Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, de Benjamin Alire Saenz

aristote-et-dante-decouvrent-les-secrets-de-l-univers-634958-250-400Coup de cœur ♥ ♥ ♥

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

 

* * * 

Je suis tombée amoureuse de ce livre. Une vraie pépite young adult, qui se lit d’une traite ! Je râle souvent du prix des livres grands formats, mais alors là je ne regrette absolument pas d’avoir investi dans ce petit bijou. Et cette couverture magnifique !

J’en avais entendu moult louanges sur la blogosphère, et encore une fois elle ne s’était pas trompée. Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers a été un véritable coup de cœur.

Et maintenant, le problème c’est que je ne sais pas vraiment comment en parler – je veux dire d’une manière qui lui rende justice. Il ne s’y passe rien d’extraordinaire. Les deux garçons ne sont pas des héros. Et pourtant, il en sort une telle force et une telle douceur !

Le roman est totalement porté par ses personnages, des adolescents quelconques et à la personnalité pourtant atypique. J’aurais aimé les connaitre en vrai, mais le roman m’a donné le sentiment de les avoir eu pour amis. Ce livre, c’est comme une parenthèse enchantée dans un autre monde. L’auteur parvient à nous faire vivre aux côtés de ses personnages et à nous émouvoir plus que de raison.

Aristote est vraiment attachant. C’est un adolescent de 15 ans qui se pose énormément de questions au moment de son passage à l’âge adulte. Il a un profond mal-être, ne se sent pas à sa place et a du mal à savoir qui il est (à ce sujet, les allusions à ce qu’est être Mexicain aux Etats-Unis sont particulièrement drôles). Jusque là, vous me direz que c’est classique des adolescents et qu’on retrouve ce type de personnage dans tous les romans jeunesse/young adult. Sauf qu’Aristote est justement en constant décalage avec les adolescents de son âge. Il s’interroge sur des tas de choses – peut-être est-il trop mature. Il considère qu’il n’est « pas doué pour le bonheur ». C’est rare de rencontre un jeune aussi sombre et sarcastique : pour lui, le monde est moche et ne le rend pas heureux. S’ajoute à cela la solitude, le côté un brin bagarreur et le manque d’estime de soi. Il n’a pas d’amis et ne cherche pas à en avoir. Il ignore quoi faire de sa vie est n’est pas vraiment optimiste à ce sujet.

Le roman aborde également les rapports familiaux. Car le malaise d’Aristote vient en partie d’une espèce de culpabilité familiale remplie de non-dits, due aux actes commis par son grand frère qui est en prison. Le manque de communication et d’expression des émotions au sein de sa famille finit par lui peser, et il regrette de ne pas pouvoir avoir de franche discussion avec son père qui semble se réfugier dans le silence pour ne pas affronter ses démons.

Une fois qu’on a posé le cadre – qui, je vous l’accorde, serait peu attirant si on en restait là – il nous reste à introduire Dante. Le roman est bien l’histoire d’une rencontre qui va bouleverser l’univers d’Aristote. Dante représente tout ce que Aristote n’est pas : il est gentil, drôle, sociable, à l’aise, cultivé, sûr de lui, un brin rationnel, sensible. Il ose s’exprimer sans complexe et dit ce qu’il pense naturellement. Il sait nager, dessiner, parler aux gens. Il a une famille super, des parents jeunes et décontractés qui lui donnent toute l’affection dont il a besoin, avec qui on n’a pas peur de se dire qu’on s’aime, avec qui on peut parler de tout sans tabou et se chambrer gentiment. On comprend bien que l’amitié d’Aristote pour Dante est d’abord faite d’admiration, d’envie et de jalousie.

L’extravagance de Dante nous séduit autant que celle d’Aristote. [Rien que pour vous donner un exemple, il déteste porter des chaussures.] La plus grande réussite de l’auteur, selon moi, est d’avoir pensé cette complémentarité des personnages, leur résonance, la manière dont ils se complètent, se ressemblent et s’opposent. Benjamin Alire Saenz nous conte une amitié comme on en croise rarement. Les deux garçons vont vite devenir inséparables et changer respectivement la vie de l’autre. Et qui sait, peut-être découvrir les secrets de l’univers ?

« Je voulais leur dire que je n’avais jamais eu de véritable ami jusqu’à ce que je rencontre Dante. Qu’avant, je ne savais pas que des gens comme lui existaient – des gens qui observaient les étoiles et les mystères de l’eau, qui savaient que les oiseaux appartenaient au ciel et n’étaient pas faits pour être abattus en plein vol. Qu’il avait changé ma vie et que je ne serais plus jamais le même. Et qu’en un sens, c’était Dante qui m’avait sauvé la vie et non le contraire. Qu’il était le premier être humain (à part ma mère) à m’avoir donné envie de parler de ce qui me faisait peur. Je voulais leur dire tant de choses, mais je n’avais pas les mots. J’ai donc bêtement dit : – Dante est mon ami. »

* * *

En bref, il y a encore plein d’autres choses dont ce livre regorge mais dont je ne veux pas vous parler pour ne pas vous gâcher la lecture. Je ne sais pas si j’ai pu réellement exprimer ce que je souhaitais. Quoi qu’il en soit, c’est un livre atypique, touchant et inlâchable. Il s’en dégage une sorte de mystère, qui fait qu’une histoire qui ne paie pas de mine vous happe à ce point. Lisez-le et vous comprendrez !

Publicités

18 réflexions sur “Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, de Benjamin Alire Saenz

  1. J’ai lu ce livre il y a un peu plus d’un an et j’ai tout simplement adoré ! Comme toi j’ai eu du mal à faire ma chronique. C’est tellement dur de trouver les mots juste pour parler de ce livre qui est juste magnifique, sans trop en dire, en même temps en dire assez pour que les gens aille lire ce bijou. En tout cas tu t’en est super bien sorti. Grâce à toi j’ai très envie de le relire ^^

    Aimé par 1 personne

  2. J’avais apprécié ma lecture mais je lui avais trouvé cependant des bémols, notamment le fait que les personnages sont un peu trop ancrés dans un rôle, surtout Aristote en vérité que j’ai trouvé un peu trop pareil du début à la fin. Dante varie plus, et m’a du coup plus séduite, mais le hic c’est que je m’étais identifiée dès le début à Aristote à cause de ses sentiments intenses, son amas de colère et de tristesse, mais voilà, trop figé. Mais j’en garde de beaux souvenirs !

    Aimé par 1 personne

  3. J’avais beaucoup aimé ce livre, et j’avais eu du mal à le chroniquer.^^ Car il ne se passe rien de spécial, et qu’il est difficile de ne pas spoiler. Ta chronique est très réussie et donne envie de le lire voire de le relire ! 🙂

    Aimé par 1 personne

  4. Je te rassure, tu parle très bien de ce roman 😉 Je me suis retrouvée dans ta chronique, c’est aussi un roman qui m’a touché pas ses thèmes abordés et la façon de les traités, sans grand combat ou mise en avant, juste avec deux adolescents qui découvrent la vie … Une très belle histoire 🙂

    Aimé par 1 personne

  5. Pingback: * Bilan du mois de mars * | Petite Plume

  6. Pingback: Mes maisons d’édition favorites | Petite Plume

  7. Pingback: A la recherche #6 | Petite Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s