Mille soleils splendides, de Khaled Hosseini

bm_39602_1863620Un bon moment ♥ ♥

Mille Soleils splendides est une plongée au coeur de l’Afghanistan, aux côtés de Mariam qui subit épreuve sur épreuve depuis sa naissance. Fruit d’une relation illégitime, elle est rejetée par son père puis forcée d’épouser un homme de trente ans son aîné. Ne parvenant pas à lui donner un enfant, elle doit subir les brimades et la violence de son mari contre lequel elle est impuissante. Dix-huit ans après, l’arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quatorze ans, s’annonce comme un nouvel affront, d’autant plus quand elle met au monde une fille. D’abord rongée par la jalousie, Mariam va finir par trouver une alliée en sa rivale et puiser avec elle la force de s’opposer à leur époux.

* * * 

Bien que le roman soit une fiction, il tient presque du témoignage, surtout pour nous, Occidentaux qui ignorons l’histoire et le quotidien des Afghans.

On suit le triste destin de Mariam. Le nombre d’horreurs qui lui arrivent est inqualifiable, on a vraiment l’impression que sa vie entière est faite de misères et de malheurs. Enfant, elle est rejetée par son père car fruit d’une aventure illégitime et mise à l’écart dans un taudis au bord de la ville dans lequel elle vit avec sa mère schizophrène, sans comprendre le traitement différencié qu’elle subit. A 15 ans, alors qu’il n’y a plus personne pour s’occuper d’elle, elle est contrainte de se marier avec Rachid, de 30 ans son aîné, qui se révélera ingrat et violent.

Le récit prend une tournure différente à partir de l’arrivée de Laila, une fille de 14 ans, orpheline, recueillie par ses voisins (de manière très intéressée par Rachid) après avoir été blessée dans une explosion. Elle finit par accepter d’épouser Rachid, non par réel choix mais parce qu’elle n’a aucun endroit où aller et pas les moyens de s’occuper du bébé qu’elle porte. J’ai préféré la deuxième partie du roman qui apporte plus de rythme, de sens et d’ampleur. Le personnage de Laila attise plus l’intérêt du lecteur grâce à sa forte personnalité et son quotidien entre une famille plutôt moderne et son amitié avec Tariq. Laila et Mariam vont former un beau duo, puissant, attachant. Les deux femmes trouvent progressivement le courage nécessaire pour lutter contre la domination de leur mari et se redonner une chance de bonheur. L’auteur nous entraîne au fil des pages, on se sent accroché au destin de Laila et Mariam, on craint à chaque instant qu’il ne leur arrive une catastrophe.

Le roman est plein de révélations, de péripéties et de drames. Autant vous prévenir, la vie des deux femmes ne sera pas facile et les personnages comme le lecteur ne seront pas au bout de leur peine jusqu’à la fin du roman. Mais, sans vous spoiler, je dirais qu’il y a néanmoins quelques touches positives qui empêchent de tomber dans la tragédie.

Comme l’annonce l’auteur au début, Mille soleils splendides est un hommage aux femmes afghanes, à leur force et leur courage face à ce qu’elles endurent. La vie de Laila et de Mariam – comme celles des autres femmes qui apparaissent dans le roman – est marquée par le poids de la tradition, la religion, le paternalisme et le machisme, qui les enferment dans leur maison, les forcent à se couvrir, voire leur interdit de sortir sans leur mari. Elles endurent le mariage forcé avec des hommes âgés, la violence conjugale, la soumission au mari, l’intégralité des tâches ménagères en ne récoltant que mépris. Elles sont considérées comme des objets sexuels, ont l’interdiction de faire des études ou de travailler. Elles sont parfois contraintes de faire subir à leurs enfants ce qu’elles ont elles-mêmes subies quand elles n’ont pas d’argent pour les élever. Elles ont le malheur de vivre dans une société faite pour les garçons, où les hommes désirent avoir des fils et où, dès la naissance, l’inégalité entre filles et garçons afghans est construite et affirmée.

La vie de Mariam et Laila est aussi un moyen de peindre une fresque de la situation politique du pays, des années 1960 à nos jours. Khaled Hosseini cherche à éveiller les consciences sur la situation en Afghanistan, et ce que le peuple a enduré pendant des années : la violence, les conflits, l’instabilité et les gouvernements successifs, tous plus tyranniques et sanguinaires les uns que les autres (les Soviétiques, Massoud, les Talibans), la détresse, la mort, la pauvreté et la faim. Sans compter, sous les Talibans, la chariah appliquée de plus en plus durement, jusqu’à l’interdiction de la musique et de la danse. Ce qui est terrible, c’est cette image d’un pays emprisonné par lui même, avec la succession de groupes violents au pouvoir, tous pires que les précédents. Malgré quelques interventions soviétiques puis occidentales, la population est laissée à son sort sans parvenir à se libérer du joug de ces groupes.

On ressent le point de vue d’un émigré afghan aux Etats-Unis, et je pense que toute la population afghane n’a pas forcément les mêmes opinions que l’auteur, en particulier sur l’intervention américaine qui a chassé les talibans. Mais l’auteur, à travers une foison de personnages, tente justement de rendre compte de la diversité des Afghans, plus ou moins ouverts, plus ou moins cultivés, plus ou moins respectueux des femmes, plus ou moins traditionnels, parfois très stricts dans l’application de la religion, parfois favorables à la tolérance. Il nous donne à voir la diversité des peuples, des opinions, des idéologies et des valeurs qui composent les habitants d’Afghanistan.

* * *

En bref, voilà un roman triste, violent et révoltant, avec une certaine beauté dans l’ode à son pays et au courage de ses habitants. Mille soleils splendides donne envie de se battre contre les atrocités et les injustices qui ont lieu dans d’autres pays et de prendre conscience de la chance que l’on a de pouvoir tenir pour acquises et évidentes des choses comme aller à l’école, fréquenter des femmes et des hommes et avoir le choix de son compagnon.

Publicités

10 réflexions sur “Mille soleils splendides, de Khaled Hosseini

  1. Je vais me noter ce livre. Dans la même veine, il y « La Perle et la coquille ». Ce livre m’a complètement bouleversée. Et je crois que celui-ci pourrait faire de même !
    En tout cas, si tu as l’occasion de lire « La Perle et la coquille », je te le conseille 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: * Bilan du mois d’octobre * | Petite Plume

  3. Pingback: Une vie entre deux océans, de M.L Stedman | Petite Plume

  4. Pingback: Ces auteurs que j’aimerais découvrir en 2017 | Petite Plume

  5. Pingback: * Bilan du mois de mars * | Petite Plume

  6. Pingback: Les cerfs-volants de Kaboul, Khaled Hosseini | Petite Plume

  7. Pingback: Mes maisons d’édition favorites | Petite Plume

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s