« La vie selon Juan Salvador, palmipède d’Uruguay », de Tom Michell

cvt_la-vie-selon-juan-salvador-palmipede-duruguay_2365

En 1975, Tom Michell, un jeune Anglais, décide de prendre un aller simple pour l’Argentine et trouve une place confortable en tant qu’enseignant dans une école huppée. A lui le changement de vie, les voyages, et la découverte de l’Amérique du Sud. Alors que ses vacances en Uruguay s’achèvent, il secourt un manchot piégé dans une nappe de pétrole sur une plage. Cette rencontre inattendue est le début d’une longue amitié avec celui qu’il baptise Juan Salvador.

* * * 

Voilà un livre plutôt inhabituel que mon chéri m’a offert pour Noël et que je me suis empressée de découvrir. Avant toute chose, je dois dire que j’ai totalement flashé sur cette magnifique couverture : elle justifie presque à elle seule d’acheter le roman ! Il faut croire que Monsieur me connait bien car j’ai été charmée par l’histoire originale d’un manchot particulièrement attachant.

L’histoire de Juan Salvador est une histoire vraie, relatée par son bienfaiteur en personne, Tom Michell. En conséquence, le roman (ou devrais-je dire le témoignage puisqu’il ne s’agit pas de fiction) ressemble davantage à un récit de voyage, avec le style d’écriture qui va avec (pas celui d’un écrivain, donc). Cela peut surprendre un peu au premier abord, mais on s’adapte vite à l’écriture de l’auteur, par ailleurs pas si désagréable que cela. On a vraiment un retour de l’auteur sur sa propre expérience, et le récit est constitué de ses anecdotes et de ses réflexions. Cependant, pas d’inquiétude, il y a un vrai fil narratif et le livre suit globalement un ordre chronologique !

Le roman est léger (enfin pas toujours), pétillant, avec une pointe d’humour bien dosée. C’est le genre d’histoire que l’on aime entendre raconter et qui fait du bien. Un peu comme celle d’un ami revenu de voyage qui a vécu des expériences incroyables !

C’est bel et bien un événement inattendu qui va bouleverser la vie de Tom Michell…et celle de Juan Salvador (ou Salvado – le sauvé). Au moment où le manchot refuse de retourner à l’eau et suit son sauveur, naît une belle complicité entre l’homme et l’animal. Les manchots sont des palmipèdes très sociables, faits pour la vie en groupe…et finalement très humains dans leur comportement et leur attachement à leurs semblables (ou à leurs homologues humains). Juan Salvador est totalement craquant et on n’a qu’une envie : l’adopter ! Il séduit tous les humains qu’il rencontre, et on ne peut que comprendre pourquoi.

la-vie-selon-juan-salvador-palmipede-d-uruguay-de-tom-michell-998669_w650.jpg

J’ai eu une petite préférence pour la première partie du livre, dans laquelle l’auteur relate les  péripéties de son arrivée en Argentine et ses stratégies pour ramener le pingouin chez lui : vous imaginez franchir la douane avec un manchot cachée dans votre sac, vous ? A mon humble avis, ce roman serait parfait pour une adaptation cinématographique : pendant ma lecture, je pouvais presque voir le pingouin se dandiner sous mes yeux ou pencher la tête d’un air interrogateur. Par contre, autant vous prévenir, vous voudrez absolument aller voir les manchots après ça !

Au-delà de l’adoption du manchot, le récit est une réflexion sur le voyage. Tom Michell nous parle de son aventure en Argentine et ce que le fait de voyager seul dans un pays inconnu lui a apporté (la découverte d’une culture différente, son lot de dépaysements, de galères et de rencontres riches sur le plan humain). Il nous donne ainsi envie de parcourir le monde et de faire, pourquoi pas, des rencontres improbables.

En nous racontant ses années passées comme jeune professeur et la vie à l’internat, l’auteur n’omet pas de mentionner l’Argentine, ses paysages, sa situation politique troublée après les coups d’Etat et son instabilité économique persistante dans les années 70. On apprend beaucoup de choses intéressantes de ce point de vue là. Son expérience de sauveur de manchot est aussi l’occasion de dénoncer les marées noires et les désastres écologiques dont souffrent bien trop d’animaux.

« Comment un manchot pouvait-il apporter autant de réconfort et d’apaisement aux personnes qui croisaient son chemin ? Pourquoi tant d’individus montaient-ils sur cette terrasse et lui dévoilaient-ils leur âme comme s’ils se connaissaient depuis toujours ? Pourquoi le traitaient-ils comme un véritable ami, sur lequel on pouvait compter dans l’adversité ? Était-ce lié à la particularité de cette période de violence et de désespoir, aurait-ce été différent à une époque de paix et de prospérité ? Ces gens se confiaient plus  volontiers à Juan Salvado qu’à leurs semblables. Peut-être, tout simplement, est-ce ainsi que vont les choses entre les hommes et les manchots. »

* * *

En bref, un roman sympathique et attachant, rempli de l’amour du voyage, qui se lit avec plaisir. Venez, vous aussi, rencontrer Juan Salvador ! 

Verdict Un bon moment


Challenge lecture 2017 : Un livre avec un animal sur la couverture

Publicités

4 réflexions sur “« La vie selon Juan Salvador, palmipède d’Uruguay », de Tom Michell

  1. Pingback: * Bilan du mois de janvier * | Petite Plume

  2. Pingback: Mes maisons d’édition favorites | Petite Plume

  3. Pingback: A la recherche #6 | Petite Plume

  4. Pingback: Tag PKJ : Les belles couvertures | Petite Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s