Mon Top BD 2017 [one-shots et romans graphiques]

Bonjour à tous !

Après vous avoir parlé de mes romans et de mes films favoris de 2017, je souhaite vous présenter aujourd’hui une sélection BD. Une de mes résolutions de l’année passée était de m’intéresser plus à ce genre, et j’ai pu, surtout grâce aux collections des bibliothèques, en découvrir pas mal. Je n’en parle habituellement pas sur le blog, faute de matière pour chacune d’entre elles. Le bilan de l’année est donc l’occasion rêvée pour revenir sur ces lectures !

 

Couv_285080

Monsieur désire ?

Dans l’Angleterre victorienne, Lisbeth, une domestique plutôt discrète, vient d’entrer au service d’Édouard, un noble irritant de suffisance, provocateur et blasé. Habitué à choquer son entourage par le récit de ses frasques, ce jeune dandy découvre en sa nouvelle servante quelqu’un de moins docile et impressionnable qu’il ne le croyait. Face à ses piques, celle-ci reste imperturbable, ne répondant que par un regard empreint de compassion sincère. Entre les deux, malgré leurs disparités sociales, une étrange complicité va naître au gré de joutes verbales plus ou moins intenses. De servante, Lisbeth va devenir confidente, en dépit des règles régissant la maisonnée, provoquant quelques jalousies chez les autres domestiques…

Une BD qui plaira aux amateurs de littérature anglaise du XIXème siècle. L’histoire d’un duo improbable, une domestique timide et un riche libertin qui se fait un plaisir de choquer son monde. Pourtant, sous le vernis se cache une autre sensibilité.

 

Carnets de thèse

Couv_241631Quand une jeune enseignante quitte son collège de ZEP pour se lancer, euphorique, dans une thèse, elle n’imagine pas le chemin de croix sur lequel elle s’engage. Autour de Jeanne défile l’univers des thésards : le directeur de recherche charismatique, expert dans l’art d’esquiver les doctorants qui attendent fébrilement la lecture de leurs pavés ; la secrétaire usant de toute l’étendue de son pouvoir d’inertie dans le traitement des dossiers dont on l’accable ; les colloques soporifiques où sont livrés en pâture les aspirants chercheurs ; les amphis bondés de première année devant lesquels ils s’aguerrissent en étrennant des cours laborieux payés au semestre et dont ils recueillent les fruits dans des copies désarmantes de candeur ; la jungle de la compétition académique et le dénuement d’une université malmenée ; la famille et les amis qui n’y comprennent rien ; l’infortuné compagnon endurant par procuration le calvaire de cette thèse qui n’en finit pas.

Un témoignage éclairant sur le terrible milieu universitaire : la concurrence cruelle du monde académique, le directeur de thèse absent qui n’en a rien à faire de ses étudiants, la longueur des études payée une misère pour une reconnaissance sociale plus que faible…  Je l’avais acheté à mon copain qui se destine à la recherche en histoire, et je souhaite bonne chance à tous ceux qui se lancent dans un doctorat !

 

Couv_278348Sex story

Tout ce que les livres d’Histoire n’osent pas raconter. Sex story dévoile la grande histoire du sexe et de l’amour. Quand le premier couple est-il apparu?? D ‘où nous vient la pudeur ?? L’érotisme ?? Et l’amour, cette grande affaire des humains ?? Avez-vous déjà entendu parler des grandes fêtes sexuelles de l’Antiquité ?? De l’importance du microscope dans la répression de la masturbation ?? Vous séchez ?? Pas d’inquiétude ?!

Un livre sur le sexe tout sauf érotique : le paradoxe de cette BD me plait. Les auteurs retracent l’évolution des mœurs sexuelles avec pas mal d’humour. Outre l’intérêt historique, c’est intéressant de voir ce qui était socialement accepté ou non aux différentes époques

 

Couv_198144Forever bitch, de Diglee

Louise, bientôt la trentaine, en couple, partage ses drames émotionnels avec son BGF (Best Gay Friend) et ses deux meilleures potesses aux caractères diamétralement opposés : Maud, Mère Teresa du plan cul depuis sa rupture avec l’ex-potentiel-homme-de-sa-vie, et Audrey, maquée avec son prince charmant… au grand dam de Maud, viscéralement mais secrètement jalouse de tant de niaiserie doucereuse.

On passe à un registre plus léger avec une des incontournables de la BD féminine, Diglee Dans Forever Bitch, elle raconte des morceaux de sa vie de trentenaire, parfois futiles, souvent faits de conversations entre copines et d’histoires de mecs. Beaucoup d’humour, d’autodérision et un bon portrait des jeunes adules !

