Ces romans dont on ne parle pas assez #1

Bonjour à tous !

Après vous avoir parlé des romans que je trouvais surcotés, il est temps d’inverser la perspective et de mettre sur le devant de la scène des romans qui, au contraire, ne font pas assez parler d’eux. Je reprends l’idée de cet article à Idées à lire, merci à elle pour l’inspiration !

Avez-vous déjà ressenti ce sentiment de frustration face à des romans que vous avez adoré et qui n’ont pas connu le succès qu’ils méritent ? Cette envie de crier à tout le monde de les lire ? Voilà à quoi sert cet article : réparez les injustices ! La blogo a tendance à renforcer les inégalités de visibilité entre les romans. On voit des effets de mode, avec certains titres qui sont partout, et une tendance à privilégier les nouveautés. Dans cette série d’articles, j’espère vous donner envie de découvrir des titres qui sont passés plus incognito sur les étals des librairies.

couv5294826[chronique]

Ce que j’adore avec ce roman, c’est que ni le titre ni la couverture ne laissent présager son contenu. Un roman plein d’humour et de fraicheur sur deux sœurs septuagénaires qui se lancent dans un projet totalement loufoque.

couv26053582[chronique]

Premier roman de Brit Bennett, Le cœur battant de nos mères faisait partie de la rentrée littéraire 2017. Un roman sur l’avortement, la pression des communautés religieuses, le conservatisme américain, mais aussi sur les regrets et les choix qui affectent toute une vie.

 

[chronique 1] / [chronique 2]

Vous devez commencer à le savoir, Jodi Picoult est une de mes auteurs préférées. Je ne peux que vous dire de courir découvrir ses romans ! A l’intérieur raconte l’histoire d’un adolescent atteint du syndrome d’Asperger accusé de meurtre. La tristesse des éléphants nous emmène aux côtés de Jenna sur les traces de sa mère disparue lorsqu’elle n’avait que 3 ans (spoiler alert : il y a des éléphants aussi).

ppm_medias__image__2016__9782226328755-x[chronique]

Autre roman de la rentrée littéraire 2017, cette fois sur un de mes peintres favoris, Van Gogh. Jean-Michel Guenassia relate le séjour du peintre à Auvers-sur-Oise à travers le point de vue de Marguerite Gachet (la fille du Docteur Gachet chez qui Vincent est en pension).

couv18545368.png[chronique]

La voix des vagues nous emmène du côté du Japon, avec Amaterasu, une vieille dame qui a quitté son pays pour les Etats-Unis après avoir perdu sa fille Yuko et son petit fils Hideo dans le bombardement nucléaire de Nagasaki le 9 août 1945. Lorsque des années plus tard, un jeune homme défiguré réapparait en prétendant être Hideo, le doute s’installe et les souvenirs reviennent. Un coup de cœur entre le témoignage historique, les histoires de famille et la découverte des codes de la société japonaise.

couv52333992[chronique]

Dirigeons nous du côté de la littérature jeunesse avec Pax et le petit soldat, un roman original plein de poésie, où l’amitié entre un garçon et un renard sert un message écologiste et antimilitariste.

 

couv57671297

On continue dans l’excentrique, avec La bibliothèque des citrons, aux côtés d’une petite fille de 10 ans obligée de prendre un rôle d’adulte quand son père perd pied après la mort de sa mère. Un roman sur le deuil, la dépression et les familles atypiques – thèmes rarement abordés en littérature jeunesse et qui m’ont touchée.

couv753426.png[chronique]

Dans une atmosphère mélancolique, on rejoint Etta et Otto, un couple octogénaire du Saskatchewan. Le roman évoque l’amour dans l’âge mur, le rapport à la nature, mais aussi la guerre à travers les souvenirs des personnages.

couv74992555[chronique]

Une pépite jeunesse de plus que j’ai envie de mettre dans toutes les mains ! Allez faire la connaissance de Noah et Jude, deux jumeaux à la fois fusionnels et en conflit, marqués par un drame familial, et pour qui l’art tient une place centrale dans la vie.

 

couv73311731[chronique]

Toute la beauté du monde n’a pas disparu nous offre une plongée en pleine nature avec Ingrid, une adolescente qui a été inscrite à un camp de nature plutôt extrême pour l’été. Un roman sur les relations mère-fille mais aussi sur la découverte de soi et la reconstruction.

couv18907196

[chronique]

A travers le portrait de trois femmes, Le chagrin des vivants traite de la difficile reconstruction individuelle et collective d’un peuple et d’un pays au sortir de la 1ère guerre mondiale. Un roman fort qui resitue parfaitement cette époque particulière de deuil et de nécessité d’aller de l’avant.

Ces romans ont quasiment tous été des coups de cœur, alors n’attendez plus, foncez les découvrir !
Et vous, quels romans trop peu connus aimeriez-vous faire connaitre ? 

Publicités

8 réflexions sur “Ces romans dont on ne parle pas assez #1

  1. Le cœur battant de nos mères me donne très envie, je n’en avais malheureusement jamais entendu parler! As-tu lu les autres romans de Jean-Michel Guenassia? Mis à part le dernier que je n’ai pas encore lu, ils sont tous excellents (celui que j’ai le moins aimé serait peut-être Trompe-la-mort)…

    Aimé par 2 personnes

      • J’avais énormément aimé Le Club des incorrigibles optimistes mais il n’a malheureusement pas beaucoup plu autour de moi… Je t’encourage en tout cas à lire La vie rêvée d’Ernesto G si tu en as l’occasion, c’est un récit très vivant qui fait voyager!

        Aimé par 2 personnes

  2. Haaan j’adore cette idée !
    J’aime toujours découvrir les lectures que les blogueurs ont adoré, et il y en a plein dont tu parles que je connaissais pas et je suis raviiie ! Ma wishlist s’agrandit, mais j’adore ça =D

    Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s