A la recherche… #15

A la recherche

∼ A la recherche…de romans LGBT ∼

 

Je reviens beaucoup plus tard que prévu pour un nouveau numéro de A la recherche. Pour rappel, dans ce rendez-vous, je vous présente des romans sur un thème : une manière de vous conseiller une lecture et de vous faciliter le travail si vous chercher un livre sur un sujet précis !

Aujourd’hui, j’ai donc décidé de consacrer la recherche aux romans LGBT (lesbian –  gay – bisexual – transsexual), c’est-à-dire des romans dont un ou plusieurs personnages est homosexuel/bisexuel/transsexuel. J’ai essayé de choisir des romans qui ne traitent pas ce fait juste de manière anecdotique, comme une caractéristique du personnage (de la même manière que le personnage pourrait être roux, Noir ou sportif). Je trouvais plus intéressant de vous proposer des romans dans lequel le fait LGBT avait un impact sur l’intrigue, voire était le sujet central. C’est d’autant plus important que ces livres sont souvent engagés, notamment pour plus de diversité et moins de discrimination. Au-delà de l’histoire, ils permettent de sensibiliser, mais aussi d’apporter un soutien aux personnes LGBT. Malheureusement, force est de constater que l’homosexualité/bisexualité/transsexualité n’est pas encore acceptée dans notre société, et de ce fait en parler est rarement neutre. Ecrire sur l’homosexualité, mettre en scène des personnages LGBT, c’est leur donner une visibilité et permettre aux lecteurs LGBT de se retrouver en eux.

Les personnages LGBT sont encore assez rares en littérature, même si j’ai l’impression que c’est en train de changer. Je n’ai moi-même lu qu’une petite partie des titres qui vont suivre. Je serais donc heureuse de vous permettre de trouver plus facilement des romans sur le sujet !

Je commence avec Boy erased, un titre que j’avais repéré et qui a récemment été adapté au cinéma. C’est l’histoire de Garrard, 19 ans, dont les parents, chrétiens ultra-conservateurs, le forcent à aller dans un centre de conversion pour le « guérir » lorsqu’ils apprennent son homosexualité.

On a beaucoup entendu parler de Pour en finir avec Eddy Bellegueule, le récit autobiographique de l’auteur. Il raconte son enfance dans une famille où son homosexualité était source de honte et son insurrection contre ce monde-là.

Les fureurs invisibles du cœur est l’histoire d’une quête d’identité. Fils adoptif d’un couple dublinois aisé et excentrique, Cyril dérive dans la vie, cherchant qui il est et d’où il vient.

Le film adapté de Call me by your name a eu un franc succès. Il raconte le jeu de séduction, dans la maison familiale en Italie, entre Oliver, jeune esthète enseignant la philosophie, désinvolte et charmeur, et Elio, adolescent discret et cultivé.

Mémoires d’elles nous ramène dans les années 1960. Billie et Eva élèvent leurs enfants dans un quartier résidentiel du Massachussetts. Malmenées par leur maris, elles se rapprochent, jusqu’à ce que l’amitié devienne de l’amour, malgré l’impossibilité de vivre une relation condamnée par la société.

Comme l’indique le titre, Will & Will est l’histoire de deux Will, qui ne se connaissent pas. Le premier Will évite de se lancer dans des relations, de peur d’être déçu ou blessé. Le second a du mal à assumer sa différence et tombe amoureux d’un garçon avec qui il échange sur un chat.

Dans un genre très similaire, Moi, Simon raconte la façon dont un adolescent va gérer lorsque son homosexualité est mise à jour contre son gré, après le dévoilement de messages échangés sur un forum.

L’auteure a récidivé sur le thème LGBT avec Mes hauts, mes bas. Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est qu’il traite le sujet de l’homosexualité de façon légère et le mêle à une intrigue classique autour des crush adolescents. J’ai aussi apprécié qu’il mette en scène un couple homoparental sans en faire toute une histoire, comme n’importe quelle famille normale.

J’ai totalement craqué sur la couverture de J’ai avalé un arc en ciel, qui a l’air d’aborder la question de l’homosexualité féminine de manière hyper positive et rafraichissante. Capucine, 17 ans, Française vivant aux Etats-Unis, raconte le bouleversement de sa vie quand elle découvre son homosexualité.

