Ces romans que j’ai abandonnés

Bonjour à tous !

Je vous retrouve pour  vous parler des livres dont justement on ne parle jamais : ceux qu’on a laissé tomber en cours de route. Alors, oui, souvent, on se dit que l’on n’est pas légitime à en faire une chronique puisqu’on ne leur a pas laissé leur chance et qu’on n’en a pas une vision globale. Et pourtant, évoquer les livres qui nous ont déplus – et à tel point qu’on arrête notre lecture – peut toujours aider les autres à se faire un avis.

Disclaimer : Bien sûr, je ne dis pas que ces romans sont foncièrement mauvais, ni que vous ne devez pas les lire ou que vous ne pourrez pas les adorer. Ce sont des romans auxquels j’ai trouvé des défauts ou qui, simplement, n’étaient pas faits pour moi.

  •  La balade des pas perdus, Brooke Davis

couv36963846.png

Si vous vous lancez dans La balade des pas perdus, préparez-vous à un ovni. Un humour particulier – parfois noir -, un personnage jeunesse obsédé par la mort, un trio loufoque avec un veuf et une vieille dame… L’atypisme peut plaire dans certains cas, ici ça n’a pas marché pour moi.

  • Les mandarins, Simone de Beauvoir

couv54442240.gif.jpg

Les Mandarins ont été mon premier Simone de Beauvoir, et malheureusement l’histoire ne m’a pas suffisamment intéressée, malgré tout le bien que j’en avais entendu. Il a un côté très intellectuel, très cercle parisien, qui m’a déplu. Simone de Beauvoir y fait un portrait de la France incertaine au sortir de la seconde guerre mondiale et nous abreuve des préoccupations des intellectuels, de la description de leurs pensées tourmentées et des problématiques de divisions de la gauche.

  • Une bobine de fil bleue, Anne Tyler

couv73993047

Pour Une bobine de fil bleue, je n’ai pas de réelle explication objective. Je n’ai simplement pas accroché plus que ça à l’ambiance générale du roman et aux personnages.

  • La veuve des Van Gogh, Camilo Sanchez

couv36417938

Je suis la première désolée de ne pas avoir apprécié ce roman, parce que j’adore Van Gogh. Bien qu’il soit très court, la construction du roman m’a gênée. L’ensemble est assez décousu, l’auteur est entre deux genres (documentaire et fiction)… Je n’ai pas été assez enthousiasmée pour poursuivre, mais je lui redonnerai sans doute sa chance.

  • Les déferlantes, Claudie Gallay

couv49704867

Avec celui-ci, j’ai compris tout de suite que je n’accrocherai pas au style de l’auteur. Le récit est très lent, si ce n’est contemplatif, l’écriture est particulière… Je ne m’attachais pas aux personnages et leurs recherches me laissaient plutôt indifférentes…. En bref, je ne m’intéressais pas suffisamment à l’histoire pour continuer !

  • La septième fonction du langage, Laurent Binet

9782246776017-001-x

L’abandon du roman de Laurent Binet vient sans doute d’une mauvaise perception de ma part de l’histoire que je m’apprêtais à lire. Pour apprécier ce roman policier dans le milieu intellectuel français des années 70, il faut s’intéresser au sujet et au contexte abordés, ce qui n’était pas mon cas. Le roman est bourré de références à la linguistique, avec des théories difficilement compréhensibles pour un novice. L’intrigue part dans tous les sens, le roman joue trop sur ses scènes de sexe sordides et l’allusion à des personnages célèbres ne me parlait pas (problème de génération).

  • Léon Morin, prêtre, Béatrix Beck

couv26758932

Je vous en parlais récemment, ma lecture de Léon Morin a été laborieuse. A-t-il mal vieilli ? En tout cas, le roman est trop religieux, et on ne peut pas parler d’intrigue à proprement dit. Je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir. Ajoutez à cela une écriture froide et des personnages peu attachants, et vous aurez du mal à vous intéressez à l’histoire….

  • Belle du seigneur, Albert Cohen

484_1737851

Je ne m’étalerai pas sur ce titre parce que je vous en ai parlé maintes fois. Mes excuses à ceux qui le considèrent comme un chef d’œuvre, mais je l’ai trouvé abject. Absolument tout m’a déplu. D’abord le style de l’auteur, particulièrement lourd, avec des phrases interminables. Ensuite le volume : un pavé avec des longueurs, des monologues incompréhensibles. Et puis le contenu : trop de passages sur la diplomatie, et surtout une vision de l’amour que je trouve erronée et inquiétante.

  • Le vagabond des étoiles, Jack London

le_vagabond_des_etoiles

Avec un copain fan de Jack London, j’étais forcée de découvrir sa bibliographie, dont Le vagabond des étoiles. Je ne m’attendais pas du tout à  un roman aussi curieux ! Assez mystique, il nous met dans la peau d’un condamné à mort qui, bien que bloqué dans sa camisole de force, fait voyager son âme dans des vies antérieures. Assez particulier !

