui dit vendredi dit petit bonheur hebdomadaire, le rendez-vous organisé par Pause Earl Grey !

Le principe : chacun partage chaque vendredi un petit bonheur qui lui est arrivé durant la semaine précédente. Le bonheur est avant tout un ensemble de petits moments et d e joies simples, et on le trouve facilement quand on le cherche !

Cette semaine, rien d’extraordinaire. Le week-end dernier, je suis allée dans le village lorrain où se situe la maison de campagne parentale, à la fois pour me rendre à une journée portes ouvertes dans la région et pour voir mon père que je n’avais pas vu depuis plusieurs mois. Même si j’ai beaucoup travaillé et que j’ai passé tout le dimanche après-midi dans le train pour retourner à Lyon, cela m’a fait du bien de simplement  changer de cadre et passer un moment en famille.

Autre chose qui n’est pas vraiment un petit bonheur : j’ai vu ou entendu plusieurs personnes parler de leurs problèmes de santé, et j’ai simplement pris conscience de la chance que j’avais d’être en bonne santé. C’est typiquement une chose que l’on considère comme acquise et que l’on apprécie qu’une fois qu’on la perd. Je crois qu’on devrait s’en réjouir plus souvent.

Je terminerai donc en vous souhaitant une bonne semaine et en ayant une pensée pour tous ceux qui font face à des petits soucis ou des maladies plus graves.

Publicités

Etta et Otto (et Russel et James), Emma Hooper

couv753426.pngDans sa ferme du fin fond du Saskatchewan, Etta, 82 ans, n’a jamais vu l’océan. Un matin, elle prend sa carabine et un peu de chocolat, enfile ses bottes et attaque les 3232 kilomètres qui la séparent de la mer. « Je vais essayer de ne pas oublier de revenir. » C’est le mot qu’elle laisse à Otto, son mari, sur la table de la cuisine. Otto a déjà vu l’océan, il l’a même traversé des années plus tôt, pour prendre part à une guerre lointaine. Il comprend la décision d’Etta. Mais maintenant qu’elle n’est plus là, il est assailli par les souvenirs. 

* * *

J’ai été très agréablement surprise par ce roman, emprunté un peu au hasard à la bibliothèque. J’ai été d’ailleurs étonnée des chroniques mitigées sur Livraddict… Je pense que là où j’ai été séduite par l’originalité du roman – à saluer car c’est rare de voire des livres qui sortent des sentiers battus – d’autres ont été dérangés par cet aspect.

Lire la suite

Le casse-tête des genres littéraires

Bonjour à tous !

On se retrouve aujourd’hui avec un article différent de d’habitude. En écrivant mon article sur mes genres littéraires préférés, j’ai été confrontée à quelques difficultés pour faire émerger des genres et classer les romans dans les catégories. Je me suis rendue compte que les définitions étaient assez floue pour moi et que j’hésitais souvent sur le genre d’appartenance. Je me suis donc attelée à une tâche que je prévoyais depuis plusieurs mois, et après des recherches, je suis en mesure de vous parler plus clairement des genres ambigus !

Autant préciser tout de suite : je n’ai pas fait d’études de lettres, je ne prétends pas être spécialiste. J’écris avant tout cet article pour tous ceux qui ont tendance, comme moi, à être perdu dans les classifications, et pour vous donner mon interprétation de certaines étiquettes littéraires.

Lire la suite

A la recherche… #9

A la recherche

∼ A la recherche….de romans sur le deuil ∼

Bonjour à tous !

Ce mois-ci, on se retrouve pour aborder un sujet plutôt morbide, je vous l’accorde. Sans que ce soit un fait-exprès de ma part, il se trouve que les circonstances s’y prêtent plutôt bien, puisque le mois de novembre réunit la Toussaint, les commémorations du 11 novembre et celles des attentats de 2015. Il n’est pas toujours très agréables de lire des romans traitant de sujets dramatiques et tristes tels que le deuil. Et pourtant, c’est une chose à laquelle nous sommes tous confrontés, et lire des témoignages ou des fictions dans des situations similaires peut aider à faire soi-même face à la perte d’un être cher. Au-delà de la mort, ces romans sont aussi l’occasion de célébrer l’amour, l’amitié et le goût de vivre retrouvé.

Lire la suite

Le Petit bonheur hebdomadaire #4

le-petit-bonheur-hebdomadaire

Aujourd’hui on est vendredi, et qui dit vendredi dit petit bonheur hebdomadaire, le rendez-vous organisé par Pause Earl Grey !

Le principe : chacun partage chaque vendredi un petit bonheur qui lui est arrivé durant la semaine précédente. Le bonheur est avant tout un ensemble de petits moments et de joies simples, et on le trouve facilement quand on le cherche !

Cette semaine, le petit bonheur ne sera pas très dur à trouver, puisque dimanche dernier je suis allée au concert de Bigflo & Oli au Transbordeur à Lyon (même Enjoyphoenix y était, c’est dire). Cela peut paraître bizarre à mon âge, mais c’était la première fois que j’assistais à un « vrai » concert – je veux dire un concert d’un groupe célèbre, avec une première partie, une mise en scène et une ambiance de folie. C’était franchement génial ! Au-delà de la musique en elle-même, Bigflo et Oli ont assuré le show sur scène, ils ont même entrecoupé leurs chansons d’un sketch et d’une battle, et le décor en jetait ! Le public était totalement fou et on sentait vraiment le partage du moment entre l’artiste et la foule. Je pense que le fait d’être dans une plus petite salle (comparé à un Bercy par exemple) joue pas mal sur cette proximité. Bref, je suis super contente d’avoir pu y aller (surtout que j’avais acheté les billets un peu sur un coup de tête en voyant qu’ils n’étaient pas très chers) et j’ai encore les yeux et les oreilles pleins de souvenirs.