Dans Autoboyographie, Tanner Scott répond au défi de sa meilleure amie et s’inscrit au Séminaire de Provo High, un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Et peut-être tomber amoureux…

Je ne me suis pas encore décidée à lire Et ils meurent tous les deux à la fin, malgré les bonnes critiques, par peur d’être déprimée par la fin. Dans un monde où on vous prévient le jour de votre mort, Mateo et Rufus, de parfaits inconnus à la recherche d’un ami, passent leur dernière journée ensemble, avec l’objectif de vivre une grande aventure.

« Dysfonctionnelle », pour famille dysfonctionnelle : famille nombreuse, avec un père en prison, une mère à l’asile. Parmi eux, Fidèle, dotée d’une intelligence précoce, peine à s’intégrer dans son lycée…jusqu’à ce qu’une rencontre bouleverse sa vie.

Je reviens pas sur Le soleil est pour toi, dont je vous ai beaucoup parlé et que je ne voudrais surtout pas spoiler. Sachez juste que la quête d’identité d’un personnage va toucher notamment la question de sa sexualité.

Pareil pour Aristote et Dante. Pour le coup, l’homosexualité ne m’a pas semblé le sujet essentiel du roman, qui reste pour moi une histoire d’amitié avant tout. Mais cela fait partie des questions qu’un adolescent peut se poser à une période où il se construit, et de ce point de vue là c’est important que la littérature ado s’en fasse écho.

Pour que tu sois mienne part d’une aberration dans la législation iranienne : si l’homosexualité est interdite, le changement de sexe est autorisé selon une logique assez perverse qui voudrait transformer une femme en homme pour que sa relation avec une autre femme ne soit plus « choquante ». Sahar sera–t-elle prête à devenir un homme pour pouvoir vivre son histoire d’amour avec son amie d’enfance ?

Ma vie de bacha posh raconte un phénomène réel en Afganistan : le fait de faire passer les petites filles pour des garçons. Pour Obayda, devenir bacha posh va lui ouvrir les portes de la liberté.

Carol est l’histoire de la rencontre entre Thérèse, employée dans un magasin, et Carol, une femme mariée en instance de divorce. Elles découvrent leurs sentiments réciproques, mais Carol craint que son mari se serve de leur relation pour lui retirer la garde de leur enfant.

Les dieux du tango se déroule en Argentine en 1913. Leda, 17 ans, arrivée d’Italie pour rejoindre son cousin Dante qu’elle vient d’épouser, se retrouve brutalement veuve. Pour gagner sa liberté de femme et d’artiste et découvrir le monde du tango qui l’envoûte, elle revêt le costume de son mari et s’immerge dans le monde de la nuit.

Point  cardinal, c’est l’histoire d’un homme qui découvre sur le tard qu’il aime se travestir. Sa femme va tenter de convaincre ceux qui l’aiment de l’accepter.

Je voulais terminer par trois romans atypiques, parce qu’ils abordent la question de l’identité de genre et la transsexualité chez les jeunes, ce qui était, je pense, encore très tabou il n’y a pas si longtemps.

Opération pantalon, c’est la campagne que mène Liv Spark, 11 ans, pour que les filles aident le droit de porter un pantalon. Garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit, il n’a aucune envie de se plier à la stricte politique de son école concernant l’uniforme : pantalon ou jupe, les filles devraient pouvoir choisir !

Georgea le sentiment d’être une fille. Alors quand sa maitresse propose de jouer une pièce de théâtre à l’école, il veut plus que tout interpréter le personnage de Charlotte, pour qu’enfin les gens comprennent qui il/elle est.

Enfin, La Face cachée de Luna a cela d’original qu’il est écrit du point de vue de la sœur du protagoniste. Elle-même partagée face à la métamorphose de son frère, Regan assiste à la souffrance et aux questionnements de Liam, doté d’un corps de garçon alors qu’il se sent fille.

J’espère vous avoir donné des pistes pour apporter plus de diversité dans vos lectures et donner de la visibilité aux personnes LGBT ! Comme d’habitude, je serais heureuse d’avoir votre avis sur certains titres en commentaires si vous en avez lu quelques-uns !

 

4 réflexions sur “A la recherche… #15

  1. Je confirme, on n’a pas ncore tellement de romans LGBT, mais ça progresse de plus en plus et beaucoup de variété et livres sur le sujet commencent à paraître, surtout en jeunes adultes ! Personnellement, c’est une thématique à laquelle je suis sensible et je commence à avoir lu pas mal de romans dans ce domaine, ça me fait donc plaisir de voir que tu t’y intéresses ! Petit conseil : « transsexuel » est devenu un peu péjoratif, on préfère le terme « transgenre » maintenant, transsexuel renvoie au côté historique/clinique, où c’était considéré comme une maladie.