 

MaVieEstToutAFaitFascinante_03022008_001000Ma vie est tout à fait fascinante

Pénélope Bagieu est une jeune illustratrice parisienne. Elle vit dans le plus petit appartement du monde, sous les toits, en compagnie de son chat rose, de sa collection de chaussures et de ses tracas quotidiens : sa réticence à faire du sport, sa mère envahissante, son chéri qui ne l’écoute pas… Heureusement pour elle, il reste ses copines langues de vipère, les soldes, les séries télé, la presse people et les macarons ! 

Dans le même style, Ma vie est tout à fait fascinante reprend les scénettes publiées par Pénélope Bagieu sur son blog. Elle retrace, dans des croquis drôles et justes, un quotidien dans lequel on se retrouve.

 

Couv_268484Love story à l’iranienne

Les jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ? Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ? Comment flirter ? Comment choisir sa femme ou son mari ? Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social. Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

Autre registre, plus sérieux. Les auteurs sont allés à la rencontre de jeunes Iraniens qui nous racontent comment, sous un régime religieux qui contrôle étroitement les comportement et les fréquentations hommes-femmes, ils tentent d’avoir une vie amoureuse. On en apprend beaucoup sur ce pays et sur des pratiques que, personnellement, je ne pensais pas encore possibles au XXIème siècle. On prend conscience de la chance de pouvoir fréquenter des personnes librement, de s’aimer et de choisir son compagnon ou sa compagne.

Couv_218658Tourne disque

Je m’appelle Eugène Ysaÿe. Je suis violoniste. Le Gouverneur m’avait invité au Congo pour donner un concert. Je comptais passer ensuite trois semaines chez mon neveu au bord du magnifique lac Maï Ndombé. C’est ainsi que je fis sa rencontre.
Ne me demandez pas son nom: tout le monde ici l’appelle « Tourne-Disques ». Il pourrait être mon fils… s’il n’était plus noir qu’un café serré. La musique permet des rencontres étonnantes. Celle-là devait me marquer pour toujours. Après tout, je n’avais que 70 ans et encore tant de choses à apprendre!

J’ai mentionné ici Tourne-Disque, mais j’englobe la trilogie africaine de Zidrou, un auteur que j’apprécie particulièrement. L’histoire nous transporte dans l’Afrique coloniale, où un mélomane en voyage chez le gouverneur local trouve en un domestique un compagnon de musique.

 

Couv_158031Kililana song

Dans l’archipel de Lamu, au large du Kenya, Naim, un orphelin de 11 ans habite chez sa tante Maïmounia, qu’il adore. Refusant d’aller à l’école coranique car peu enclin à la discipline, il préfère l’école buissonnière, et malgré son frère Hassan qui le course régulièrement, il passe son temps à flâner, déambuler et traîner dans les faubourgs de la ville, vivant de petites magouilles. D’un naturel curieux, ouvert à la vie et aux autres, chaque moment de ses journées, chaque rencontres qu’il fait, lui donnent matière à réfléchir avec le bon sens qui le caractérise. Il croise ainsi Günter, un capitaine de marine hollandais, échoué sur ces côtes pour cause de trafic illicite de hash, qui se doit de trouver dare-dare 70 000 dollars afin de récupérer et son navire et ses papiers.

Cette BD, en deux tomes, m’a surtout séduite par ses dessins – des aquarelles magnifiques. Elle nous fait voyager en Afrique et nous place au cœur des traditions, des enjeux de pouvoir et des trafics, à travers les yeux d’un enfant kenyan. L’histoire fera se croiser Naïm, un jeune garçon malicieux, un vieux sage, et un capitaine, trafiquant notoire

 

pilulesbleuescoPilules bleues

L’auteur raconte sa rencontre avec Cati et leur relation naissante. Lorsque celle-ci lui annonce qu’elle est séropositive, comme son fils, leur histoire d’amour est bouleversée. Frédérik Peeters nous livre un formidable témoignage sur le SIDA, en n’omettant pas les peurs, les doutes et les préjugés. Il montre que l’on peut vivre tout à fait correctement avec le virus, que l’on peut être amoureux et avoir une sexualité normale. Le couple gère ensemble les crises, la peur de l’infection et le regard des autres. Il met au centre de tout une confiance absolue, une routine pour s’approprier et contrôler la maladie et une bonne dose de tendresse et d’amour.

 

235131_cLe grand méchant renard

Face à un lapin idiot, un cochon jardinier, un chien paresseux et une poule caractérielle, un renard chétif tente de trouver sa place en tant que grand prédateur. Devant l’absence d’efficacité de ses méthodes, il développe une nouvelle stratégie. Sa solution : voler des œufs, élever les poussins, les effrayer et les croquer. Mais le plan tourne au vinaigre lorsque le renard se découvre un instinct maternel..