  • L’invention de nos vies, Karine Tuil

couv12142316.jpg

Pour le coup, c’est vraiment le style de l’auteur qui ne m’a pas convenu. Je n’y arrivais pas, tout simplement.

  • Tout est sous contrôle, Hugh Laurie

9782355840272

Là encore, j’adore Hugh Laurie à l’écran. Mais si son humour caustique fonctionne en Docteur House, sur le papier ce roman policier comique ne m’a pas séduite. Le style de l’auteur et son humour n’étaient pas faits pour moi.

  • La déclaration, Gemma Malley

51u6j7981l-_sx347_bo1204203200_

Je pense que j’avais dépassé l’âge pour ce romance jeunesse de science-fiction. La thématique (réflexion sur l’immortalité et la vieillesse dans une société où les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s’ils renoncent à avoir des enfants) pouvait être intéressante mais ne m’a pas suffisamment donné envie de lire la suite.

  • Dalva, Jim Harrison

couv9001168

Déception pour Dalva, longtemps dans ma Wish-List : je n’ai pas du tout accroché à la plume de Jim Harrison, à l’atmosphère et aux éléments historiques introduits. J’ai eu du mal à suivre le fil et à m’attacher au destin des personnages.

N’hésitez pas à me dire si vous avez lu ces livres, que vous les ayez aimé ou pas ! Cela vous arrive d’abandonner un roman en cours de lecture ?

 

Publicités

14 réflexions sur “Ces romans que j’ai abandonnés

    • J’ai aussi beaucoup aimé Martin Eden, comme quoi ce n’est pas forcément l’auteur 😉 pour Claudie Gallay c’est bien la preuve que tous les goûts sont dans la nature ! J’essaierai peut être une autre de ses œuvres pour lui redonner une chance !

      J'aime

  1. Si j’en connais quelques-uns de noms, il n’y a que Belle du Seigneur que j’ai lu. Et j’ai failli plus ou moins l’abandonner. Il est resté des mois sur ma table de nuit sans que je n’y touche jusqu’au jour où ça m’a pris et où je l’ai fini d’une traite. Ça a été une lecture partagée. J’ai beaucoup aimé l’écriture (même si c’est entre autres elle qui m’a fait le laisser tomber pendant si longtemps), j’ai détesté Solal et Ariane ainsi que la misogynie qui imprègne le roman.

    Aimé par 1 personne

      • Je ne sais pas, je ne suis pas aussi catégorique. Pour certains livres, effectivement, ce n’est pas pour moi et je n’y reviendrai pas (coucou Flaubert !), mais pour d’autres, ce n’est juste pas le moment. J’ai eu du mal pour Belle du Seigneur, mais j’ai fini par le dévorer. J’ai un autre livre un peu dans le même, Suttree de Cormac McCarthy. J’adore cet auteur, j’ai quasiment tout lu de lui, sauf son premier roman et Suttree justement, donc je n’abandonne pas l’idée de le lire un jour. Même si ça fait trois fois qu’il me tombe des mains !

        Aimé par 1 personne

  2. ça m’arrive parfois (rarement) d’en abandonner et je culpabilise toujours (surtout si ce sont des cadeaux et que des amis me les ont recommandés comme des chefs-d’oeuvre), alors je les garde pendant des années en me disant que je les rouvrirai un jour … Mais finalement il y a trop de bons livres et trop peu de temps pour les lire, pas la peine de s’embarrasser avec ceux qui ne nous séduisent pas !

    Aimé par 1 personne

  3. Merci pour cet article qui permet de relativiser: ce n’est pas grave d’abandonner un roman en cours de route, c’est juste qu’il ne nous correspond pas! C’est d’ailleurs un sujet sur lequel j’ai bien envie d’écrire tant il fait polémique… Pour ma part, LE roman que j’ai arrêté en cours de route est La ballade de l’impossible de Haruki Murakami. A 50 pages de la fin, impossible de me forcer plus longtemps!

    Aimé par 1 personne

    • Je suis d’accord avec toi ! A une période j’avais vraiment du mal à abandonner un livre, et finalement je me suis rendu compte qu’il fallait dedramatiser ! Et souvent quand on persévère on se rend compte qu’aller jusqu’au bout de la lecture ne change rien à notre opinion

      Aimé par 1 personne

  4. Autant le Vagabond des étoiles m’intrigue (je me suis dit que je devais relire Jack London ces temps-ci), autant je comprends pour Belle du Seigneur et Léon Morin. Pour Léon Morin, j’ai aussi failli l’abandonner, j’ai persisté jusqu’au bout, mais rien d’intéressant. Pour Belle du seigneur, j’avais du mal à rentrer dedans, puis tout est allé tout seul. Ça n’empêche pas qu’il y avait des longueurs, de la misogynie, et que je détestais Ariane avec ses monologues absurdes dans la baignoire. Quelle cruche.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s