[Comme les vidéos que j’ai prise ne sont pas d’une super qualité, je vous laisse avec un de leurs morceaux :]

 

N’hésitez pas à partager aussi vos petites joies hebdomadaires en commentaire !

∼ Belle semaine à tous ∼

Nora ou le paradis perdu, Cecilia Samartin

couv45593080Cuba, 1956. Nora et Alicia, deux cousines très proches et complices, vivent une enfance heureuse et insouciante. Mais la révolution éclate, et Fidel Castro accède au pouvoir. Un climat de peur, nourri par la répression, s’installe peu à peu. Nora émigre alors aux États-Unis, laissant Alicia derrière elle, qui s’apprête à vivre des heures sombres à La Havane. Tandis que Nora, bien nostalgique de son pays natal, s’accommode peu à peu de cet environnement nouveau, Alicia subit les coups durs, dans un Cuba où la situation se détériore. Grâce aux lettres qu’elles continuent d’échanger, Nora comprend que la vie d’Alicia est devenu un enfer. Elle décide alors de retourner à la Havane pour lui venir en aide. Mais ce qu’elle va découvrir à Cuba est bien loin de tout ce qu’elle pouvait imaginer.

* * *

Nora ou le paradis perdu mêle la petite histoire et la grande. A travers ses personnages, il nous emmène à Cuba et nous fait percevoir la vie sous le régime castriste.

Le roman s’ouvre sur l’enfance de Nora et Alicia à Cuba : les couleurs, la plage, la musique, la cuisine, la famille, les traditions, la religion. La parenthèse enchantée s’interrompt brutalement lorsqu’éclatent les troubles militaires et politiques. Nora quitte Cuba avec sa famille en 1962. A cette époque, elle ne sait pas encore qu’elle ne reviendra pas avant 1981. Elle ne verra pas non plus à quel point la situation se dégrade à Cuba et la lente plongée d’Alicia dans la misère et la souffrance. Jusqu’au moment où, des années plus tard, elle retournera dans un Cuba qu’elle ne reconnaît plus, pour venir en aide à sa cousine.

Lire la suite

Incontournable #8

mes-incontournables

Ce mois-ci, on reprend les bonnes habitudes avec le 8ème Incontournable ! Changement de registre puisqu’on va parler….théâtre ! Je sais que cette pièce a beaucoup été étudiée dans un cadre scolaire (c’est d’ailleurs comme ça que je l’ai découverte en 3ème), mais j’espère pouvoir vous transmettre les raisons qui font qu’elle m’a marquée, même dans l’hypothèse où vous en gardez un mauvais souvenir !

Lire la suite

Mes genres littéraires favoris

Bonjour à tous !

Le Top Ten Tuesday de la semaine dernière m’a donné l’idée de vous présenter mes genres littéraires favoris. Il ne devrait pas y avoir de surprise pour la plupart, puisque ce sont les plus présents sur le blog ! Cela reste quand même assez diversifié. Je vous ai mis à chaque fois comme exemple quelques-uns de mes livres préférés de chaque genre.

 

Le contemporain

On peut difficilement faire plus large que le genre contemporain. Il me semble qu’il renvoie à tous les romans réalistes de littérature adulte se déroulant à l’époque actuelle. En somme ceux qui n’appartiennent pas aux autres genres. Plus précisément, j’ai un faible pour les histoires de famille, les destins de femmes et ceux qui suivent leurs personnages sur le temps long.

Lire la suite

Le Petit bonheur hebdomadaire #3

le-petit-bonheur-hebdomadaire

Aujourd’hui on est vendredi, et qui dit vendredi dit petit bonheur hebdomadaire, le rendez-vous organisé par Pause Earl Grey !

Le principe : chacun partage chaque vendredi un petit bonheur qui lui est arrivé durant la semaine précédente. Le bonheur est avant tout un ensemble de petits moments et de joies simples, et on le trouve facilement quand on le cherche !

Mea culpa, j’ai totalement zappé le Petit bonheur de la semaine dernière ! A seulement la troisième fois, ça craint ! En fait j’avais oublié de le préparer et une fois que je m’en suis souvenu, je n’avais plus le temps. Mais qu’importe, je suis de retour cette semaine !

Lire la suite

L’Ombre du Vent, Carlos Ruiz Zafon

couv12393587Dans la Barcelone de l’après-guerre civile, « ville des prodiges » marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon, Daniel Sempere, dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L’enfant est convié par son père, modeste boutiquier de livres d’occasion, à « adopter » un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l’entraîner dans un labyrinthe d’aventures et de secrets « enterrés dans l’âme de la ville » : L’Ombre du vent.

* * *

Voilà longtemps que ce roman m’intriguait, depuis mon premier A la recherche sur les romans parlant de livres. Il faut croire que j’avais une bonne intuition, puisque L’Ombre du vent a été un véritable coup de cœur ! Je dois néanmoins vous mettre en garde contre le résumé qui peut induire en erreur. Je m’attendais, à la lecture de celui-ci, à quelque chose de fantastique, à ce que le livre trouvé ait un pouvoir, soit lié à un univers parallèle ou bien à une tradition de gardien de livres transmise de génération en génération. Or, le Cimetière des livres oubliés n’est pas du tout au cœur du roman. Il sert juste de prétexte à la découverte de l’Ombre du vent, un roman mystérieux, oublié, dont c’est la dernière édition existante. A partir de là, Daniel va développer une véritable fascination pour la vie de l’auteur, Julian Carax, et tenter de résoudre le mystère qui l’entoure. Cela va le mener loin dans des histoires de familles, des drames, des amitiés d’enfance et de sombres intrigues.

Lire la suite