    Concerant les romans que tu as choisi, c’est une très belle sélection, et variée ! J’ai un bon souvenir de lecture d’En finir avec Eddy Bellegueule, le bouquin est une petite claque sociologique de toute façon ! Boy erased, je suis très mitigée, car s’il a le mérité d’être engagé et de témoigner de l’horreur des thérapies de conversion (et c’est nécessaire !), je l’ai trouvé très froid et distant, impossible de m’attacher au narrateur. Instructif et intéressant pour ce sujet, ainsi que voir la difficulté de déconstruire une éducation intégriste qui force l’auteur à se voir comme un monstre, mais je l’ai trouvé plutôt distant niveau récit, narration.

    Pour J’ai avalé un arc-en-ciel, j’admets ne pas avoir du tout aimé la façon dont est écrit le roman (la narratrice a l’air d’avoir 12 ans alors qu’elle en a 18 je crois), il y a vraiment des maladresses dans la façon dont c’est écrit, même s’il pourrait y avoir pire. Pour moi, il ne traite pas bien le sujet de l’homosexualité féminine, même si ça reste mon avis personnel.

    J’ai très hâte de découvrir Et ils meurent tous deux à la fin, ainsi que Le soleil est pour toi. Je n’en ai entendu que des bons échos et leur histoire est intrigue. Dysfonctionnelle est excellent à tous points de vue : humour, narration, personnages principaux comme secondaires, l’héroïne et son homosexualité sont décrites et vécues avec brio, les relations avec sa famille déjantée aussi. Ce bouquin est un énorme coup de coeur pour moi, on n’a pas envie qu’il s’arrête !! et il fait passer par mal d’émotions. Effectivement, pour Aristote et Dante, l’homosexualité est seulement suggérée, implicite, restant à l’état de questionnement. Mais c’est si bien fait, avec le portrait de ces deux garçons si différents, cela a été une superbe lecture aussi. Superbe !

    Pour que tu sois mienne m’intrigue, et me pose problème en même temps. (je ne l’ai pas lu, je n’ose pas franchir le pas) J’ai conscience que cela part d’une aberration dans la législaton iranienne, mais ça me pose vraiment problème que Sahar puisse devenir un homme pour vivre son histoire d’amour : cela sous-entend que son amante « change » donc d’orientation sexuelle, et que Sahar accepte de s’identifier à un genre qui n’est a priori pas le sien, où elle serait très mal à l’aise…c’est un prix à payer lourd, et moralement, ça me pose question, quand les histoires de transidentité appuient sur le fait que les trans ne supportent pas le genre assigné à la naissance et donneraient tout pour être de l’autre. (après, évidemment, il y a un grand spectre sur les degrés d’identification de genre).

    Carol est très agréable à lire, j’en ai de bons souvenirs aussi. L’autrice a vraiment une belle plume et certains passages sont très beaux. (et le film est très bien aussi !) Quant à Point Cardinal, je l’ai beaucoup aimé et je le trouve juste et pertinent dans son récit de femme transgenre, sans compter une très belle plume aussi. Normal(e) est aussi un très bon roman sur l’identité de genre, que je recommande, ainsi que Celle dont j’ai toujours rêvé (plus axé sur la post-transition d’une femme trans). Et La Face cachée de Luna est sympa aussi, même s’il m’a moins emballée que d’autres !

    Désolée pour le pavé ! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Avec beaucoup de retard : Merci beaucoup pour ton retour sur tous ces romans (tu en as lu un paquet !) ! ça me donne une bonne idée de ce à quoi m’attendre pour ceux que je n’ai pas lu ! Sur Pour que tu sois mienne, je suis d’accord avec toi, ça m’a mis aussi mal à l’aise qu’elle fasse ce « sacrifice », un geste qui touche à son intégrité physique, par amour.

      Aimé par 1 personne

  2. Eh ben… je n’en ai pas lu beaucoup ! Dysfonctionnelle que j’adore, Aristote et Dante, En finir avec Eddy Bellegueule… et c’est tout !
    Mais j’ai vu les films de Call me by your name (je veux lire le livre !), Carol (et j’ignorais qu’il y avait un livre à la base).
    Sinon, il y a aussi Homo Sapienne qui présente plein de personnages LGBT (les quatre lettres sont représentées !).

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s