Je me méfiais de cette BD qui avait reçu un très bon accueil, surtout que ce n’est pas forcément mon style. Et pourtant ! Un renard qui voudrait bien être un méchant prédateur mais qui ne parvient qu’à s’attirer l’affection des poussins qu’il vole. Amusant et touchant, Le Grand méchant Renard renverse la loi des animaux et multiplie les situations cocasses.

 

Couv_254551Facteur pour femmes

1914. La Première Guerre mondiale vide une petite île bretonne de ses hommes. Il ne reste plus que les enfants, les vieux et les femmes. Parce qu’il a un pied-bot, Maël n’est pas mobilisé. Il devient le seul homme, jeune et vigoureux, de l’île… bientôt facteur, bientôt amant…

Une BD beaucoup plus sombre qu’elle n’y parait au premier abord. J’ai aimé retrouver le contexte insulaire et la vision de l’arrière, où les femmes se retrouvent seules. Maël, qui devient facteur en raison de son handicap, est par la force des choses la seule présence masculine sur l’île. La distribution des lettres lui permet de nouer une relation particulière ave ces femmes qu’il console, et plus si affinités.

Canoë Bay

Couv_85149.jpgJack, un jeune orphelin acadien, se retrouve enrôlé de force par la marine marchande britannique. Il est, parmi des milliers, une victime du « Grand dérangement », épisode douloureux de l’histoire américaine, au cours duquel les anglais déportèrent les habitants de l’Acadie vers leurs colonies de la côte Atlantique. Canoë Bay retrace l’histoire de cet enfant soumis aux terribles conditions de la vie sur le « Virginia », dont l’équipage, composé d’anciens bagnards emmenés par le bien nommé « Lucky Roberts », se mutine bientôt. 

Une des nombreuses BD de Patrick Prugne ayant pour cadre les Amérindiens au moment de la conquête de l’Amérique du Nord par les empires français et britanniques au XVIIème siècle. Une fois encore, les aquarelles sont magnifiques, reproduisant des paysages incroyables et retraçant les violences de la colonisation.

 

9782756072678_1_75La Différence invisible

Marguerite a 27 ans, en apparence rien ne la distingue des autres. Elle est jolie, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Pourtant, elle est différente. Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables, proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d’elle-même et découvrir qu’elle est autiste Asperger. Sa vie va s’en trouver profondément modifiée.

Un beau témoignage sur le syndrome d’Asperger, ses conséquences sur la vie sociale et professionnelle et la difficulté du diagnostic.

* * *

Voilà pour cette sélection BD ! N’hésitez pas à partager en commentaire vos coups de cœur et à me donner votre avis sur celles que vous avez lues !

 

Publicités

17 réflexions sur “Mon Top BD 2017 [one-shots et romans graphiques]

  1. Oh que ça donne envie tout ça ! Je crois que j’ai lu celle de Pénélope Bagieu, et j’ai entendu parler de celle de Diglee. La toute première me tente beaucoup, ainsi que Love story à l’iranienne, Le grand méchant renard, Facteurs pour femme et Canoë bay. Merci pour toutes ces découvertes !
    (Le gros problème des BDs, c’est quand même que ça prend beaucoup de place … )

    Aimé par 1 personne

  2. Pouah! Je ne suis PAS DU TOUT mais alors PAS DU TOUT bandes dessinées et… j’ai quand même parcouru ton billet avec envie… Monsieur Désire? me fait beaucoup penser à l’histoire de Jane Eyre… Et je suis hyper intéressée par la Différence Invisible (j’avais vu le film d’animation Mary and Max sur le syndrome Asperger et c’était bigrement génial).
    Je prends quelques notes pour un éventuel passage en bibliothèque… Ci-mer Albert !

    Aimé par 1 personne

    • Le monde de la bande-dessinée est assez à part et ce n’est pas facile de savoir par où commencer… J’ai trouvé celles-ci en consultant des blogs et en flânant à la bibliothèque, je pense que c’est un bon point de départ !
      J’ai aussi lu pas mal sur les troubles autistiques et la BD devrait te plaire ! Monsieur Désire ne ressemble pas à Jane Eyre mais si le thème du libertinage t’intéresse et que tu aimes cette époque, je pense que tu aimeras !

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Mon top BD 2017 [séries] | Petite Plume

  4. Pingback: Des changements pour le blog ? | Petite Plume

  5. Pingback: Pour que tu sois mienne, Sara Farizan | Petite Plume

  6. Pingback: Ma Pile-à-Lire #5 : Romans et BDs – L'Astre et la Plume

  7. Pingback: Bilan 2018 : Tous les livres que j’ai lus – L'Astre et la Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s