La drôle de vie de Zelda Zonk, de Laurence Peyrin

couv69564896.pngFoutu mardi, foutue pluie… Sur cette route d’Irlande qu’Hanna a prise tant de fois pour aller à son atelier, c’est l’accident. À l’hôpital, la jeune femme se lie avec Zelda, sa voisine de chambre de 85 ans, positive et joyeuse, experte en broderie. Mais Hanna sent un mystère chez la vieille dame, qui esquive toute question précise sur son passé. Que peut-elle avoir à cacher, à son âge ? Bientôt, Hanna découvre que Zelda Zonk était le nom d’emprunt de Marilyn Monroe quand elle voulait passer inaperçue. Hanna sait bien que c’est absurde, Marilyn est morte il y a presque cinquante ans, et pourtant… Tout en menant l’enquête, Hanna commence à réfléchir au sens de sa propre vie.

* * *

[Suite à un bug de WordPress qui a supprimé mon article, je le poste une nouvelle fois. Heureusement, pour une fois j’avais une copie en stock !]

Laurence Peyrin a fait pas mal parler d’elle sur la blogo, pour son dernier roman Miss Cyclone, comme pour La drôle de vie de Zelda Zonk.

Drôle de nom et drôle de résumé pour ce roman ! Un accident de voiture, une rencontre à l’hôpital et…Marilyn Monroe ??? J’avoue que je n’ai pas trop saisi l’intérêt d’ajouter ce lien avec Marilyn Monroe (à part un faible de l’auteur pour l’actrice peut-être ?). Il sort un peu de nulle part, n’apporte pas grand-chose à l’intrigue, reste très peu crédible tout au long du roman… Et quitte à choisir une célébrité, pourquoi prendre Marilyn ? Il aurait été possible d’amener quelque chose de beaucoup plus pimenté en choisissant quelqu’un d’autre, à mon humble avis. Quoi qu’il en soit, ne vous focalisez pas trop sur le lien Zelda Zonk/Marilyn Monroe, car en réalité ce « mystère » est surtout un prétexte pour évoquer autre chose et n’est pas très présent dans l’intrigue.

Si j’ai sans conteste passé un moment sympathique, je dois dire que je m’attendais à mieux après les commentaires très enthousiastes entendus ici et là. Sans doute mon ressenti vient-il aussi du fait que je n’avais pas saisi que le roman était en réalité une romance – certes enjolivée d’autres intrigues, mais une romance tout de même.

Hanna Reagan mène une petite vie tranquille aux côtés de son mari dans un trou paumé irlandais portant le doux nom de Dearbly-upon-heaven. Un matin, suite à un grave accident de voiture, elle se retrouve à l’hôpital et partage sa chambre avec Zelda Zonk, une charmante mamie de 85 ans, pleine d’enthousiasme et d’énergie – un peu trop au goût de son fils ! Les deux femmes vont développer une vraie amitié, et Zelda dispense des conseils précieux à Hannah. En effet, la jeune femme se pose mille questions depuis son accident et cherche à redonner un sens à sa vie. Avec la sagesse du grand âge et ses expériences passées mystérieuses, Zelda fait progressivement prendre conscience à Hanna que sa vie est insatisfaisante et qu’il est temps qu’elle suive ses envies. Plutôt que de se complaire dans sa routine, son amie lui enjoint de faire le point sur ses projets  et d’enfin vivre la vie qu’elle désire au fond d’elle. En somme qu’elle mérite mieux que de s’enterrer dans la campagne irlandaise aux côtés d’un mari écrivain frustré. Point noir ici, car comme dans Bertrand et Lola, il a fallu qu’arrive une infidélité qui m’a fait tiquer. Surtout qu’elle survient au moment où Jeffrey, le mari d’Hannah, inquiet depuis l’accident, se montre très prévenant envers elle. Certes, la jeune femme réalise que les compromis qu’ils ont tous les deux fait depuis leur mariage ne les rend pas heureux, qu’aucun n’a pu finalement réellement faire ce qu’il souhaitait, mais j’ai trouvé son attitude injuste envers son mari.

Fermons la parenthèse tromperie pour revenir à nos moutons. Impossible de ne pas s’attacher à la vieille dame adorable, même si je l’ai trouvé trop moralisatrice par moment. J’ai été très intriguée par les secrets de Zelda, et j’avoue avoir été un peu déçue de la fin, qui ne nous révèle rien. Beaucoup de mystère pour pas grand chose, en somme ! Les personnages secondaires sont tout aussi sympathiques, entre la sœur hôtesse de l’air qui squatte la maison de temps en temps et a laissé au couple la garde de sa fille Patti, et sa collègue et amie de la boutique de réparations d’objet à Cork qui n’a pas la langue dans sa poche.

* * *

En bref, l’histoire d’une belle rencontre et d’une belle amitié, une romance enflammée, un roman léger qui fait réfléchir sur les choix de vie et appelle à se lancer pour réaliser ses rêves de bonheur.

Verdict Une bonne suprise

16 réflexions sur “La drôle de vie de Zelda Zonk, de Laurence Peyrin

  1. Bonjour . J au découvert ce roman « pour l ete » cet été. J ai eu la surprise de trouver la suite qui s appelle tour simplement Hanna. Je l ai terminé ce soir. C est aussi un peu de la romance fleur bleue… c zst pour l été, léger. Amitiés

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: * Bilan du mois d’août * | Petite Plume

  3. Comme toi j’ai aimé ce roman mais pas autant que les chroniques que j’avais pu lire à son sujet … La partie tromperie m’a notamment un peu gêné … Je comprends qu’on puisse avoir un coup de cœur pour quelqu’un alors qu’on est en couple (le cœur, ça ne se contrôle pas) mais à un moment il faut faire un choix et j’ai trouvé qu’Hanna jouait trop sur les deux tableaux, ça m’a gêné … Mais ça reste un bon moment de lecture 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Pingback: Le casse-tête des genres littéraires | Petite Plume

  5. Pingback: Miss Cyclone, Laurence Peyrin | Petite Plume

  6. Pingback: Ces romans qui sont surcotés à mon goût #1 |

  7. Pingback: Ces suites que je ne compte pas lire |

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s