Connaissez-vous ? #6

∼ Sebastiao Salgado ∼

21d85f5e6c61d3182be1f03f802ea795

Après vous avoir parlé de séries, de sculpteurs, de peintres et de dessinateurs, je vous propose de faire un tour dans l’univers de la photographie.

C’est il y a deux ans, en allant voir au cinéma le documentaire Le Sel de la terre que j’ai découvert l’oeuvre de Sebastiao Salgado. Autant vous dire que la photo est un monde dont j’ignore tout, ses artistes, ses règles, son art. Pourtant, un peu par hasard j’ai vu ce film biographique…et quelle claque !

La beauté de la nature, un mouvement, une émotion, une souffrance, une détresse, une métaphore, une harmonie,… Quoi qu’il traduise par son appareil, Sebastiao Salgado crée. On peut débattre éternellement sur le but de la photo : conserver un souvenir, reproduire une image fidèle de la réalité, interpréter à sa façon ce que l’on voit, dénoncer en montrant la vérité crue, embellir les choses grâce au maniement habile de l’objectif, livrer un témoignage d’un lieu ou d’une époque…  En revanche, on ne peut que s’incliner en présence d’une telle maîtrise : la photographie chez Sebastiao Salgado est bel et bien un art.

D’origine brésilienne, Sebastiao Salgado est d’abord économiste. C’est à 30 ans qu’il décide de tout plaquer pour se lancer dans la photographie. Il consacre sa vie à de nombreux reportages, toujours engagé auprès des plus fragiles, en souffrance.

De 1977 à 1984, il parcourt l’Amérique latine, rencontre les peuples indiens, et nous présente ainsi une autre vision de son continent d’origine dans Autres Amériques. En 1984-1985, il accompagne les missions de Médecins sans frontières et témoigne de la sécheresse terrible et de la famine en Afrique sahélienne (Sahel, L’homme en détresse). Jusqu’en 1992, son projet suivant est dédié à la production et à l’évolution du travail manuel : il se rend aux côtés des travailleurs du monde entier et réalise La main de l’homme, reflet de l’exploitation et de modes de vie menacés. Il n’oublie pas son pays, le Brésil, en consacrant un reportage aux paysans brésiliens sans terre (Terra). Entre 1994 et 1999, il choisit de s’intéresser à la migration des populations, déplacés, réfugiés et autres victimes des événements politiques, dans Exodes.

Enfin, après avoir tant montré la souffrance des hommes, Salgado se tourne vers celle de la nature. Entre 2004 et 2012 il travaille à son oeuvre magistrale, Genesis, qui nous fait voir la beauté puissante de la nature, pourtant toujours menacée  par l’homme. Au-delà de la photographie, l’artiste entame une action écologique : il fonde l’Institut Terra en 1998 dans la vallée du Rio Doce au Brésil, avec pour objectif de replanter la forêt.

Il nous force à regarder en face alors qu’on aimerait détourner le regarde. Il nous montre la misère, la famine, la guerre, l’exode, l’exploitation des hommes et de la nature. Il s’attache aussi à nous faire voir la beauté de la nature, sa puissance, sa grandeur face à l’homme. Finalement, il nous invite à regarder le monde…et pourquoi pas à agir.

Tout cela, il ne le fait pas seulement comme un artiste engagé et un voyageur aguerri. Il  se dégage de ses photographies une harmonie, une force dans le cadrage de l’image, une émotion dans les regards, une dureté, une véritable beauté dans l’usage du noir et blanc. Je n’y connais rien en photographie, mais j’ai rarement été autant touchée par le message porté par un photographe.

En espérant vous avoir donné envie d’en découvrir davantage sur son travail, je vous invite à consulter ses nombreux ouvrages pour admirer les photos !

Publicités

3 réflexions sur “Connaissez-vous ? #6

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s